Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202003 – AllierThiel-sur-Acolin – A79, zone D28,...

2020
03 – Allier

Thiel-sur-Acolin – A79, zone D28, une occupation protohistorique et un site rural du Haut-Empire

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Laurent Vallée

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Allier

Vallée S. 2020 : Thiel-sur-Acolin, A79, zone D28, Auvergne-Rhône-Alpes, Allier, 03283, une occupation protohistorique et un site rural du Haut-Empire, rapport de diagnostic, Moulins, Sapda.

Texte intégral

1Préalablement à la construction de l’autoroute A79 pour la réalisation d’un bassin de rétention et d’une extension de travaux au niveau de la zone D28 dans la commune de Thiel-sur-Acolin, un diagnostic archéologique a été réalisé par le Sapda du 27 octobre au 20 novembre 2020. Cette opération a permis de sonder 5 561 m2 à partir de 28 sondages, soit 13,9 % des 39 740 m2.

2Les parcelles de D28 ont été exploitées à des fins agricoles et pour le pâturage. Des traces de labours ont été observées sur l’ensemble du diagnostic.

3Deux occupations distinctes ont été repérées aux extrémités est et ouest de l’emprise du diagnostic. Celles-ci sont principalement antiques (ier s. apr. J.‑C.), avec des éléments céramiques de l’âge du Bronze et protohistorique sur ces deux zones.

4L’occupation est se caractérise par la présence de réseaux fossoyés, de nombreux trous de poteau, d’épandage de tuiles (probablement des structures semi-excavées à toitures effondrées) formant plusieurs bâtiments. Ce site majoritairement antique a néanmoins permis la mise au jour d’une céramique de l’âge du Bronze final IIIb. De nombreuses fosses sont présentes, la présence de lieux d’artisanat est possible mais pas confirmée. Les structures renferment du mobilier archéologique assez conséquent pour un habitat rural. La diversité des fonctions du mobilier céramique relève de la sphère domestique.

5L’occupation ouest est principalement antique. Elle est scindée en trois espaces par les différents réseaux routiers et apparaît ainsi sur trois parcelles différentes.

6La parcelle sud comprend un petit ensemble de fossés (un est daté de La Tène D2b, un autre est du ier s. apr. J.‑C.). Des trous de poteau isolés et d’autres formant un alignement (possible bâtiment) peuvent être antiques.

7Sur la parcelle nord, de très nombreux réseaux fossoyés ont été observés. Certains pourraient être des fossés d’enclos, d’autres du parcellaire antique, deux fossés contemporains sont présents. De rares trous de poteau et des fosses sont présents et pourraient être rattachés à la période antique. C’est sur une bande centrale au niveau de ces deux premières parcelles que l’on retrouve des tessons protohistoriques de l’âge du Bronze, du Hallstatt et de La Tène, en assez grande quantité, sans qu’ils soient en lien avec des structures.

8La partie est se compose de quelques trous de poteau, de fosses et de deux silos (non datés).

9La présence d’un site au nord du diagnostic ouest est pressentie d’après la toponymie et grâce à des prospections pédestres réalisées par P. Pion en 1981, qui avaient révélé une occupation de l’âge du Bronze ancien et une occupation antique. Ces deux occupations sont séparées par plus de 500 m. Il pourrait s’agir de deux unités d’exploitation agricole distinctes ou d’une seule unité plus large comprenant des espaces non aménagés (cultures et prairies ne laissant pas de vestige apparent) et des secteurs construits avec des bâtiments domestiques et des dépendances. Le tout participe d’un maillage du terroir, de son finage et de son exploitation plus globale.

10La partie ouest semble être plus fonctionnelle, comprenant sans doute des bâtiments utilitaires (granges, dépendances...) et des enclos fossoyés.

11Il est certain que le site ouest se prolonge vers le nord et l’ouest, comme le prouvent les travaux de prospections archéologiques réalisés par P. Pion.

12Le site est, quant à lui, se prolonge probablement vers l’est et le sud.

Fig. 1 – Plan masse du diagnostic archéologique D28 sur fond cadastral

Fig. 1 – Plan masse du diagnostic archéologique D28 sur fond cadastral

DAO : L. Vallée (Sapda).

Fig. 2 – Relevé du plan et de la coupe de la fosse F1099

Fig. 2 – Relevé du plan et de la coupe de la fosse F1099

Cette structure renferme 61 tessons de céramique (9 tessons antiques), 20 fragments de terre cuite architecturale et 6 fragments de clous et scories en fer.

DAO : P. Haguet (Sapda).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan masse du diagnostic archéologique D28 sur fond cadastral
Crédits DAO : L. Vallée (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 2 – Relevé du plan et de la coupe de la fosse F1099
Légende Cette structure renferme 61 tessons de céramique (9 tessons antiques), 20 fragments de terre cuite architecturale et 6 fragments de clous et scories en fer.
Crédits DAO : P. Haguet (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Vallée, « Thiel-sur-Acolin – A79, zone D28, une occupation protohistorique et un site rural du Haut-Empire » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/82414

Haut de page

Auteur

Laurent Vallée

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurent Vallée

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search