Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France200802 – AisneTergnier – ZES de Tergnier

2008
02 – Aisne

Tergnier – ZES de Tergnier

Fouille préventive (2008)
Responsable d’opération : Guy Flucher

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La fouille de cette ferme médiévale s’inscrit dans le projet de création d’une Zone Économique Spéciale à Tergnier, sur une superficie de 65 ha. Le diagnostic, réalisé par F. Joseph (Inrap), a révélé la présence de vestiges d’un habitat médiéval s’étendant sur une superficie de 2 ha. Ce site d’habitat, nous le nommerons ici ferme, par commodité de langage, plutôt que cense, domus ou exploitation agro-pastorale monastique. Cette ferme est située sur le terroir de l’ancienne paroisse de Vouël, aujourd’hui commune associée à Tergnier. L’existence d’une ferme à l’époque médiévale sur le terroir de Vouël est attestée par la documentation écrite. Le cartulaire de l’abbaye de Prémontré fait état de la création d’une domus au lieu-dit la Férolle en 1132, suite à une donation de terres d’un certain Guillaume Cornard. La ferme de la Férolle semble disparue avant le milieu du xviie s. L’état des possessions de l’abbaye de Prémontré en 1661 fait juste mention au dit lieu de parcelles de terres, de près et de bois

2L’occupation médiévale est circonscrite par un fossé formant un enclos d’environ 19 800 m2, soit un peu moins de 2 ha. L’habitat est concentré dans la moitié sud de l’enclos, sur une terrasse au substrat un peu moins argileux. Il y a beaucoup d’incertitudes sur le nombre de constructions, leur surface et leur fonction. On distingue cependant un grand bâtiment qui pourrait correspondre à une grange. Des latrines, une cave et des fosses-dépotoirs, concentrés dans un même secteur suggèrent l’emplacement de l’habitation principale. La difficulté de mettre en évidence des relations stratigraphiques (conséquence de la nature des sédiments et de l’érosion) nous empêche d’appréhender clairement d’éventuelles phases successives d’occupation. Le plan offre donc une vision synchronique qui n’est sans doute pas le reflet du vécu réel du site (fig. 1).

Fig. 1 – Plan des vestiges

Fig. 1 – Plan des vestiges

DAO : Inrap.

3La ferme est ceinturée d’un large fossé au tracé curviligne. Sa largeur varie de 3 à 4 m selon les secteurs. Sa profondeur moyenne est de 1,20 m. Les couches de comblement suggèrent l’existence d’un talus le long de ce fossé. Compte-tenu du volume des sédiments extraits, l’ensemble devait constituer une enceinte non négligeable. On décèle là une volonté de bien délimiter l’espace domanial, même si une fonction supplémentaire de drainage n’est pas à exclure.

4Les constructions : La faible largeur des fondations (30 cm en moyenne) et leur faible profondeur (une seule assise au niveau du substrat) plaident en faveur de l’hypothèse de constructions en pans de bois et torchis. Les toitures des bâtiments ont été, à un moment donné de leur histoire, couvertes de tuiles, comme en témoignent les nombreux restes disséminés sur le site. Une de ces toitures a été agrémentée d’au moins un épi de faîtage en céramique dont nous avons retrouvé des fragments. Si aucun niveau de sol n’a été conservé, la fouille des structures a permis de mettre au jour de nombreux rejets de carreaux de pavement en terre-cuite, décorés ou non. La pierre utilisée pour la construction des latrines est en grande majorité un calcaire tendre du Lutétien ainsi que quelques grès. Pour la cave, a été employé le grès en soubassement puis un calcaire dur coquillier dont la provenance reste à identifier. Ces matériaux constituent les indices de la qualité de la construction, de la recherche du confort et de l’esthétique, d’un statut économique élevé malgré l’apparence fugace des vestiges conservés.

5Le bâtiment 1 présente une largeur de 13 m. Sa longueur est estimée à environ 28 m. Cette imprécision est la conséquence de la récupération des matériaux de fondation et de l’arasement. Il est tentant d’interpréter cette grande bâtisse d’environ 338 m2 comme étant la grange de la ferme. Le bâtiment 2 n’apparaît plus que sous la forme d’une tranchée de récupération. Il aurait pu mesurer 10 m de large sur 16 m de long. Du bâtiment 3 il ne reste qu’un lambeau de fondation superficielle qui ne nous permet pas d’en estimer la superficie. Un alignement de quatre trous de poteau est peut-être l’indice d’un quatrième bâtiment, de 12 m de long, mais son existence reste discutable.

6La première latrine, de plan carré, mesure 2 m de côté. Les parois, verticales, sont construites en moellons de calcaire tendre avec quelques grès épars. Le fond, plat et situé à 2,50 m sous le niveau de décapage, n’est pas appareillé.

7La deuxième « latrine » est plus énigmatique. De plan rectangulaire, elle mesure 2,30 m sur 1,70 m . Les parois, verticales sont construites de la même manière que la latrine 1. Cependant le fond s’en distingue par un appareillage de dalles de grès et de calcaire dur, qui de plus, forme un profil en cuvette avec réceptacle au centre. Ce mode d’aménagement sous-entend qu’on a voulu isoler le contenu de la structure du substrat encaissant et faciliter sa récupération (fig. 2).

Fig. 2 – Latrine

Fig. 2 – Latrine

Cliché : Inrap.

8La cave, dont une grande partie des matériaux de construction a été récupérée, est composée de deux ensembles de tailles inégales.

9La partie principale mesure 5 m de long sur 4,50 m de large. L’accès se situe dans l’angle nord-ouest au moyen d’un escalier dont seules les trois dernières marches sont conservées. La partie basse des murs est construite en grès, le reste de l’élévation en calcaire coquiller. La voûte en plein cintre est renforcée par un arc au niveau médian de la cave. Le sol est constitué de couches successives de sable et de graviers (fig. 3).

Fig. 3 – Cave

Fig. 3 – Cave

Cliché : Inrap.

10La partie annexe mesure 3,20 m de long sur 2,50 m de large. Elle est aménagée dans le prolongement du fond de la cave principale et en est séparée par un muret doté d’une porte. Les matériaux utilisés sont le moellon et la pierre de taille de calcaire tendre. Les relations stratigraphiques entre ces deux ensembles montrent que la petite cave est une adjonction postérieure à la construction de la grande cave et qu’elles fonctionnaient ensemble au moment de l’abandon du site.

11La phase d’abandon : Si l’origine de cette ferme est à peu près établie, la date et les raisons de son abandon sont plus problématiques. Les textes étudiés à ce jour sont muets sur la question. Les couches finales de comblement des structures les plus récentes au regard des données stratigraphiques ont livré du mobilier céramique qui nous permettent de supposer que la ferme a été abandonnée au cours du xve s. Par ailleurs, l’abandon de la ferme est lié à un incendie dont nous avons trouvé plusieurs indices concordants. Les couches finales de comblement des structures présentent une forte concentration de cendres et de charbons de bois. De nombreuses tuiles offrent des traces de recuisson en atmosphère réductrice. Les carreaux de pavement retrouvés sont tous éclatés au feu. Les causes de cet incendie peuvent être accidentelles, mais aussi liées aux évènements de cette période troublée du xve s., avec la guerre de Cent Ans et plus particulièrement l’affrontement entre Armagnacs et Bourguignons durant la première moitié de ce siècle

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des vestiges
Crédits DAO : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/83209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Fig. 2 – Latrine
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/83209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 3 – Cave
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/83209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 814k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Flucher, « Tergnier – ZES de Tergnier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/83209

Haut de page

Auteur

Guy Flucher

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Flucher

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search