Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202003 – AllierToulon-sur-Allier – A79, zone D15...

2020
03 – Allier

Toulon-sur-Allier – A79, zone D15b, échangeur entre la RN 7 et l’A79

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Simon Baraton

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Allier

Baraton S. 2020 : Toulon-sur-Allier, A 79, zone D15b, échangeur entre la RN7 et l’A9, Auvergne-Rhône-Alpes, Allier, 03286, quatre occupations dans la plaine alluviale de l’Allier, rapport de diagnostic, Moulins, Sapda.

Texte intégral

1Ce diagnostic a été réalisé préalablement à la construction d’un échangeur reliant l’autoroute A79 au contournement de Toulon-sur-Allier, commune où se situe l’opération. Celle-ci est localisée dans la plaine alluviale de l’Allier. L’opération a été divisée en deux tranches, D15a et D15b. D15b, l’opération actuelle, est répartie sur cinq secteurs que forment D15b1, D15b2, D15b4, D15b5-sud et D15b5-nord. L’opération a permis la mise au jour de quatre sites archéologiques au sein de ces secteurs.

2Les parcelles D15b2 et D15b4 se situent sur un banc de sable de 6 ha entouré par les anciens méandres de l’Allier. Par sa position légèrement surélevée et son sol sableux drainant, ce banc de sable possède des atouts indéniables pour une implantation humaine dans un contexte de plaine inondable. C’est ainsi qu’une forte densité de structures en creux, principalement des trous de poteau ou des fosses, a été mise au jour sur la partie sommitale de la terrasse de sable dans les parcelles D15b2 et D15b4. Ces structures apparaissent directement sous la semelle de labour.

3Pour D15b2 (site no 1), une occupation, caractérisée par 70 trous de poteau, s’étend sur la terrasse de sable sur une superficie de 0,6 ha. Elle est délimitée à l’est par un paléochenal, sans qu’il soit possible de dire s’il est synchrone avec l’occupation ou s’il est venu emporter une partie du site sur son passage. Les trous de poteau du site no 1 forment plusieurs unités construites bien distinctes, certaines rappelant les constructions de greniers sur pilotis alors que d’autres constructions semblent réalisées à partir de trous de poteaux jumelés (sondage SD2008 : fig. 1). Un petit fossé tournant suppose l’existence d’un enclos dans le sondage SD2005. Le mobilier indigent est homogène dans son faciès, l’étude céramique et la datation 14C s’accordent pour rattacher cette occupation à la fin du haut Moyen Âge (fin viie-début xe s.).

Fig. 1 – Localisation des faits au sein du sondage SD2008

Fig. 1 – Localisation des faits au sein du sondage SD2008

DAO et cliché : équipe de fouille (Sapda).

4Concernant D15b4 (site no 2), l’occupation suit la crête de la terrasse de sable sur une bande de 20 m de large, orientée est-ouest. Les huit sondages traversant cette bande ont systématiquement exhumé des concentrations de structures en creux (trous de poteau, fosses, fossé). La soixantaine de trous de poteaux mis au jour révèle l’existence de nombreux bâtiments bien distincts. Dans le sondage SD4008, deux fosses et deux trous de poteau s’inscrivent au sein d’un petit fossé d’enclos circulaire très arasé. Deux aménagements circulaires sur poteau jumelés sont ressortis dans les sondages SD4009 et SD4012. Entre ces deux sondages, de nombreux trous de poteau se développent à proximité d’un large fossé (sondages SD4010 et SD4011). Le très faible corpus céramique orienterait sur une occupation médiévale. Cette concentration a été reconnue au sein d’une superficie de 0,55 ha (fig. 2). Elle se prolonge vraisemblablement au sud-est jusqu’au site D15b2 mais la présence d’une zone humide protégée et inaccessible de 1,6 ha n’a pas permis de confirmer cette hypothèse.

Fig. 2 – Vue générale de la concentration en direction du nord-ouest

Fig. 2 – Vue générale de la concentration en direction du nord-ouest

Cliché : équipe de fouille (Sapda).

5La partie nord de l’opération concerne le secteur D15b5, qui a été subdivisé en deux zones, D15b5-sud et D15b5-nord. En D15b5-sud, l’arrivée de la Sonnante dans la plaine a créé un contexte sédimentaire différent, avec d’importants apports d’alluvions. Ainsi on trouve à 1,36 m de profondeur un foyer laténien utilisé entre la seconde moitié du iie s. av. J.‑C. et la première moitié du ier s. apr. J.‑C. Ce niveau protohistorique est recouvert par plusieurs couches sédimentaires et des paléochenaux riches en mobilier gallo-romain (fig. 3). Il s’agit de figurines en terre blanche, d’un important corpus de sigillée aux typologies bien standardisées et d’éléments en lien avec un atelier de potiers (paroi vitrifiée, fragments de moule, raté de cuisson). Tous ces éléments, de bonne conservation, sont en position secondaire. Ils proviennent de la Sonnante, dont le bassin versant englobe les ateliers de potiers gallo-romains de la Forêt et du Larry. Le Moyen Âge apparaît à travers quelques fosses, peu nombreuses, qui s’articulent autour des berges de la Sonnante et dont le mobilier est attribué aux xie-xiiie s. Une maison visible sur le cadastre napoléonien de 1825 (site no 3) s’implante sur les couches superficielles, sous la semelle de labour. Elle est constituée de deux pièces couvrant une superficie de 53 m2. Ses fondations sont très arasées. La voirie desservant la maison a également été retrouvée.

Fig. 3 – Indices d’un atelier de potier gallo-romain à proximité de la parcelle D15b5-sud

Fig. 3 – Indices d’un atelier de potier gallo-romain à proximité de la parcelle D15b5-sud

Clichés et DAO : équipe de fouille (Sapda).

6Dans la parcelle D15b5 nord (site no 4), une petite terrasse de sable est apparue sous la semelle de labour. Elle est entourée de paléochenaux. À l’instar de D15b2 et D15b4, cette terrasse est également occupée par une concentration de structures en creux. 34 trous de poteau ont été reconnus. Ils sont répartis sur six sondages, au sein d’une superficie de 0,45 ha. L’occupation la plus dense se trouve en limite d’emprise et tout laisse penser que ce site se prolonge au sud de l’opération. Les trous de poteau délimitent des ensembles construits distincts. La découverte de quatre trous de poteau dans le sondage SD5028 renvoie directement à une construction de type grenier sur poteaux. Le mobilier découvert autour des structures est gallo-romain. L’occupation à cette période est attestée par une riche concentration de tegulae renfermant du mobilier des iie-iiie s. apr. J.‑C., dans laquelle ont notamment été découverts, dans le sondage SD5029, les fragments d’une antéfixe (fig. 4). La cohérence de cette concentration gallo-romaine indique que ces éléments proviennent de cette petite terrasse. La présence d’un tesson attribué au Moyen Âge dans l’un des trous de poteau du site suppose une réoccupation ultérieure des lieux.

Fig. 4 – Antéfixe sous ses différents profils

Fig. 4 – Antéfixe sous ses différents profils

Clichés et DAO : équipe de fouille (Sapda).

7Le présent diagnostic est intéressant à plus d’un titre. Outre le fait de renseigner les productions de l’atelier gallo-romain du Larry en D15b5-sud, il a révélé, qu’en dépit des risques d’inondations liés aux crues, les sociétés humaines ont toujours cherché à s’implanter au cœur de la plaine alluviale de l’Allier. Leur implantation répond à un déterminisme topographique, en cherchant les sols les plus sains dans cet espace fortement impacté par l’hydrologie. La présence de ces implantations est attestée à la période romaine (D15b5-nord, site no 4), alto-médiévale (D15b2, site no 1), médiévale (D15b4, site no 2), moderne et contemporaine (D15b5-sud, site no 3). La période médiévale est la mieux représentée au sein de ces occupations. Elle évolue dans un terroir bien en place, comme le démontrent plusieurs mottes et maisons fortes aux alentours.

8La Protohistoire, en revanche, pourtant bien présente dans l’environnement de l’opération, fait figure de grande absente au sein de l’emprise. Elle apparaît davantage dans le comblement des anciens cours d’eau, laissant entendre que les formations de ces petits îlots au milieu d’un « Babel » de paléochenaux étaient alors bien différentes dans un espace où l’Allier continue de donner libre cours à son histoire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des faits au sein du sondage SD2008
Crédits DAO et cliché : équipe de fouille (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 722k
Titre Fig. 2 – Vue générale de la concentration en direction du nord-ouest
Crédits Cliché : équipe de fouille (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82443/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Titre Fig. 3 – Indices d’un atelier de potier gallo-romain à proximité de la parcelle D15b5-sud
Crédits Clichés et DAO : équipe de fouille (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82443/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 4 – Antéfixe sous ses différents profils
Crédits Clichés et DAO : équipe de fouille (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82443/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Baraton, « Toulon-sur-Allier – A79, zone D15b, échangeur entre la RN 7 et l’A79 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/82443

Haut de page

Auteur

Simon Baraton

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Baraton

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search