Navigation – Plan du site
2001

Granges cisterciennes de Franche-Comté

Responsable(s) des opérations : Nathalie Bonvalot
Notice rédigée par : Nathalie Bonvalot

Texte intégral

Date de l'opération : 1999 (PT)

1L’année 2001 marque l’achèvement de la première tranche du programme pluriannuel de prospection thématique (1999-2001) consacré aux granges cisterciennes, recherche qui s’inscrit dans la continuité des fouilles menées sur le site de Montverrat (Vars, Haute-Saône) entre 1995 et 1999. L’objectif est d’aboutir à un inventaire archéologique et à une synthèse régionale portant sur les établissements agricoles des treize abbayes de l’Ordre, fondées en Franche-Comté.  

2Cette enquête systématique de longue haleine s’appuie sur les textes médiévaux qui fournissent des données chronologiques indispensables et sur le dépouillement préliminaire des sources modernes plus abondantes et plus diversifiée (documents iconographiques, plans-terriers, cadastres, procès-verbaux de visites, contrats d’amodiation, etc.) qui livrent des informations précieuses sur les granges restées jusqu’à la Révolution dans le patrimoine des abbayes. On signalera notamment le cartulaire de l’abbaye de Bellevaux qui constitue un des plus riches fonds ecclésiastiques conservés aux archives départementales de la Haute-Saône.

3Au total, à l’issue de cette triennale, huit abbayes ont été traitées (Theuley, La Charité, Clairefontaine, Bithaine et Bellevaux en Haute-Saône, Acey, Balerne et Rosières dans le Jura). Sur les soixante-douze sites recensés et prospectés pour ces huit abbayes, quarante-neuf ont pu être localisés. Parmi les sites localisés, on dénombre : vingt et une exploitations agricoles encore en activité, dix-neuf sites ne comportant plus aucun bâtiment en élévation (remise en culture des lieux), trois sites présentant des bâtiments en ruine et, enfin, cinq fermes transformées en résidence principale. Dans quatre cas, les prospections pédestres menées dans l’environnement de fermes reconstruites à l’époque moderne ont révélé la présence de la grange médiévale à quelques centaines de mètres des nouveaux bâtiments. C’est grâce à l’examen systématique des restes de couverture récoltés en surface (tuiles creuses à crochet et tuiles plates) qui constituent de bons indicateurs chronologiques que l’on a pu progresser dans l’identification au sol des sites médiévaux.

4Sur le plan architectural, les bâtiments existants ont été profondément remaniés pour s’adapter au fil du temps à l’évolution et aux besoins de l’agriculture. On constate que la grange de stockage, telle qu’elle est connue à travers quelques beaux exemples du Bassin parisien a complètement disparu du paysage actuel. Hormis pour une dizaine de sites, le bâti médiéval encore en élévation est faible, mais mériterait des observations plus poussées, accompagnées selon les cas de relevés.

5Les vingt-trois sites non localisés correspondent à des villages ou des hameaux ayant pour origine une grange, d’où la difficulté pour en retrouver l’emplacement. Néanmoins, dans deux cas, grâce à des prospections extensives, il a été possible de localiser la grange en marge du village homonyme. Il s’agit de la grange de Mathenay (Jura) découverte en limite de finage, et de celle de Champoux (Doubs) située à 200 m du village.

6Ancienne possession de Bellevaux, la grange de Champoux est confirmée dès 1139. Elle est citée à plusieurs reprises  dans des contrats d’amodiation et lors de transaction entre 1369 et 1565.

7Implantée au nord des Avants-Monts, sur un relief faillé, la grange occupe un petit éperon rocheux. Les prospections ont permis de reconnaître quatre bâtiments avec des vestiges de couvertures (tuiles creuses à crochet) à l’intérieur d’un enclos subrectangulaire d’une superficie d’environ 0,5 ha. En juillet 2001, en lien avec le programme, Champoux a fait l’objet d’une première campagne de travaux archéologiques (levé topographique et sondages). Les sondages, restreints à un seul des quatre bâtiments pressenti comme la maison d’habitation, ont confirmé cette fonction. Ils ont permis de mettre au jour, dans l’angle nord-est de l’une des pièces, les vestiges d’un foyer de plan rectangulaire (0,90 m x 0,70 m) délimité sur deux côtés par un rang de moellons. La sole est formée de carreaux de terre cuite en remploi qui mêlent trois modules. Les rares éléments (fragments de céramiques) recueillis dans ces sondages appartiennent à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue des sondages 2 et 3

Fig. n°1 : Vue des sondages 2 et 3

Auteur(s) : Bonvalot, Nathalie (SRA). Crédits : Bonvalot Nathalie SRA (2001)

Fig. n°2 : Plan des sondages 2 et 3

Fig. n°2 : Plan des sondages 2 et 3

Auteur(s) : Gaston, C ; Brunet Gaston, Vanessa. Crédits : Brunet Gaston Vanessa et Gaston C. (2001)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue des sondages 2 et 3
Crédits Auteur(s) : Bonvalot, Nathalie (SRA). Crédits : Bonvalot Nathalie SRA (2001)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/8475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. n°2 : Plan des sondages 2 et 3
Crédits Auteur(s) : Gaston, C ; Brunet Gaston, Vanessa. Crédits : Brunet Gaston Vanessa et Gaston C. (2001)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/8475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Bonvalot, « Granges cisterciennes de Franche-Comté », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Franche-Comté, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8475

Haut de page

Responsable d'opération

Nathalie Bonvalot

SRA

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals