Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France200802 – AisneCuiry-lès-Chaudardes – Le Fond de...

2008
02 – Aisne

Cuiry-lès-Chaudardes – Le Fond de la Plaine, Le Champ Tortu

Fouille préventive (2008)
Responsable d’opération : Frédéric Gransar

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La fouille de l’automne 2008 fait suite à un diagnostic effectué en janvier 2006 sur une surface totale de 5,9 ha. Elle a concerné une surface de 1 ha à l’extrémité méridionale de la parcelle, à l’endroit où un habitat très structuré à enclos palissadés dotés d’entrées monumentales avait été découvert.

2La parcelle est localisée sur la rive droite de l’Aisne, sur la première terrasse graveleuse non inondable. Elle est bordée au sud par la zone inondable dans laquelle plusieurs paléochenaux sont encore visibles aujourd’hui. Plusieurs substrats ont été identifiés après le décapage de la parcelle. La zone méridionale, représentant une crête et le début de pente menant à la plaine inondable, est constituée d’une grève blanche fine propre, potentiellement assez érodée. Plus au nord, on enregistre à l’est une grève propre plus grossière correspondant vraisemblablement à un relief légèrement arasé, et au centre et à l’ouest de la parcelle, une grève assez grossière salie de limon colluvial. Il s’agit probablement d’une zone dépressionnaire pour laquelle le bilan érosif est excellent, comme en témoignent le nombre et la profondeur des vestiges. Enfin, la partie localisée au nord-ouest de l’emprise est dominée par un limon brun colluvial. Les vestiges correspondent à du funéraire, à de l’habitat et à des occupations modernes et contemporains. Les vestiges liés au funéraire sont représentés par une inhumation et trois incinérations.

3L’inhumation est localisée au centre de la parcelle. Elle est totalement stérile en mobilier, mais le type de creusement de la fosse sépulcrale et surtout la position du squelette, sur le dos avec les jambes contraintes écartées en position dite « grenouille », suggèrent une attribution chronologique provisoire au Mésolithique ou au Néolithique, au sens large, en l’attente des datations radiocarbones.

4Les trois incinérations sont localisées dans le centre-ouest de la parcelle, à environ 50 m de l’inhumation. Elles sont groupées, de forme oblongue en plan, mais ne présentent pas d’orientation privilégiée. Le creusement est assez régulier, avec des parois légèrement convergentes vers un fond aplani. Les sépultures sont coffrées dans un ciste de pierres constitué de blocs de grès et de calcaires, de différentes tailles. L’analyse de la stratigraphie et de la destruction partielle du coffrage des trois tombes suggère qu’elles ont été pillées, probablement anciennement. Les amas osseux sont partiellement déstructurés et le mobilier céramique est très fragmenté et surtout partiel. Ces tombes ont quand même livré quelques éléments de formes céramiques, quatre armatures tranchantes brûlées, ainsi qu’un magnifique poinçon en os non brûlé, caché sous les pierres du niveau basal. Ces différents éléments mobiliers suggèrent une attribution chronologique provisoire au Néolithique récent/final, en attendant les résultats des analyses 14C.

5L’habitat concerne deux occupations protohistoriques distinctes.

6L’habitat le plus ancien date du Michelsberg (Néolithique moyen II). Il est localisé préférentiellement dans la partie limoneuse à limono-graveleuse au nord-ouest de l’emprise.

7Cette occupation n’avait pas été identifiée lors du diagnostic, les fosses étant systématiquement localisées entre les tranchées. Les quelques fosses et silos Michelsberg ont livré un mobilier céramique assez abondant, avec des formes sinueuses caractéristiques, des bouteilles à couronne de mamelons perforés et des plats à pain.

8Le second habitat protohistorique, objet de la prescription de fouilles, concerne les deux tiers méridionaux de l’emprise, jusqu’à la rupture de pente menant à la zone inondable. Cette occupation se présente sous la forme d’un ensemble structuré, parfois même emboîté, d’enclos palissadés majoritairement curvilignes, dotés d’entrées monumentales en « couloirs » mesurant jusqu’à 10 m de longueur. Trois enclos sont clairement perceptibles, auxquels il faut probablement ajouter quelques tronçons de palissade très érodés. L’occupation se développe au sud des palissades, sous la forme d’une vingtaine de bâtiments à 4 et à 6 poteaux, majoritairement interprétés comme des greniers surélevés, de quelques fosses (parmi lesquelles des silos et une cave ou un cellier semi-enterré) et d’un vaste bâtiment d’habitation. Ce dernier présente un plan original rectangulaire avec les angles arrondis. Il est constitué de 7 poteaux porteurs assez profonds, auxquels s’ajoute une tranchée de fondation pour les murs. Cette tranchée de fondation est conservée sur une profondeur de quelques centimètres grâce au bilan érosif modéré qu’a enregistré la zone médiane de grève sale dépressionnaire. Il est probable que la tranchée de fondation aurait été totalement arasée dans les zones de rupture de pente ou de microrelief ancien. Le bâtiment rectangulaire aux angles arrondis (surtout à l’est), à trois nefs et entrée décalée vers le nord, mesurant 8,40 m sur 6,60 m, soit une surface utile d’environ 52 m2. Les fosses étant peu nombreuses et généralement peu volumineuses, le mobilier est assez indigent. Elles ont livré un nombre étonnant de fusaïoles, ainsi que du mobilier céramique constitué de proto-situles, situles, vases de stockage ovoïdes et vases proto-carénés, globalement peu décorés. Quand ils existent, les décors sont exclusivement constitués d’impressions digitées. L’ensemble des caractéristiques morphologiques, minéralogiques et techniques de la céramique permet de dater cette occupation du Hallstatt D1/D2, soit dans le courant du vie s. av. J.‑C.

9Les « occupations » historiques concernent des fosses d’extraction de cailloutis siliceux (appelées « pierriers ») datant de l’époque moderne, qui ont partiellement détruit les occupations antérieures, et des vestiges de la Première Guerre Mondiale (une tranchée à l’angle nord-est et quelques impacts d’obus disséminés sur l’ensemble du site). La parcelle localisée immédiatement à l’ouest donnera lieu en 2009 à un décapage et à une fouille sur une surface de 2 ha, dans un secteur où des vestiges Michelsberg ont été repérés lors du diagnostic de 2006. Nous espérons donc atteindre l’année prochaine la périphérie de l’habitat hallstattien en nous déplaçant vers le cœur du site néolithique.

Fig. 1 – Plan général du site

Fig. 1 – Plan général du site

DAO : F. Gransar (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du site
Crédits DAO : F. Gransar (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/82949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Gransar, « Cuiry-lès-Chaudardes – Le Fond de la Plaine, Le Champ Tortu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/82949

Haut de page

Auteur

Frédéric Gransar

Inrap, UMR 7041

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Frédéric Gransar

Inrap, UMR 7041

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search