Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France200802 – AisneCrécy-sur-Serre – La Croix Saint-...

2008
02 – Aisne

Crécy-sur-Serre – La Croix Saint-Jacques

Fouille programmée (2008)
Responsable d’opération : Gilles Naze

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1La fouille du fossé d’enceinte a été poursuivie au-delà de la limite occidentale atteinte en 2005, sur une longueur de 90 m, ce qui a permis de préciser la forme générale du retranchement en révélant une nouvelle orientation prise par le fossé qui tend à refermer l’enceinte sur elle-même. Le tronçon 35 qui marque désormais la limite occidentale du fossé est assez bien conservé sur son extrémité nord et permet d’espérer que d’autres tronçons seront localisés lors des investigations qui reprendront dans cette partie de l’enceinte en 2010.

2Le fossé d’enceinte est désormais connu sur une longueur de 860 m, dont 79 % ont été fouillés. La surface enclose peut être estimée à 14 ou 15 ha avec un espacement maximal d’est en ouest qui atteint 500 m. La forme générale, subrectangulaire, est entièrement révélée sur les côtés est, sud et ouest. Le quatrième côté, au nord, pourrait se situer non loin de la courbe de niveau de 65 m, à la limite entre une zone colluvionnée et le substrat crayeux. Plus à l’est, il viendrait se rapprocher d’un escarpement localement marqué, en limite de la plaine alluviale de la Serre, sur lequel vient s’appuyer l’extrémité orientale du retranchement. L’importante variabilité morpho-dimensionnelle du fossé d’enceinte s’est à nouveau trouvée confirmée en 2008, en particulier dans le tronçon 30. Celui-ci, connu sur une longueur de 38,40 m, présente une profondeur comprise entre 0,40 et 1,20 m, des profils transversaux variés et des retombées crayeuses, produites par l’affaissement d’un rempart sur le bord intérieur, uniquement sur sa moitié sud. Une érosion différentielle particulièrement marquée s’est manifestée entre le tronçon 30 et le tronçon 35, localisé plus au nord en direction du secteur alluvial et lui-même partiellement concerné par cette érosion. L’absence de retombées crayeuses dans le tronçon 35, pourtant large et profond sur son extrémité nord et dont la longueur atteint 24,80 m s’explique par le changement de substrat (craie/colluvion limoneuse) qui se produit à l’emplacement où le fossé a été creusé. Dans ce secteur, le rempart devait être constitué essentiellement de matériaux limoneux.

3Une grande fosse très profonde (2,90 m sous le niveau de décapage) a été creusée dans le tronçon 30 et a révélé une forme ovalaire en fond de fossé, ce qui était également le cas pour une autre grande fosse fouillée en 2007, mais moins profonde (1,75 m). Son creusement est intervenu plutôt vers la fin de l’occupation de l’enceinte, ce qui a aussi été observé pour plusieurs autres aménagements : une fosse subrectangulaire profonde (2,80 m) qui montrait dans son comblement supérieur une succession de niveaux très charbonneux, la fosse ovalaire de 2007, une structure de combustion empierrée et un four de 2 m de diamètre. La fouille du tronçon 35 a révélé la présence de deux foyers qui ont été aménagés en fond de fossé, peu de temps après le début du comblement du fossé, dans des cuvettes de 0,70 à 1 m de diamètre.

4Des tranchées linéaires d’une largeur de 4 m ont été réalisées à l’intérieur du retranchement, à proximité des tronçons fouillés en 2008 notamment. Deux fosses ont été localisées à 100 m à l’est du tronçon 35. De forme allongée, orientée sud-est – nord-ouest, elles sont peu profondes et leur comblement final limoneux contenait un mobilier archéologique typologiquement pauvre mais permettant de faire un rapprochement avec la fosse Villeneuve-Saint-Germain fouillée en 2007, en s’appuyant sur des caractéristiques technologiques de la céramique et sur des similarités concernant les produits de l’industrie du silex qui sont réalisés avec la même matière première siliceuse. Le mobilier archéologique livré en 2008 par le fossé néolithique est plutôt abondant, comme on l’a déjà observé pour d’autres tronçons du secteur occidental de l’enceinte et relativement aux ensembles recueillis dans la partie orientale (1 508 tessons, 55 restes de faune, 719 pièces en silex, 62 grès dont 22 proviennent de meules, molettes, broyons ou percuteurs, 9 pièces en calcaire coquillier dont un fragment de meule). De vastes épandages détritiques ont été observés dans le tronçon 30 (principalement de la céramique) et dans le tronçon 35 (nombreux artefacts en silex). La présence de deux récipients isolés dont l’un est entier relève peut-être de comportements plus symboliques avec dépôt intentionnel. D’autres dépôts manifestement non détritiques ont déjà été observés à Crécy-sur-Serre.

5Les nombreux artefacts en silex recueillis en 2007 et 2008 dans la partie occidentale du retranchement permettent désormais une meilleure appréciation de la composition de l’outillage. Les produits de débitage recueillis sont très largement dominés par les éclats (93,5 %) et les éclats laminaires (4,5 %). Le maintien d’une tradition laminaire est attesté, mais les lames ne représentent que 0,7 % de ces produits. Le mode de débitage utilisé pour obtenir les éclats fait appel à la percussion directe dure qui est caractéristique des industries lithiques du Néolithique moyen II dans le Bassin parisien. Les nucléus sont le plus souvent polyédriques à plans de frappe multiples. Les outils sont principalement réalisés sur éclats (79,4 %), puis sur éclats laminaires (14,1 %), sur lames (5,4 %) et plus rarement sur des lamelles. À Crécy-sur-Serre, l’outillage sur grandes lames régulières nécessitant une haute technicité a vraisemblablement été importé car aucun indice de débitage laminaire n’y a été observé. L’outillage façonné sur produits de débitage est dominé par les éclats retouchés, puis viennent les grattoirs sur éclats, les couteaux à dos et les lames retouchées. Les armatures de flèches sont principalement des tranchantes de forme triangulaire ou trapézoïdale et des perçantes de forme foliacée ou triangulaire à bords convexes. Les haches polies sont bien représentées.

6La campagne de fouilles 2008 a permis de recueillir 11 individus céramiques dont 7 sont archéologiquement complets. Cela donne un total de 88 récipients dont un peu moins de la moitié sont complets. Ces découvertes permettent de nouvelles comparaisons qui s’orientent préférentiellement vers le Michelsberg ancien occidental, en particulier avec les sites des vallées de l’Aisne et de la Vesle. D’autres comparaisons avaient déjà été reconnues avec les productions du Chasséen septentrional, du Chasséen ancien de Bourgogne et du groupe de Noyen. Un rapprochement avec le Michelsberg belge peut aussi être évoqué pour ce qui concerne l’emploi du silex brûlé comme dégraissant, parfois associé à une mousse.

7Les prochaines interventions sur ce gisement devraient permettre de préciser l’orientation prise par le fossé d’enceinte en bordure de plaine alluviale afin de mieux définir la forme générale de l’enceinte. Il sera également utile de recueillir d’autres données concernant les mobiliers ou d’éventuels aménagements domestiques pour une meilleure compréhension de ces établissements ainsi que des dynamiques culturelles complexes qui se produisent au début du Néolithique moyen Il dans le nord-est du Bassin parisien.

Fig. 1 – Plan de l’enceinte

Fig. 1 – Plan de l’enceinte

DAO : G. Naze.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de l’enceinte
Crédits DAO : G. Naze.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Naze, « Crécy-sur-Serre – La Croix Saint-Jacques » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/82939

Haut de page

Auteur

Gilles Naze

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Naze

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search