Navigation – Plan du site
2001

Bourguignon-lès-Morey – Camp des romains

Responsable(s) des opérations : Jean-François Piningre
Notice rédigée par : Jean-François Piningre

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 7008901

Date de l'opération : 2001 (SD)

1Le renouvellement du programme de recherche sur le site fortifié de Bourguignon-lès-Morey a été accepté par la CIRA pour les années 2001 et 2002 sur les bases des objectifs suivants :  

2  1 - Complément des données concernant la chronologie des structures internes du rempart sud (premier et second âge du Fer) prévoyant :

3       -  la fin de la fouille d’un transect du rempart (secteur U-AA/10-20),

4       -  des compléments d’informations concernant la chronologie des parements 004, 008 et 190.

5  2 - Étude de la zone d’accès présumée, afin de préciser l’existence d’un dispositif d’entrée dans ce secteur. Cet objectif impliquait l’extension de la fouille sur les deux portions du rempart sud, de part et d’autre du chemin d’accès actuel (secteurs AY-BD/18-23 et BF-BL/8-18).

6  3 - Conjointement, la mise en forme et les études des données obtenues lors des précédentes campagnes de fouille se sont poursuivies. On retiendra plus particulièrement l’étude des petits objets en fer réalisés par Émilie Dubreucq dans le cadre d’un mémoire de maîtrise (université de Dijon), ainsi que les résultats d’une première série d’analyses d’un échantillonnage de pâtes de la céramique du premier âge du Fer réalisée par Fabien Convertini.  

7Conformément à cette programmation, la campagne 2001 a permis d’aborder les points suivants :

8   - fin de la fouille de la coupe transversale du rempart sud (secteur U-AA/10-20), inachevée en 2000, et mise en évidence du rempart initial et des niveaux d’habitat correspondant au début de l’occupation du Ha D1 ;

9   - au niveau du chemin d’accès, fouille et démontage de la partie supérieure du rempart sud (secteur AY-BD/18-23) jusqu’au niveau du plancher calciné (US. 123) mis en évidence en 1998 ;

10   - poursuite de la fouille de la branche sud-ouest du rempart sud (secteur BF-BL/8-18) ;

11   - fouille de la bordure intérieure du rempart sud (secteur AO-AU/22-26), afin de préciser le tracé et  la corrélation des parements 004/008 et 190 avec les niveaux d’occupation correspondants.

12Le bilan des résultats obtenus, en ce qui concerne l’étude de l’organisation et de l’évolution du rempart sud et de ses abords, s’est révélé particulièrement positif. Les deux premières phases de construction peuvent être respectivement attribuées à la fin du Ha D1-Ha D2 puis au Ha D3. Elles montrent une certaine similitude architecturale par l’utilisation d’une structure interne de bois avec poteaux verticaux sur la façade intérieure et horizontaux. L’absence de telles armatures dans le parement de la façade extérieure a été toutefois remarquée et pourrait être imputable à une restauration éventuelle de celui-ci.

13L’organisation du rempart de la phase III montre, par contre, une rupture par rapport aux états précédents, dans sa structuration interne (absence de poteaux verticaux, utilisation de blocs de pierre de petits modules), dans son tracé et son emprise au sol plus large, ainsi que dans le réaménagement de son tracé au niveau de la zone d’entrée actuelle. Ces caractères donnent aussi l’impression d’un édifice moins élaboré qui pourrait être mis en relation avec une évolution du contexte de l’occupation du site comme le suggère l’abondance des éléments d’armement attribuables à la fin de son utilisation. Une datation précise de cette construction dans La Tène ancienne achoppe sur la validité des corrélations stratigraphiques, compte tenu du caractère souvent superficiel et bioturbé des niveaux d’occupation contemporains. L’utilisation de ce rempart à La Tène B2-C1 est par contre attestée, mais une discontinuité entre les remparts des phases II et III peut être envisagée. Cette question devrait faire l’objet d’une attention particulière lors de la prochaine campagne de fouille.

14La mise en évidence d’aménagements de bois incendiés, correspondant à une entrée sous la forme d’un chemin de planches traversant le rempart et située dans l’axe du principal chemin d’accès actuel, fait également partie des nouveaux apports particulièrement importants de cette campagne. En effet, à l’exception du cas d’école des portes de la Heuneburg, de tels aménagements datés de l’époque hallstattienne restent encore rarement signalés dans la partie occidentale du domaine hallstattien par rapport aux portes des fortifications de La Tène dont la typologie est étayée par de nombreux exemples. On peut s’interroger sur les raisons, accidentelles ou délibérées ? de cette combustion à l’origine d’une profonde rubéfaction des pierres du rempart à cet endroit. Cet événement soulève également la question d’une étape particulière dans l’évolution du site qui pourrait être liée à la rupture précédemment observée dans l’évolution du rempart.

15La poursuite en 2002 de la fouille de l’emplacement de l’entrée constituera l’un des objectifs principaux de cette campagne. Elle permettra de faire la jonction entre les deux portions du rempart sud de part et d’autre du chemin d’accès actuel, ainsi que de fouiller l’emplacement de celui-ci.

16Enfin, la fouille du secteur d’habitat AO-AU/22-26 le long de la bordure interne du rempart apporte des informations inédites sur l’organisation interne de l’espace habité durant le Hallstatt final et au début de La Tène A. La mise en évidence de constructions sur poteaux de bois associées à des épandages d’argile rubéfiée armée de clayonnages apparaît ici plus clairement qu’en bordure du rempart est, où ce type d’architecture avait déjà été pressenti. Globalement, il sera également possible à la fin de la fouille de ce secteur de mettre en perspective les différentes zones observées le long de la bordure interne du rempart sud. Le croisement des relevés et des données recueillies les années précédentes semble refléter à certaines phases une structuration de l’espace à travers des zones de fonctions différentes : atelier de métallurgie, dépotoirs, espaces domestiques, etc., qu’il conviendra de préciser.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-François Piningre, « Bourguignon-lès-Morey – Camp des romains », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Franche-Comté, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8452

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-François Piningre

SDA

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals