Navigation – Plan du site
2001

Altkirch – Ville

Responsable(s) des opérations : Bertrand Bakaj
Notice rédigée par : Bertrand Bakaj

Entrées d’index

Chronologique :

Temps Modernes

Géographique :

Alsace, Haut-Rhin (68), Altkirch

Nature des opérations :

Diagnostic (EV)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 2001 (EV)

1L'opération archéologique menée à Altkirch s'inscrit dans un vaste projet de réaménagement urbain engagé par la municipalité. La première tranche prévoyait la création d'une nouvelle voie destinée à désengorger le centre-ville. L'emprise de cette nouvelle route longe vers l'aval les fortifications médiévales de la ville et se superpose ainsi à l'emplacement attendu des anciens fossés. Une partie du tronçon devait également empiéter sur l'enceinte extérieure du château médiéval, aujourd'hui remplacé par l'église paroissiale. Le suivi archéologique ainsi que les sondages préalables avaient pour objectif d'identifier les éventuels vestiges mis au jour lors des travaux.

2Les terrains étudiés ont fait l'objet, vers les années 1950-60, d'aménagements en terrasses nécessaires à l'installation de locaux préfabriqués appartenant au lycée attenant : ces travaux se caractérisent par un apport de matériaux divers substantiels qui a rehaussé largement le niveau du terrain naturel. De fait, la plateforme à réaliser pour la nouvelle voie n'entaillait que très faiblement les niveaux anciens ou en tout cas les terrains non remblayés. Ce sont ces îlots préservés qui ont été étudiés. En aval des fortifications, les tranchées réalisées ont permis d'observer la présence d'importantes couches de gravats montrant une forte déclivité vers l'aval. La base de ces remblais n'a pu être atteinte (profondeur importante et instabilité des matériaux) : seule l'escarpe du fossé ou plus certainement l'amorce de la pente naturelle du substrat a été ponctuellement entrevue. En effet, le pendage des strates ne semble pas annoncer la présence d'un obstacle en aval (contrescarpe) ; il est donc probable que la pente naturellement marquée de la colline à cet endroit (environ 45%) ait suffit à interdire l'accès aux murailles. Le mobilier trouvé dans les couches observées les plus profondes s'insère dans une fourchette XVe-XVIe s. La masse importante de gravats rencontrée correspond, d'après le mobilier relativement récent recueilli, à des démolitions au sein de la ville que l'on ne peut faire remonter avant le XVIIIe s. Il est même assuré que l'apport de matériaux le plus important date du XIXe s., lequel pourrait être mis en relation avec la démolition du château et de l'ancienne église et la construction du sanctuaire actuel.

3Dans la zone touchant l'enceinte du château, les travaux ont permis de vérifier la proximité du substrat ainsi que la présence d'une terrasse anciennement aménagée (ancienne basse-cour). Les travaux de construction du lycée au XIXe s. ayant toutefois déjà fait disparaître les vestiges médiévaux, nos observations, qui ont essentiellement porté sur les niveaux superficiels, n'ont pas amené d'information complémentaire à ce sujet.

4La campagne archéologique menée sur le site, faute de résultat remarquable, a toutefois démontré que les travaux de voirie projetés ne porteraient pas préjudice à d'éventuels vestiges archéologiques.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bertrand Bakaj, « Altkirch – Ville », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Alsace, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8260

Haut de page

Responsable d'opération

Bertrand Bakaj

Antea SARL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals