Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202003 – AllierDompierre-sur-Besbre – A79, zone D32

2020
03 – Allier

Dompierre-sur-Besbre – A79, zone D32

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Sophie Binninger

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Binninger S. 2021 : Dompierre-sur-Bresbe (Allier, Auvergne-Rhône-Alpes) A79, zone D32, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic archéologique effectué au nord du village de Dompierre-sur-Besbre s’inscrit dans la série d’évaluation des emprises affectées par les travaux de la mise au standard autoroutier de la RN 79 dénommée Route Centre Europe Atlantique (RCEA). Les parcelles diagnostiquées totalisent un peu moins de 4 ha (emprise accessible ou traitée : 38 611 m2 ; emprise prescrite : 49 397 m2). Les 26 sondages effectués représentent une superficie de 3 511,66 m2, soit 7,10 % de la surface prescrite (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation de l’emprise des sondages sur plan cadastral

Fig. 1 – Localisation de l’emprise des sondages sur plan cadastral

Plan cadastral informatisé (cadastre.gouv.fr), secteur 3.

DAO : S. Binninger, S. Dorh, B. Oury (Inrap).

2L’emprise se découpe en quatre secteurs discontinus, répartis de part et d’autre de la RN 79, sur une distance d’environ 1 500 m d’est en ouest. Elle se situe dans la vallée de la Loire, à proximité de la confluence avec la Besbre, et elle est traversée par un ruisseau, le Hautbois. Le contexte géomorphologique est documenté par 46 logs. Le secteur 1 offre des séquences sableuses, plus ou moins argileuses, de l’ancienne terrasse Fw (la Loire, ou plus probablement la Besbre), ainsi qu’une argile, peu sableuse, qui pourrait aussi appartenir aux Sables et Argiles du Bourbonnais (FL) ou bien à la séquence colluviale d’un paléotalweg. Les secteurs 2, 3 et 4 présentent des formations sédimentaires caractéristiques de la basse terrasse alluviale de la Loire (Fy). Il s’agit de dépôts de zones humides, avec des dynamiques de divagation, stagnation ou ruissellement. Ils constituent ici des séquences limoneuses ou argileuses, et parfois marécageuses.

3Le contexte archéologique est documenté par 67 unités ou structures (occurrences) et quatre isolats. Quelques silex ont été recueillis (un ou deux éclats, un nucleus), dans des colluvions, dans une fosse et dans un fossé. Aucune structure antique n’est formellement reconnue. Localement, des niveaux de colluvions contiennent des tessons de terre cuite (céramique, terre cuite architecturale), pour partie antique, sinon indéterminés. Plusieurs restes de céramique médiévale identifiés (quelques formes et une pâte) fournissent des indices de datation pour des éléments de structuration du paysage en contexte humide, des fossés et peut-être une mare. Dans cette plaine inondable, un réseau assez dense de fossés ou diverticules, pour la plupart non datés, reflète en partie les variations du paysage au fil de l’évolution du lit de la Loire. Ces fossés, parfois très proches les uns des autres, paraissent refléter aussi les formes intermittentes du drainage organisé et soutenu de la zone humide. Les quelques indices de datation permettent de supposer la mise en place d’un réseau de drainage dès le Moyen Âge par l’abbaye de Sept-Fons : ce réseau a perduré dans le paysage contemporain, comme en témoigne la « prise d’eau de Sept-Fonds » mentionnée sur le cadastre napoléonien, en lieu et place de l’actuel ruisseau, le Hautbois, qui recueille les eaux de la zone étudiée. Enfin, une récente série de drains en céramique, pour certains encore fonctionnels, date de l’époque moderne et contemporaine. Les derniers aménagements sont ceux liés à la construction de la RCEA au xxe s., certains ont eu des impacts notables sur le paysage.

4Par ailleurs, un aqueduc maçonné en briques (fig. 2) ainsi que diverses adductions découvertes fortuitement à proximité de la zone prescrite ont été documentés à l’occasion de ce diagnostic. Le canal paraît se diriger en direction de l’abbaye de Sept-Fons. Il est vraisemblablement daté de la fin du xviiie s. ou du xixe s., et il a fait l’objet de réfections ou transformations à l’époque contemporaine.

Fig. 2 – Détail de l’appareil en brique de l’aqueduc

Fig. 2 – Détail de l’appareil en brique de l’aqueduc

Vue en coupe.

Cliché : S. Binninger (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de l’emprise des sondages sur plan cadastral
Légende Plan cadastral informatisé (cadastre.gouv.fr), secteur 3.
Crédits DAO : S. Binninger, S. Dorh, B. Oury (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 2 – Détail de l’appareil en brique de l’aqueduc
Légende Vue en coupe.
Crédits Cliché : S. Binninger (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82219/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Binninger, « Dompierre-sur-Besbre – A79, zone D32 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/82219

Haut de page

Auteur

Sophie Binninger

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie Binninger

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search