Navigation – Plan du site
2001

Département du Doubs

Responsable(s) des opérations : Christophe Silvant
Notice rédigée par : Christophe Silvant

Texte intégral

Date de l'opération : 2001 (ME)

1En 2001, ce sont principalement des éperons ou des crêtes boisées qui ont été prospectés dans les cantons de Baume-les-Dames, Roulans, Saint-Hippolyte et Vercel.

2Cinq sites ont fourni du mobilier. Les découvertes sont des objets métalliques, allant de l’époque romaine au XVIIe s.

3• Sur la commune de Cusance, trois pièces romaines se trouvaient au même endroit, vers l’extrémité d’un éperon rocheux qui domine le château du Val de Cusance.

4Il s’agit peut-être d’un dépôt votif lié au culte des divinités habitant les sources du Val: la source « bleue » et la source « noire ».

5• Sur la commune de Naisey-les-Granges, une crête, qui surplombe le bourg de Naisey et une combe au nom évocateur de « Combe du Château », conserve les vestiges d’une forteresse appelée « Andernach ». Ce site, mal connu, semble ne pas avoir fait l’objet d’étude.

6Sur deux de ses côtés, un fossé protégeait des bâtiments construits au sommet d’une crête étroite. Sous celle-ci, côté Naisey, une terrasse rectangulaire comporte les traces de deux tours rondes à chaque angle exposé à l’attaque. Une autre terrasse rectangulaire, située dans la combe, a été aménagée en avant du fossé qui barre l’accès en venant de Granges-de-Vienney.

7Une pièce de Néron, découverte côté Granges-de-Vienney, indiquerait que ce lieu était connu à l’époque romaine.

8Les nombreuses pointes de flèches ou carreaux médiévaux, dont certaines ont pu servir de pointes incendiaires, trouvées en avant des fossés, témoignent d’une attaque destructrice.

9Il faut noter la trouvaille d’un objet en bronze qui pourrait être un rasoir (côté combe).

10• Sur la commune de Vercel-Villedieu-le-Camp, une crête rocheuse, dominant Vercel au sud-est, a gardé les traces d’un château médiéval appelé « Eges, Eyes ou Nidor ». Il a été décrit au XIXe s. par J. Gauthier et depuis n’a fait l’objet d’aucune autre étude descriptive. L’érudit J. Gauthier décrit une enceinte fortifiée avec retranchement et fossé, un orifice de citerne et une base de tour ronde ayant 3 m à 4 m de diamètre intérieur. Ces aménagements sont toujours visibles aujourd’hui.

11Les objets métalliques d’époque médiévale rencontrés sont très divers : denier estevenant, boucles, pointe de flèche, clef, bouterolle de fourreau, pied de chaudron et éléments de décoration. Une petite plaque carrée en cuivre représente un loup et un marteau, tandis qu’un objet en cuivre doré présente un motif floral.

12• C’est sur la commune d’Indevillers que la forteresse de « Chauvelier » a été bâtie. Elle occupait le sommet d’un rocher dominant le hameau de Chauvilliers. Ce château-fort aurait été incendié en 1637 sur ordre du comte J. de Grancey.

13La maison de ferme, située à environ 300 m à l’ouest du site, appelée « Le Château », en ruine depuis 1942, aurait été une dépendance de cet édifice militaire au XVIIe s.

14Le site primitif était protégé à l’ouest par un fossé simple (côté Chauvilliers) et un double fossé (côté Indevillers). Les fondations de bâtiments se devinent sur toute la surface modeste du rocher. Le chemin d’accès est toujours visible.

15Les nombreuses pointes de flèche ou de carreaux d’arbalète, trouvées devant le fossé, côté Chauvilliers, semblent ne pas appartenir à la destruction du site. Seules quelques balles de mousquet peuvent s’y rattacher. Il faut noter la trouvaille d’un fer de lance, en bon état, vers un fossé situé à proximité des ruines de la maison de ferme, ainsi qu’une chausse-trappe, mis au jour devant le fossé, côté Chauvilliers.

16• Une crête rocheuse, partagée par la limite des communes de Silley-Bléfond et d’Esnans, garde les ruines du château-fort de la famille de Silley. Cet édifice, construit au XIIe s., aurait été détruit au XVe s. Ce site de petite dimension a été très peu étudié. Il reste la base d’un donjon carré, une citerne en partie comblée et un grand pan de muraille. Des dépressions laissent supposer la structure des bâtiments ou des salles sur toute la surface rectangulaire du sommet. Un double fossé protège le côté est, tandis qu’un fossé simple barre l’accès du côté ouest. En avant des fossés, de nombreuses pointes de flèche ou de carreaux d’arbalète et un fer de lance (côté ouest) ont été trouvés, sans doute utilisés lors de la prise du château-fort. Un élément d’armure, protégeant le dessus de la main droite, a été découvert dans la côte d’Esnans. Deux bijoux en plomb, une épingle en plomb et en fer, ainsi que des outils destinés peut-être à la taille de la vigne ont été découverts dans la côte de Silley.

17Les prospections envisagées pour l’année 2002 auront le même objectif que celui de 2000 ou 2001, c’est-à-dire la recherche en milieu boisé de sites de hauteur inédits ou d’éléments permettant une meilleure connaissance de sites peu étudiés. La zone prospectée concernera encore l’est des départements du Doubs et du Jura.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christophe Silvant, « Département du Doubs », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Franche-Comté, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8379

Haut de page

Responsable d'opération

Christophe Silvant

Bénévole

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals