Navigation – Plan du site
2001

Lavans-lès-Dole – Bois de la Bussière

Responsable(s) des opérations : Hervé Laurent
Notice rédigée par : Hervé Laurent

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 3928503

Date de l'opération : 2000 (FP)

1Découvert en 1971 et partiellement fouillé à partir de cette année là et jusqu’en 1973, le site occupe l’extrémité sud du Bois de la Bussière dont la lisière ouest est baignée par le ruisseau de l’Abergement qui se jette dans l’Arne à faible distance. Exposé à l’ouest, il se développe à la fois sur une zone à peu près plane et sur des terrasses rocheuses, le tout dominant les terrains environnants de quelques mètres. Une série de sondages effectués en 2000 avaient permis d’évaluer la surface occupée à environ 5 000 m². La fouille de l’été 2001 a concerné deux secteurs.

2À l’endroit qui paraît marquer le point culminant du site, un petit bâtiment rectangulaire qui pourrait être un petit temple très dégradé a été nettoyé. Sur une quinzaine de mètres carrés, la fouille fine de ses abords immédiats a exploité, comme en 2000, un sédiment d’environ 0,20 m d’épaisseur reposant sur le substrat sans que des couches puissent être individualisées. On y a relevé des tessons provenant de vases non tournés, d’un type méconnu dans la région ainsi que de menus fragments de sigillée arétine et sud-gauloise du Ier siècle de notre ère. Le mobilier métallique, abondant et sans traces d’utilisation, se compose d’une fibule en fer et surtout de lamelles et de barres du même métal dont l’une provient d’un gril. Rien n’indique cependant que ces objets ont été fabriqués sur place.

3Légèrement en contrebas, l’habitat proprement dit est composé d’un alignement de bâtiments selon un axe nord-sud, mais sans aucune continuité dans les façades. La fouille partielle de l’un d’eux a été entreprise. Du fait de la présence conjointe de souches et de remblais très volumineux, elle n’a concerné qu’une surface limitée. À aucun endroit, dans les sondages où il a été atteint, le substrat ne donne l’impression de guider le choix d’implantation des fondations : les murs ont un tracé indépendant des décrochements rectilignes et des cassures du rocher ; ils n’évitent pas non plus les diaclases, dont le réseau est complexe ; les maçonneries rachètent le fort dénivelé qui affecte la surface du rocher que la fouille atteint la plupart du temps sans rencontrer de sol aménagé. Il faut en déduire que, sur des vides sanitaires, on avait disposé des planchers dont rien ne subsiste.

4Une frette en fer avait été précédemment découverte par les personnes fréquentant le site avant la fouille. Un nouvel exemplaire a été retrouvé écrasé, en place. On peut raisonnablement conclure au passage d’une canalisation d’adduction d’eau courant selon un axe nord-sud au pied des bâtiments. Le point de captage du ruisseau de l’Abergement n’est pas connu. En revanche, cette canalisation supposée se dirige vers un édifice rectangulaire fouillé dans les années 1970 dont l’un des angles entame le substrat. Situé à une altitude inférieure à celle de tous les bâtiments repérés, il possède sur le côté amont une ouverture qui donne accès à un petit escalier entièrement taillé dans le rocher. Au moment de sa mise au jour, ses parois étaient tapissées d’un mortier de tuileau qui a depuis disparu des murs mais qui subsiste encore pratiquement intact au sol. Il semble s’agir d’une citerne.

5Le travail du fer et du bronze semble occuper une place relativement importante. Dans les deux cas, on se trouve à l’extrémité de la filière métallurgique. Aucune scorie provenant d’alliage cuivreux n’a été récoltée. Cependant, la présence d’objets inachevés ne laisse guère de doute sur la réalité des opérations. Les fragments de bronze abandonnés proviennent de tôles d’une très faible épaisseur. Les déchets de fer sont à la fois plus variés et plus abondants. Outre les habituelles scories de forge, plusieurs petits blocs ont été abandonnés en cours de façonnage. On rencontre également de petites barres à section carrée, des soies de préhension coupées en cours de forgeage et l’extrémité d’une barre aplatie.

6Dès la fin de la campagne de fouille de 1971, Jean-Louis Odouze concluait :

Le grand intérêt de ce site réside dans le fait que la principale période d’occupation n’est pas comme dans les autres sites franc-comtois le deuxième siècle apr. J.-C. mais une période plus tardive (IVe s. et peut-être IIIe s.). […] Nous n’avons pas ici la villa gallo-romaine classique à plan plus ou moins rigoureux mais un ensemble de ruines de dimensions modestes […]. La fouille dans son extension future montrera peut-être un « village » gallo-romain tardif, ce qui est extrêmement intéressant car très mal connu en Franche-Comté.

7Ces remarques, à nuancer et compléter à la lumière des observations faites en 2000 et 2001, sont loin d’avoir perdu de leur pertinence.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Morceaux de fer abandonnés à divers stades du travail à la forge. Il s’agit tantôt de chutes de découpes pratiquées pendant le forgeage des objets, tantôt de petits blocs travaillés sans succès

Fig. n°1 : Morceaux de fer abandonnés à divers stades du travail à la forge. Il s’agit tantôt de chutes de découpes pratiquées pendant le forgeage des objets, tantôt de petits blocs travaillés sans succès

Auteur(s) : Baudouin, Yves (SRA). Crédits : Baudouin Yves SRA (2001)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Morceaux de fer abandonnés à divers stades du travail à la forge. Il s’agit tantôt de chutes de découpes pratiquées pendant le forgeage des objets, tantôt de petits blocs travaillés sans succès
Crédits Auteur(s) : Baudouin, Yves (SRA). Crédits : Baudouin Yves SRA (2001)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/8413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Hervé Laurent, « Lavans-lès-Dole – Bois de la Bussière », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Franche-Comté, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8413

Haut de page

Responsable d'opération

Hervé Laurent

SDA

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals