Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France200802 – AisneSoissons – Caserne Gouraud

2008
02 – Aisne

Soissons – Caserne Gouraud

Fouille préventive (2008)
Responsable d’opération : Bastien Gissinger

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Conseil général de l’Aisne

Texte intégral

1La présente opération a été réalisée sur la colline Saint-Jean, un secteur de Soissons connu de longue date comme particulièrement riche en vestiges funéraires romains. En effet, depuis le xixe s. et de massifs terrassements militaires, de nombreuses observations ont permis de circonscrire le périmètre d’une nécropole qui couvrait une grande partie de la butte. Elle se situait aux marges occidentales de la ville romaine.

2La fouille a fait suite à un diagnostic archéologique réalisé à l’automne 2006 par le Département, initié par un projet de réaménagement d’une partie de l’ancienne caserne Gouraud. Deux autres fouilles ont été menées par l’Inrap dans l’enceinte de l’ancienne caserne Gouraud en 2004 et 2008. Elles ont également livré des vestiges funéraires.

3La fouille archéologique présentée ici s’est limitée à l’emprise d’une future voirie, sur une superficie de 1 250 m2. Elle s’est déroulée de janvier à avril 2008 et a été assurée par une équipe du Département de l’Aisne composée de cinq archéologues en moyenne, ainsi qu’une anthropologue. Compte tenu des conditions climatiques hivernales, une grande structure couvrante de 1 500 m2 a été installée au-dessus de l’emprise afin de permettre une fouille des vestiges protégée des intempéries.

4Le site est caractérisé par le chevauchement de différentes structures funéraires, regroupées sur une période assez restreinte. La densité de l’occupation est impressionnante. Les structures les plus anciennes sont des sépultures à inhumation. Elles datent pour l’essentiel de la période Claude-Néron et des quelques décennies suivantes. Le mobilier céramique mis au jour sur la fouille, très important en quantité, est toujours en cours d’étude à l’heure de la rédaction de cette notice. Pour l’instant, il semble assez homogène et ne permet pas de déterminer des phases précises d’inhumation. Il semble que ces inhumations aient été pratiquées sur quelques décennies seulement, au cours du premier siècle, avant d’être recouvertes par d’autres structures.

5L’essentiel des inhumations est composé de nouveau-nés. Cent-quarante sépultures en ont été découvertes. Elles ont dans l’ensemble été installées de façon régulière sur l’emprise. Quelques zones vides apparaissent toutefois sans que l’on y trouve d’explication. Tous les cas de figure apparaissent : sépultures en pleine-terre, en cercueil ou coffre, en coffret dont subsistaient les ferrures, sous amphore (fig. 1), les tombes étaient plus ou moins riches ; la plupart n’a livré aucun matériel, les autres étaient pourvues de fragments de céramiques, appartenant souvent au comblement et non déposées lors de l’inhumation, ou de vaisselle complète en dépôt au fond de la sépulture. On note la présence de nombreux biberons complets, et ponctuellement d’une lampe à huile. Plusieurs monnaies ont été découvertes à côté des squelettes, souvent près de la tête. Un seul individu avait conservé une monnaie placée dans la bouche au moment de l’inhumation.

Fig. 1 – Sépulture de nouveau-né sous une couverture d’amphore

Fig. 1 – Sépulture de nouveau-né sous une couverture d’amphore

Cliché : N. Robin.

6Il n’a pu être constaté d’orientation-type. Des blocs de grès non taillés servaient de marqueurs en surface, parfois de calage au sein de la sépulture. Une grande densité est apparue en certains secteurs, formant des « nids » de sépultures. Certaines se recoupaient, tranchant les sépultures existantes et les restes osseux s’y trouvant. Il faut en conclure un abandon assez rapide de l’intérêt porté à certaines sépultures : faut-il y voir l’indicateur d’un rapport assez distant avec la sépulture de nouveau-né, peut-être lié à la forte mortalité infantile que l’on imagine pour l’époque, où la disparition rapide des parents après le décès de l’enfant, aucune famille ne pouvant alors assurer l’entretien de la sépulture ? Le comblement cendreux ou charbonneux de certaines sépultures indique une activité de crémation funéraire à proximité immédiate. Il faut en effet envisager le fait que certains secteurs de la nécropole servaient à l’inhumation alors même que l’on incinérait à quelques mètres de là. Un fait est apparu dans une soixantaine de sépultures. Dans la majorité des cas, ce fait ne semble pas lié au type de comblement mais semble témoigner d’un acte volontaire qu’il est difficile de saisir tant ce geste semble méconnu : quelques esquilles d’ossements humains, brûlés et nettoyés, ont été mêlées au sédiment comblant la fosse lors de la déposition du défunt et du rebouchage de la structure. S’agit-il d’un rite destiné à accompagner le nouveau-né dans l’au-delà, sous la conduite symbolique d’un adulte ? Nous ne pourrons que proposer cette hypothèse.

7Vingt sépultures d’immatures au sens anthropologique du terme (enfants, adolescents, jeunes adultes) ont été découvertes, réparties équitablement sur l’ensemble de l’emprise. Certaines sépultures témoignaient d’un grand intérêt porté à l’individu inhumé : au sein d’un cercueil, un enfant fut inhumé sur le dos avec un service de vaisselle probablement posé sur le dessus du coffre (une assiette et quatre pots globulaires), un oiseau déposé à ses côtés. Le petit était paré d’un petit collier métallique, actuellement en cours de restauration.

8D’autres individus ont été inhumés sans guère de considération apparemment, en témoigne cet individu âgé de 15 à 18 ans dont le sexe ne peut être déterminé avec certitude, inhumé dans une fosse trop étroite et dont un bras semblait sortir de la fosse (fig. 2). Il semble presque y avoir été jeté à la va-vite.

Fig. 2 – Individu âgé de 15 à 18 ans, inhumé dans une fosse trop étroite

Fig. 2 – Individu âgé de 15 à 18 ans, inhumé dans une fosse trop étroite

Cliché : E. Marchadier.

9La plupart des individus était orientée tête à l’est. Toutefois un grand nombre avait la tête à l’ouest, d’autres au nord-nord-est. Comme pour les nouveau-nés, les fosses étaient accueillaient ou non un coffrage en bois.

10Dix-neuf sépultures d’adultes ont été mises au jour, pour l’essentiel des hommes. Elles ne semblent pas, encore une fois, avoir été soignées : les fosses, creusées grossièrement, accueillaient tant bien que mal les défunts : l’un fut jeté depuis le bord de la fosse, sa tête ramassée sur sa poitrine car son dos avait pris la forme de la paroi, le corps n’étant pas centré au sein de la sépulture. Deux individus, des hommes, ont été inhumés en procubitus, face contre terre. L’un d’eux fut toutefois inhumé avec un vase. Les autres tombes d’adultes ne contenaient quasiment pas de mobilier hormis quelques tessons disparates.

11À ce décompte, il faut ajouter plusieurs fosses dont le mobilier (présence de clous en position témoignant de la présence passée d’un coffre de bois, céramiques en dépôt), la forme, les dimensions, la position, rappellent fortement des sépultures de nouveau-nés. Toutefois, aucun os humain n’y a été découvert, hormis quelques esquilles brûlées en nombre négligeable. Cinquante-sept de ces fosses ont été dénombrées. On peut supposer que l’acidité, la perméabilité du sol, le caractère sableux du substrat et du sédiment composant le comblement, ont parfois intégralement fait disparaître les restes humains de jeunes individus, friables, pulvérulents, en les faisant fondre peu à peu. Nombre de sépultures d’enfants ont d’ailleurs livré des squelettes en connexion dont certains os étaient absents au point que parfois, il ne restait que quelques os longs et de rares fragments de crâne.

12Deux grandes fosses creusées dans le quart sud-est de la fouille, étaient elles-mêmes creusées de plusieurs sépultures d’enfants. La plus grande contenait cinq sépultures, dont deux se recoupaient. Faut-il envisager qu’il s’agissait d’une sorte de « caveau » familial aménagé dans cette partie de la nécropole en majorité réservée à l’inhumation des enfants ? Des fossés d’enclos, de taille différente mais globalement orientés selon la cadastration en usage au sein de la ville antique de Soissons notamment pour le système viaire (axes nord-nord-ouest – sud-sud-ouest), peuvent avoir servi à délimiter des espaces au sein de cette nécropole. Ces espaces ont toujours été rapidement débordés, tous coupés par une ou plusieurs sépultures. Un grand fossé est à noter en bordure est de la fouille. Il avait été mis au jour lors du diagnostic, et semblait limiter les sépultures dans l’espace situé à l’ouest de ce marquage relativement large et profond : en effet, aucune structure funéraire n’avait été découverte à l’est de ce fossé. Au total, on dénombre ainsi 236 sépultures à inhumation sur l’ensemble de la surface fouillée, soit une densité relativement forte.

13Il faut retenir plusieurs points essentiels pour la caractérisation de la nécropole : les tombes sont pauvres dans l’ensemble. Elles font l’objet d’un entretien relativement bref et d’un abandon rapide. L’activité d’inhumation semble avoir coexisté un temps avec l’activité de crémation, nous y reviendrons. Elle est limitée dans le temps, dans l’ensemble aux trois premiers quarts du ier s. Le marquage au sol des sépultures, rudimentaire (aucune stèle inscrite n’a été découverte), atteste encore davantage du caractère peu soigné voire éphémère de la nécropole, apparemment réservée à des adultes indigents et à des nouveau-nés. Faut-il envisager qu’une quelconque épidémie a contraint les Anciens à inhumer certains individus dans l’urgence, négligeant le soin élémentaire porté au défunt ?

14L’activité de crémation, nous l’avons dit, est pratiquée en même temps que certaines de ces inhumations. Il faut d’ailleurs noter que 31 de ces sépultures, essentiellement des enfants, ont été réalisées au sein de petits enclos de forme quadrangulaire et circulaire, probablement liés à une activité de crémation.

15Les plus anciennes fosses de crémation observées sur la fouille prenaient des formes différentes (fosses profondes, creusements de faible profondeur, limites régulières ou non). Mais la fouille a surtout révélé la présence de nombreux enclos de dimensions variables, et de formes géométriques simples. Elles sont difficiles d’interprétation. Ces fossés prirent d’abord des formes quadrangulaires et surtout carrées. Les fossés, de profondeur et de largeur inégales d’une structure à l’autre, présentaient plusieurs modules de dimensions comparables. Ils étaient comblés de terre charbonneuse, noire, contenant esquilles et céramiques brûlées et fragmentées. Les sédiments ont livré des restes de lentilles, de raisin et d’olives entre autres plantes (étude V. Zech-Matterne, Cravo). Parfois, les parois du fossé étaient rubéfiées par l’action de la chaleur. Plusieurs comblements n’étaient composés que de terre orangé. Dans l’espace formé par ces enclos furent parfois installées des fosses qui ont servi à l’incinération. Ces structures étaient mal conservées, peu profondes, et les fossés-enclos se recoupaient à de nombreuses reprises, surimprimés les uns sur les autres, preuve de leur caractère non pérenne mais simplement destiné à délimiter l’activité de crémation qui se déroulait au sein de ces fosses.

16Dans une seconde phase, les enclos quadrangulaires furent remplacés de façon systématique par des enclos circulaires, coupant à nouveau les précédents et rendant la lecture difficile au sein de sédiments charbonneux. Dans les mieux conservés, on observait un espace permettant l’accès à l’espace circonscrit par le cercle. Des fosses continuent d’être creusées dans l’espace enceint, et subirent l’action du feu. Il s’avère que le contenu des quelques fosses conservées, s’il conservait parfois des restes d’esquilles et de matériel céramique brûlé, a clairement subi un tri drastique destiné à enlever les restes les plus importants. Quelques exemples montrent que ces fosses en recoupaient d’autres, ou subissaient un curage permettant de s’en servir à nouveau. Mais la plupart des restes témoignant de la crémation semblent avoir été nettoyés et avoir été réalisées en surface, sans creusement. Seule la consistance, voire la couleur du sable, rubéfié par endroits, indique que le feu fut pratiqué au sein de ces enclos (fig. 3).

Fig. 3 – Vue d’ensemble de « structures de crémation » dans le quart sud-ouest de la fouille

Fig. 3 – Vue d’ensemble de « structures de crémation » dans le quart sud-ouest de la fouille

Cliché : B. Gissinger (CG de l’Aisne).

17Ces enclos semblent donc correspondre à des limites individuelles de bûchers, qui peuvent pourtant avoir servi à plusieurs reprises. Par contre il ne s’agit aucunement de sépultures en position primaire ou secondaire comme aurait pu le laisser supposer l’aspect de ces structures fossoyées, ressemblant aux enclos d’une nécropole-type que l’on trouvait un à deux siècles auparavant. Il s’agit bien d’aires de « travail », comme en témoigne d’ailleurs l’épaisse couche de sédiment charbonneux qui recouvre l’ensemble des deux tiers ouest de la fouille. Il faut envisager une véritable « usine » à crémation, un paysage charbonneux, désolé, probablement volontairement implanté sur le versant ouest de la colline Saint-Jean, masquant ce spectacle macabre à la ville située au nord-est. C’est au total une centaine de structures de crémation qui fut identifiée, toutes phases confondues, sur l’emprise de la fouille. Plusieurs dizaines de fosses, apparemment destinées aux rejets de crémations, ont été identifiées et fouillées.

18Par ailleurs, un nombre impressionnant de petites fosses ne trouvait pas d’explication : ne contenant apparemment pas de restes issus des crémations, il ne s’agissait pas de sépultures ni de dépotoirs.

19Un reste de fossé, épargné sur quelques mètres par les terrassements ultérieurs et notamment une vaste fosse de pillage moderne, fossé orienté nord-sud, limitait les bûchers à l’est. Aucun n’a été découvert à l’est de cette structure. L’activité de crémation dura un siècle au maximum, et les « enclos-bûchers » aux contours géométriques ne tardèrent pas, dans une dernière phase, à se réduire à des formes très grossières, en forme de croissants.

20Les sépultures à incinération secondaire, au nombre de 62, étaient présentes à tous niveaux, s’accélérant vers la fin de la période d’utilisation du site.

21Encore une fois, le panel de conditionnement des restes recueillis après la crémation est large : au sein d’un tesson d’amphore, dans un sac, dans un coffret en bois (fig. 4), dans une urne, en pleine-terre… Le mobilier associé est riche : miroirs, fibules, monnaies, céramiques complètes ou fragmentées, on retiendra une tombe en particulier, de dimensions très restreintes, mais n’en contenant pas moins outre les restes du défunt (probablement une femme d’après le mobilier associé), une statuette en terre blanche de Vénus, une hache néolithique en pierre polie, deux balsamaires de verre, et un miroir ayant conservé son manche. Une autre sépulture, n’ayant livré qu’une très faible quantité de restes brûlés, contenait en contact direct avec ceux-ci, un petit ex voto en terre cuite, peint.

Fig. 4 – Contenu d’une sépulture à incinération secondaire, contenant un coffret renfermant les esquilles du défunt

Fig. 4 – Contenu d’une sépulture à incinération secondaire, contenant un coffret renfermant les esquilles du défunt

Cliché : M. Sévastides.

22Plusieurs rites restent sans explication mais ont laissé des traces en fouille, comme par exemple la séparation systématique des cols d’amphores. Plusieurs fosses-dépotoirs en furent emplies, au détriment de tout le reste du récipient utilisé à d’autres fins.

23En définitive, ce site funéraire semble fonctionner pendant à peine plus d’un siècle, jusque vers le milieu du iie s. au plus tard. D’abord principalement consacré à l’inhumation de jeunes enfants, l’espace funéraire fut rapidement envahi par l’activité de crémation, qui coexista avec les inhumations, au point que les creusements chamboulèrent un certain nombre de sépultures, déplaçant parfois les restes, les rejetant dans les enclos à défaut. Plusieurs rites peu, voire par du tout connus, semblent transparaître à travers la fouille de l’ensemble des structures de l’emprise. C’est le cas de l’introduction d’esquilles humaines brûlées dans le comblement de nombreuses sépultures de nouveau-nés, et surtout l’activité de crémation se déroulant au sein d’un espace consacré délimité par une fossé, et pratiquée au sein de petits enclos individuels à usages uniques ou non, en tous cas éphémères. D’autres fosses-bûchers, « classiques », ont plus rarement été mises en évidence mais apparaissent très minoritaires. Le caractère extrêmement sableux du sédiment semble avoir facilité les creusements systématiques que constituaient ces enclos.

24Le site fut ensuite abandonné, mis en culture durant le Moyen Âge et l’époque moderne (présence de fossés parcellaires, de fosses diverses) et ne semble pas réoccupé avant l’époque contemporaine, avec l’aménagement au xixe s. de la caserne Gouraud et d’autres stigmates de la Première Guerre mondiale, tel un trou d’obus. Les remblais apportés par les militaires pour créer une plate-forme le long de l’avenue de Paris ont permis de protéger les vestiges archéologiques jusqu’à nos jours. La zone a de plus été miraculeusement épargnée par les immenses travaux de terrassements des xvie et xixe s., qui se terminaient quelques dizaines de mètres à l’est de la fouille. À noter qu’une fouille ancienne, assimilable à un pillage pur et simple et difficile à dater, a retourné une bonne partie de la moitié est de la fouille à la fin du xixe s. ou au début du xxe s., vidant plusieurs sépultures, n’en laissant que quelques restes osseux. Une tranchée de la Première Guerre mondiale, qui traversait le secteur du nord au sud, a achevé de perturber le secteur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sépulture de nouveau-né sous une couverture d’amphore
Crédits Cliché : N. Robin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/83179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
Titre Fig. 2 – Individu âgé de 15 à 18 ans, inhumé dans une fosse trop étroite
Crédits Cliché : E. Marchadier.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/83179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre Fig. 3 – Vue d’ensemble de « structures de crémation » dans le quart sud-ouest de la fouille
Crédits Cliché : B. Gissinger (CG de l’Aisne).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/83179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 826k
Titre Fig. 4 – Contenu d’une sépulture à incinération secondaire, contenant un coffret renfermant les esquilles du défunt
Crédits Cliché : M. Sévastides.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/83179/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Gissinger, « Soissons – Caserne Gouraud » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/83179

Haut de page

Auteur

Bastien Gissinger

Conseil général de l’Aisne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bastien Gissinger

Conseil général de l’Aisne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search