Navigation – Plan du site
2001

Saint-Vit – Les Champs Perret 2

Responsable(s) des opérations : Jean-Pierre Urlacher
Notice rédigée par : Jean-Pierre Urlacher

Entrées d’index

Chronologique :

âge du Fer, Empire romain

Nature des opérations :

Fouille d'évaluation (EV)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 25 527 010

Date de l'opération : 2001 (EV)

1Le projet de construction d’un gymnase sur la commune de Saint-Vit est à l’origine d’une intervention d’évaluation sur le site des Champs Perret au début de l’année 2001 (Sylvie Cantrelle, Document final de synthèse, AFAN, février 2001). Cette opération archéologique, à savoir la réalisation de 14 sondages répartis sur les parcelles 1, 50, 51, 209, a permis de localiser les vestiges et d’évaluer leur état de conservation. Une occupation ancienne a été identifiée sur la plateforme supérieure du site, au sud de la rue de la Tour, avec des structures en fosses et des trous de poteaux attribuables à la période La Tène finale.

2Un vaste bâtiment lui succède, témoignant d’un établissement de la période gallo-romaine. Etablie sur la pente naturelle, cette construction en terrasses s’organise sur l’ensemble de l’espace sondé. Ainsi que le laissaient supposer les documents connus antérieurement par photographie aérienne, confimés par la reconnaissance de sol réalisée par Géotec en 2000, le site présentait à la fois des éléments structurés complexes et une puissance de remplissages archéologiques assez exceptionnels dans un tel contexte (1,2 m à 1,8 m au dessus du substratum naturel).

3Les deux terrasses artificielles réalisées grâce à l’apport d’importants remblais conservent des pièces d’habitation avec des revêtements de sols soignés, et les maçonneries, de qualité, s’élèvent encore jusqu’à 1,20 m pour les mieux préservées. Un vaste espace de circulation est limité au nord par un caniveau construit en blocs monolithiques repérés sur 63 m de longueur, d’est en ouest, et des contreforts en arc de cercle stabilisent la terrasse intermédiaire, faits rares dans les habitats privés.

4La céramique présente dans les niveaux de démolition date l’abandon du bâtiment entre la fin du IIe s. et le IVe s. apr. J.-C. Compte tenu des impératifs d’intervention, mais aussi de la qualité des vestiges mis en évidence, l’extension de décapages ou d’investigations plus approfondies, forcément destructeurs, n’a pas pu être réalisée pour permettre d’identifier plus avant la fonction du bâtiment.

5La qualité des vestiges archéologiques mis au jour, mais aussi la prise en compte des difficultés et du coût d’une intervention de fouille globale et approfondie, ont justifié la décision de proposer le déplacement et la modification du projet d’aménagement initial dont l’emprise intéressait l’ensemble des vestiges repérés.

6Afin de lever les interrogations sur les limites d’emprise du site archéologique, une campagne de sondages complémentaires a été réalisée en préalable à la poursuite du projet.

7La série de sondages complémentaires réalisée dans la perspective de déplacement du projet de construction de gymnase a permis de mettre en évidence :

8    - la limite d’extension du bâtiment d’époque gallo-romaine repéré lors de la précédente évaluation. Essentiellement concentré sur la partie septenrionale et haute du site ainsi que sur la pente aménagée en terrasses, cet établissement bénéficie d’une conservation plus aléatoire au sud. Les sondages, bien que limités, ont toutefois révélé des niveaux de démolition et de récupération de matériaux ;

9    - la présence, dans plusieurs sondages, d’une élévation qui pourrait être interprétée comme mur limitatif au sud et à l’ouest de l’édifice. Ce mur, vraisemblablement détruit par endroits, se prolonge vers l’ouest (2/S. 4), mais n’est plus repéré au-delà de ce sondage. Une canalisation, mise en évidence dans deux sondages, le longe d’est en ouest. Aucun niveau de sol d’habitation n’est en relation avec ces structures ;

10    - une gestion de l’espace à l’ouest du bâtiment gallo-romain avec la présence de maçonneries sommaires dans deux sondages. L’absence de sols d’habitation identifiés, la différence de qualité de ces structures pourraient laisser supposer que ces aménagements peuvent avoir eu d’autre destination que l’habitat ou que, malgré la présence d’un niveau d’épandage avec des éléments datables de la période gallo-romaine, ces structures peuvent être chronologiquement postérieures.

11Plus généralement, ces sondages ont permis d’indiquer que des structures antiques sont conservées à faible profondeur, à l’exemple de certaines maçonneries, que la présence d’une canalisation et des aménagements en terrasses laissent supposer l’existence d’organisations de l’espace liés au bâtiment gallo-romain. Ces informations permettent néanmoins démontrer que l’essentiel de la construction gallo-romaine est caractérisé par les structures mise en évidence au cours de l’intervention des Champs-Perret 1, les sondages complémentaires ayant avant tout permis de localiser ses limites d’extension et de repérer des vestiges fugaces d’aménagements extérieurs, dont l’interprétation est aléatoire faute d’informations archéologiques suffisamment explicites (absence de matériel, de niveaux d’occupation).

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Pièce avec sol en terrazzo(Us 11)

Fig. n°1 : Pièce avec sol en terrazzo(Us 11)

Auteur(s) : Cantrelle, Sylvie (AFAN). Crédits : Canterelle, Sylvie, AFAN (2001)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Pièce avec sol en terrazzo(Us 11)
Crédits Auteur(s) : Cantrelle, Sylvie (AFAN). Crédits : Canterelle, Sylvie, AFAN (2001)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/8393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Pierre Urlacher, « Saint-Vit – Les Champs Perret 2 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Franche-Comté, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8393

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Pierre Urlacher

COL

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals