Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202003 – AllierMontbeugny – A79, zone D22

2020
03 – Allier

Montbeugny – A79, zone D22

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Kevin Dixon

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Allier

Dixon K. 2020 : Montbeugny, A79 zone D22, Auvergne-Rhône-Alpes, Allier, 03195, rapport de diagnostic, Moulins, Sapda.

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique D22 s’est déroulé dans la commune de Montbeugny, en Sologne bourbonnaise, dans le département de l’Allier. Il s’agit d’une opération archéologique effectuée en amont de l’aménagement de l’autoroute A79. L’intervention a eu lieu du 12 octobre au 10 novembre 2020. L’emprise de l’opération recouvre une superficie de 134 848 m2. Le diagnostic est fragmenté en différentes zones, de part et d’autre du tracé actuel de la RCEA. Le tout s’étend sur 2,7 km de long, avec une largeur d’emprise variable allant de 115 m à 6 m.

2Les zones d’intervention ont été segmentées en neuf parties (D22A, D22B1,D22B2, D22B3, D22B4, D22C, D22D, D22E, D22F), délimitées par des voies de circulation actuelles ou des cours d’eau et numérotées d’ouest en est.

3La réalisation de 64 tranchées a permis de sonder 14 321 m2 soit 10,6 % de l’emprise totale. Plusieurs concentrations de vestiges archéologiques ont été reconnues lors de ce diagnostic.

4Deux fosses ont été enregistrées dans la partie ouest du secteur D22A, dans le sondage 57. L’une d’entre elles correspond à une mare de 7 m de long pour 4 m de large, aux comblements hydromorphes. Un quart de cette structure a été sondé et a livré du mobilier céramique antique et médiéval. Aucune autre structure n’a été observée aux alentours. Le cadastre napoléonien de 1828 fait mention d’une limite parcellaire oblongue dont la mare serait le centre. Il pourrait s’agir d’une fossilisation d’un enclos délimitant un établissement rural rattaché à cette structure.

5Les secteurs D22B1, D22B2 et D22B3 n’ont livré aucun vestige archéologique.

6La zone D22B4, quant à elle, comprend une forte concentration de structures en creux (fig. 1). L’occupation principale semble converger dans la partie centrale du secteur, entre les sondages 51 et 49. Un bâtiment composé d’au moins six trous de poteau a été reconnu dans le sondage 51. Il recouvre une superficie de 30 m2 et semble se poursuivre au-delà de l’emprise du diagnostic, au sud-est. Le mobilier associé est daté de l’époque médiévale. À l’extrémité est du même sondage, c’est un bâtiment sur quatre poteaux qui a été enregistré. Il recouvre environ 5 m2 et semble, lui aussi, se poursuivre au-delà de l’emprise du sondage, au sud. Le mobilier recueilli date ce bâtiment du second âge du Fer.

Fig. 1 – Plan général de D22B4

Fig. 1 – Plan général de D22B4

DAO : K. Dixon (Sapda).

7En dehors de ces deux ensembles, de nombreux fragments de céramique ont été récupérés au sein du sondage 51, sans pour autant pouvoir être associés à une structure. En effet, les colluvionnements sableux présents dans cette zone, et dans lesquels les structures s’inscrivent, rendent la lecture du terrain difficile. Le mobilier ainsi récolté fait état d’une occupation humaine s’étalant de la Protohistoire, peut-être dès l’âge du Bronze final IIIb, jusqu’à la période médiévale.

8La présence de deux structures en creux, datées, pour l’une, de la Protohistoire (F.1040), et l’autre, de la période antique (F.1041) dans le sondage 49, conforte le caractère diachronique de cette occupation. Un réseau fossoyé semble s’organiser autour de cette concentration. Il n’a été que très partiellement reconnu, et seul un fossé a livré du mobilier (F.1056, SD61) attribuable à l’époque antique ou médiévale.

9Les secteurs D22C et D22D se situent au nord de la RCEA, dans la partie centrale de la prescription de diagnostic.

10Ils sont séparés l’un de l’autre par le tracé du cours d’eau le Huzarde, orienté nord-sud. Les deux secteurs ont été fortement perturbés dans leur partie sud par l’aménagement de la RCEA dans les années 1980. Au sein de D22C, seul un fossé drainant a été enregistré alors que la zone de D22D a livré une occupation antique. Cette dernière se caractérise par deux fossés parcellaires et un bâtiment à deux nefs composé de douze trous de poteau au moins (fig. 2). L’habitat s’étend en dehors du sondage vers le sud mais il n’a pas pu être suivi du fait de contraintes techniques liées aux remblais contemporains créés lors de la construction de la RCEA. En effet, ces derniers forment un monticule de terre de plus de deux mètres de profondeur par endroits, tout de suite au sud du bâtiment antique. Toutefois, la partie nord du secteur D22D n’a pas été impactée par les travaux contemporains et pourrait contenir d’autres vestiges antiques, définissant ainsi un habitat sur berge.

Fig. 2 – Vue en oblique du bâtiment antique découvert dans le sondage 14, zone D22D

Fig. 2 – Vue en oblique du bâtiment antique découvert dans le sondage 14, zone D22D

Cliché et DAO : K. Dixon (Sapda).

11Deux concentrations ont été enregistrées au sein de la zone D22E (fig. 3). La première se situe dans la partie centrale du secteur et se compose d’un bâtiment sur cinq trous de poteau et d’une aire d’épandage de mobilier située à une cinquantaine de mètres à l’est de l’habitat. L’ensemble est daté des xiiie, xive s. Le bâtiment fait 10 m2, mais l’exiguïté de l’emprise n’a pas permis d’ouvrir davantage et il est probable que la superficie totale soit supérieure. La deuxième concentration de vestiges correspond à un bâtiment situé dans la partie est de D22E. Il s’agit d’un habitat composé de neuf trous de poteau qui se poursuit en dehors de l’emprise, au sud, pour atteindre une superficie minimale de 60 m2. Les rares tessons de céramique prélevés datent le bâtiment de la période antique.

Fig. 3 – Plan général de D22E

Fig. 3 – Plan général de D22E

DAO : K. Dixon (Sapda).

12À l’extrémité est de la prescription de diagnostic, le secteur D22F n’a livré aucun vestige archéologique. En effet, la totalité de l’emprise est constituée d’un monticule, créé par un apport de terre lors de la construction de la RCEA. Ce monticule atteint une profondeur supérieure à 3 m.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de D22B4
Crédits DAO : K. Dixon (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82295/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 2 – Vue en oblique du bâtiment antique découvert dans le sondage 14, zone D22D
Crédits Cliché et DAO : K. Dixon (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82295/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Titre Fig. 3 – Plan général de D22E
Crédits DAO : K. Dixon (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82295/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Dixon, « Montbeugny – A79, zone D22 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/82295

Haut de page

Auteur

Kevin Dixon

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Kevin Dixon

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search