Navigation – Plan du site
2001

Habsheim – Lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg

Responsable(s) des opérations : Muriel Roth-Zehner et Bertrand Bakaj
Notice rédigée par : Muriel Roth-Zehner et Bertrand Bakaj

Entrées d’index

Chronologique :

Gallo-romain

Géographique :

Alsace, Haut-Rhin (68), Habsheim

Nature des opérations :

Prospection (PR)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 2001 (PR)

1[ (Fig. n°1 : Habsheim, lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg - Plan de la fouille 2001) ] [ (Fig. n°2 : Habsheim, lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg - Structure 205 : coupe et mobiliers) ]

2Les deux campagnes de fouilles du lotissement Le Lobelia (1999, fouille AFAN et 2000, fouille Antea SARL) ont révélé des aménagements surprenants du début de l'époque romaine qui ont motivé les recherches complémentaires menées par Antea SARL dans le cadre d'un sondage programmé en octobre 2001.

3 Les prospections géophysiques

4Parallèlement à la reprise des recherches archéologiques sur le site de Habsheim, une étroite collaboration s'est mise en place avec l'Ecole et Observatoire des sciences de la terre de Strasbourg (EOST), plus particulièrement avec le groupe de recherche "Rifts et Dorsales", sous la direction des professeurs Edel et Munschy. Les étudiants de cette institution travaillant habituellement sur des éléments de grandes échelles (failles tectoniques, fossés océaniques, etc.) avec un matériel performant, il était tentant de se confronter à des éléments de la sub-surface proche, jusqu'à un mètre de profondeur.

5Deux modes de prospection ont été utilisés : la prospection électrique et la prospection magnétique.

6La prospection électrique a été très satisfaisante pour la détection de structures en creux (fossé et structure 205 fouillés en 2001) de dimensions assez importantes. La prospection magnétique permet plusieurs niveaux de lecture, proportionnés à l'investissement en temps prévu. En effet, un maillage large du terrain aboutit à la détection des grandes "lignes" du site (orientation générale des structures, différences de densités de structures, etc.) Un maillage fin permet la mise en évidence de vestiges plus fugaces ou plus ponctuels mais reste étroitement soumis à la nature de ces derniers. Très intéressante est la possibilité de trouver, et dans ce cas là sans effort particulier, des vestiges à fort écho magnétique, en particulier les structures de combustion (four, foyers, artisanats des métaux), mais également des niveaux de gravats contenants beaucoup d'éléments métalliques (couches de destruction contenants de nombreux clous, par exemple).

7Les prospections de 2001 ont permis de mettre en évidence, au sein de l'enclos, un "pic" magnétique qui dissimule vraisemblablement un four.

8 Les fouilles 2001

9La localisation du sondage a été dictée par les vestiges apparus en photographies aériennes : quatre taches formant un plan quadrangulaire et une grande tache rectangulaire à proximité. Les prospections électriques menées dans cette zone ont confirmé la présence de structures en creux et ont permis de circonscrire précisément le carré de fouilles 2001.

10Le site a livré deux gisements archéologiques distincts :

11Les structures néolithiques sont quasiment inexistantes ; pourtant un nombre important d'éléments de mobilier a été mis au jour dans les structures romaines localisées dans la moitié ouest du décapage. Les prospections au sol menées par J.-J. Wolf avaient également livré beaucoup de mobilier dans ce secteur. Les structures sont totalement arasées, ce qui explique la concentration de mobilier dans les labours à cet endroit.

12La période la mieux représentée est le début de l'époque romaine. Le décapage a livré une portion du fossé d'enclos, une tour, une structure rectangulaire excavée (cave ?), un segment de palissade et des vestiges pouvant appartenir à des baraquements.

13Le fossé d'enclos présente un profil équivalent à celui observé lors des campagnes précédentes (Roth-Zehner 2005). Son remplissage est identique : on remarque une fois de plus l'apport conséquent de graviers qui se déverse dans la structure côté interne et colmate le fond du fossé, puis une couche de destruction charbonneuse qui scelle définitivement le dispositif. Nous ne pouvons que regretter l'absence de tessons dans le fond du fossé. Il n'est donc toujours pas possible de dater son aménagement avec précision.

14Dans la partie ouest de notre décapage est apparue une tour quadrangulaire formée de 4 poteaux carrés. Cette structure était visible en photographie aérienne et sa découverte a motivé en partie la localisation de notre sondage. Le bâtiment est parallèle au fossé de délimitation. Il est situé à 23 m au nord de celui-ci. Les poteaux carrés ont des côtés de 140 à 170 cm. Les fantômes avaient un diamètre d'environ 40/50 cm. Les poteaux sont conservés sur une profondeur moyenne de 50/60 cm. Ils présentent des parois droites et des fonds plats, ou légèrement convexes. Les remplissages accusent une stratigraphie identique.

15La découverte de la tour confirme l'idée d'une vocation défensive des aménagements internes de l'enclos. La parfaite adéquation entre l'orientation des tours de la façade et la tour 2001 montre la planification des installations et le respect de normes pré-établies. Le parallélisme entre l'ensemble de ces structures et le fossé d'enclos montre également cette intention. Il en est de même de la structure 205 (cave) ou des aménagements de type palissade repérés dans la partie est du décapage.

16La structure 205, tout comme la tour sur poteaux, était visible en photographie aérienne et en prospection électrique. Cette structure en creux est parallèle au fossé de délimitation, au même titre que la tour ; elle est donc également parallèle à cette dernière. Et tout comme celle-ci, elle est située à 23 m de l'enclos.

17La fosse est rectangulaire, légèrement trapézoïdale. Elle accuse une longueur de 5,80 m (axe ouest-est), une largeur max. de 4,80 m côté ouest et une largeur min. de 3,30 m côté est. Sa forme trapézoïdale est due à l'effondrement des parois de graviers dans le quart sud-ouest. La fosse est conservée sur une profondeur de 1,40/1,50 m. Les parois sont obliques et le fond est plat.

18Le remplissage de la fosse est complexe. Des traces de poteaux ont été observées dans le fond de la structure, plus particulièrement, le long de la paroi nord. Les différentes US composant le fond de la structure peuvent être interprétées comme des couches de démantèlement, probablement assez lent de l'excavation elle-même. L'homogénéité de ces couches est d'autant plus frappante que les couches de destructions qui les recouvrent sont par contre très hétérogènes et que l'on "voit" parfaitement qu'il s'agit de charretées qui ont été versées dans la fosse.

19Nous ne pouvons pas dire grand chose de la fonction de cette fosse. Il s'agit éventuellement d'une cave, certainement d'une zone de stockage. Cette structure s'inscrit parfaitement dans le dispositif observé : elle se trouve dans l'axe des autres aménagements, que ce soit le fossé ou la tour. Elle est donc sans doute contemporaine des autres installations.

20Une ligne de poteaux a été mise au jour dans le quart nord-est du décapage. Il s'agit de 12 poteaux, orientés est-ouest, dont 5 sont aménagés dans une tranchée de fondation. Cet alignement de poteaux a été suivi sur 16,35 m. Des concentrations de mobiliers ont été notées à proximité. Elles sont exclusivement localisées dans le limon du paléochenal. Cette "nappe" d'objets correspond peut-être à un niveau de sol perturbé par les labours. C'est également dans ces mêmes limons qu'un niveau de sol avait été repéré en 2000 (Roth-Zehner 2005).

21L'interprétation des vestiges romains du Landserer Weg se complique depuis les découvertes inattendues de 1999-2000 qui amènent un éclairage nouveau sur l'occupation et la fonction de ce site. Ces campagnes de fouilles ont montré le hiatus entre l'abandon/comblement du fossé et la première phase de construction de la villa. Même si la datation de l'aménagement du fossé n'est pour l'instant pas acquise faute de mobiliers, il nous semble aujourd'hui évident que les installations repérées à l'intérieur de l'enclos s'organisent selon un plan orthonormé que suit le tracé de l'enceinte. Il y a donc concomitance entre l'aménagement de l'enclos et les installations à l'intérieur du dispositif. La fonction du fossé est donc à l'évidence d'enclore des séries de bâtiments et probablement aussi de les défendre. Nous retrouvons les "coulées" de graviers le long des parois internes du fossé. La présence d'un glacis ne peut donc être définitivement exclue. Le "vide" apparent entre le fossé et les premières installations pouvait accueillir des structures fugaces, tels que stimuli ou cippia qui empêchaient une avancée trop rapide des troupes ennemies.

22L'hypothèse d'un "vide" entre le fossé et les installations périphériques de type tour et palissade avait déjà été soulignée lors de la campagne 2000. Lors du décapage, nous avions été surpris par la "propreté" de cette zone dans laquelle nous n'avons découvert aucun tesson, ni aucune "salissure", contrairement à ce qui avait été observé au niveau de la palissade et à l'arrière de celle-ci. Cette impression se confirme avec la campagne 2001. Pourtant, un autre décapage dans cette zone est à envisager pour confirmer ce sentiment.

23Les premières installations ont probablement été aménagées à la fin de la période augustéenne. Parmi les mobiliers (Auguste-Claude), nous constatons la présence de gobelets à paroi fine italiques, de fragments de plats à engobe interne rouge-pompéien, de plats à engobe rouge provenant peut-être (?) de Lyon, d'une série d'écuelles/jattes à pâte blanche et couverte grise produite dans le Jura, l'absence de Terra Nigra véritable, la présence de fibules coudées en bronze de type Riha 1.6., variante 1 (Eingliedrige Drahtfibel ; datation : Auguste-Claude).

24Remarquons l'absence de monnaies : aucune des trois campagnes de fouilles de 1999 à 2001 n'a livré la moindre pièce (plus de 5000 m² fouillés dont 3400 m² dans l'enclos).

25L'établissement de Habsheim - Landserer Weg a une configuration atypique comme l'attestaient déjà les recherches menées en 2000. Il est certain que seule une poursuite des travaux pourra permettre de clarifier le statut et la fonction du site. Les fouilles 2001 confirment une datation précoce que l'on place pendant la première moitié du Ier s. apr. J.-C.

26Bibliographie

27Roth-Zehner 2005 : ROTH-ZEHNER Muriel. Habsheim : lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg. Bilan scientifique de la région Alsace 2000, 2005, p. 54-57.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Habsheim, lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg - Plan de la fouille 2001

Fig. n°1 : Habsheim,  lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg - Plan de la fouille 2001

Auteur(s) : Bakaj , Bertrand. Crédits : ADLFI - Bakaj, Bertrand (2001)

Fig. n°2 : Habsheim, lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg - Structure 205 : coupe et mobiliers

Fig. n°2 : Habsheim,  lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg - Structure 205 : coupe et mobiliers

Auteur(s) : Roth-Zehner , Muriel. Crédits : ADLFI - Roth-Zehner, Muriel (2001)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Habsheim, lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg - Plan de la fouille 2001
Crédits Auteur(s) : Bakaj , Bertrand. Crédits : ADLFI - Bakaj, Bertrand (2001)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/8236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Fig. n°2 : Habsheim, lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg - Structure 205 : coupe et mobiliers
Crédits Auteur(s) : Roth-Zehner , Muriel. Crédits : ADLFI - Roth-Zehner, Muriel (2001)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/8236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Muriel Roth-Zehner et Bertrand Bakaj, « Habsheim – Lotissement Lobelia II, lieu-dit Landsererweg », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Alsace, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8236

Haut de page

Responsables d'opération

Muriel Roth-Zehner

Antea SARL

Articles du même responsable de fouilles

Bertrand Bakaj

Antea SARL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals