Navigation – Plan du site
2001

Saint-Vit – Les Champs Perret 1

Responsable(s) des opérations : Sylvie Cantrelle
Notice rédigée par : Sylvie Cantrelle

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 25 527 010

Date de l'opération : 2001 (EV)

1C’est le projet de construction d’un gymnase sur la commune de Saint-Vit (Doubs) qui est à l’origine de cette opération d’évaluation archéologique. Situé au sud de la commune, au lieu-dit Les Champs Perret, le terrain, d’1 ha de superficie, présente une forte inclinaison et domine légèrement la plaine du Doubs. Une photographie aérienne du site, prise par R. Goguey en 1976, y montre la présence de nombreuses maçonneries dessinant plusieurs pièces rectangulaires. Le territoire de la commune de Saint-Vit a livré de nombreux vestiges depuis le Néolithique jusqu’à l’époque médiévale.

2Parmi les interventions les plus récentes, on peut retenir la découverte en avril 2000, au lieu-dit Les Petites Bussières, d’un sanctuaire romain fréquenté entre le milieu du Ier s. et le début du Ve s. apr. J.-C., ainsi que la fouille entre 1985 et 1988, au lieu-dit Les Champs Traversains, d’une nécropole occupée entre le VIe s. et le VIIe s. apr. J.-C.

3L’occupation la plus ancienne, qui pourrait dater de La Tène finale, est attestée dans la partie haute du site et correspond vraisemblablement à un bâtiment, construit en matériaux légers dont les structures de bois carbonisé, poteaux et sablières, encore en place dans leurs fosses d’installation témoignent d’un état de conservation remarquable. Les contraintes liées à l’opération n’ont pas permis d’étendre le décapage sur ces structures d’habitats précoces qui constituent néanmoins une des découvertes majeures de l’évaluation.

4Un vaste bâtiment romain aux structures maçonnées succède à ces premières installations. Il possède la particularité d’être organisé en terrasses. Les sondages d’évaluation n’ont fourni aucun élément permettant de dater précisément l’établissement de ce bâtiment d’époque romaine ou de montrer un éventuel hiatus chronologique entre l’occupation laténienne et sa construction. Hormis la récupération de certaines maçonneries, la qualité de conservation des vestiges est exceptionnelle pour un site situé en milieu rural. Les coupes stratigraphiques révèlent un potentiel maximal, atteignant 1,3 m de hauteur, depuis les niveaux de construction des maçonneries jusqu’aux couches de destruction sédimentées sur place et susceptibles, par conséquent, d’apporter des renseignements sur la nature des superstructures : étages, toitures, etc. Les nombreux exemples de revêtement de sol en parfait état confirment que l’état de conservation des aménagements à l’intérieur des pièces est également excellent. La céramique présente dans ces niveaux de démolition date l’abandon du bâtiment entre la fin du IIe s. et le IVe s. apr. J.-C.

5Bien que la surface des sondages reste limitée par rapport à la surface conséquente de l’édifice, l’organisation générale en est perceptible. L’édifice, dont le plan pourrait former un U, semble être constitué d’un corps central et de deux ailes encadrant une grande aire ouverte, longé sur un côté par un caniveau en grand appareil, et à l’intérieur de laquelle des sondages ont montré l’existence d’un vaste niveau de circulation. Le corps central du bâtiment, étagé à flanc de colline, est organisé suivant deux terrasses. La terrasse inférieure montre un alignement de pièces couvertes de sols en mortier ouvrant peut-être vers le sud par l’intermédiaire d’une galerie.

6La terrasse intermédiaire, surplombant de 3 m cette terrasse inférieure, couvre l’espace entre le caniveau de grand appareil et un mur de terrasse renforcé d’arcs de contrefort. La présence d’une galerie, bordant le caniveau et donnant accès à l’aire ouverte, apparaît une hypothèse assez vraisemblable. Les deux ailes du bâtiment n’ont été que très ponctuellement reconnues. Plusieurs éléments d’architecture attestent la qualité des moyens mis en oeuvre pour la réalisation de certains aménagements. C’est le cas des arcs de contrefort stabilisant la terrasse intermédiaire, dont l’utilisation fréquente dans les édifices publics est plus rare pour l’habitat privé. Le caniveau construit en blocs de grand appareil de calcaire, dont le tracé est repéré sur plus de 60 m de longueur, ainsi que les éléments de canalisation en terre cuite appartenant peut-être à une descente d’eau constituent aussi des découvertes à caractère exceptionnel pour la Franche-Comté.

7Si les sondages d’évaluation permettent de comprendre les grandes lignes d’organisation des vestiges de cet édifice et d’en mesurer l’état de conservation, ils restent insuffisants pour établir la destination de cet ensemble, dont la question de la vocation, à caractère privé ou public, reste ouverte.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des sondages et des vestiges

Fig. n°1 : Localisation des sondages et des vestiges

Auteur(s) : Gauchet, S.. Crédits : Gauchet, F. (2001)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des sondages et des vestiges
Crédits Auteur(s) : Gauchet, S.. Crédits : Gauchet, F. (2001)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/8424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sylvie Cantrelle, « Saint-Vit – Les Champs Perret 1 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Franche-Comté, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8424

Haut de page

Responsable d'opération

Sylvie Cantrelle

AFAN

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals