Navigation – Plan du site
2001

Besançon – Collège Lumière

n°25-056-011
Responsable(s) des opérations : Claudine Munier
Notice rédigée par : Claudine Munier

Texte intégral

1Le Conseil général du Doubs, dans ses projets de modernisation des collèges, a prévu de restructurer et agrandir le collège Lumière sis entre les rues d’Alsace, de Lorraine et l’avenue Gaulard.

2Un grand bâtiment en U (ouverture tournée vers l’avenue Gaulard) va ainsi être construit à la place des bâtiments démolis et un gymnase souterrain, objet du projet archéologique, occupera l’intérieur de l’actuelle cour de récréation.

3Des fouilles réalisées en 1973 par Jean-Louis Odouze, lors du prolongement de la rue de Lorraine, ont révélé la présence de plusieurs niveaux antiques qui dessinent une occupation dense et prestigieuse dans ce secteur, en particulier grâce à la mise au jour de deux importants fragments de mosaïques. L’une d’elles, d’une superficie de 200 m2, appartient à un registre stylistique et technique très intéressant, dont le motif géométrique est mis en relief par la présence d’un médaillon central figuratif représentant Neptune sur un char tiré par quatre chevaux. L’intégralité de cet emblema, dont une partie se trouvait sous le mur de parcelle du collège, a pu être fouillée.

4La réalisation de ce diagnostic, sous la forme de deux tranchées traversant la cour et creusées jusqu’au niveau de la mosaïque (soit 3 m de profondeur), a révélé la présence d’un ensemble architectural antique très riche, que l’étude documentaire, effectuée par Valérie Viscusi-Simonin, a inscrit dans un contexte plus large du quartier Saint-Paul.

5La première tranchée, alignée sur un sondage réalisé dans le préau en 1973, a permis de découvrir, sous le toit des niveaux antiques matérialisé par un terrazzo très altéré, l’angle nord de la mosaïque « au Neptune » sous la forme de deux carrés et des frises périphériques. Seul l’un des carrés est suffisamment bien conservé pour en définir le motif : un labyrinthe encadrant en son centre la tête du Minotaure (fig. 1).

Fig. 1 – Structures antiques de la tranchée : mosaïque motif labyrinthe

Fig. 1 – Structures antiques de la tranchée : mosaïque motif labyrinthe

Crédits : Claudine Munier, AFAN (2001)

6Vers l’ouest, un couloir au sol en terrazzo et son retour à angle droit 12 m plus loin, entoure une autre pièce à mosaïque que précède une petite pièce. Le mur de fond et le mur sud du couloir ouvraient dans un premier temps sur d’autres pièces aux sols en terrazzo avant d’être bouchés dans un second temps. Les murs de ce couloir, par endroits encore en élévation sur presque 1 m, portent des enduits peints.

7Le mobilier recueilli dans le remblai de démolition couvrant ce niveau, et scellé par le terrazzo supérieur, correspond d’une part à des céramiques, une fibule et une monnaie du Ier s. et d’autre part à des céramiques non tournées, jusqu’ici inconnues dans la région et qu’il est par conséquent difficile de dater. Le mobilier datant pose problème étant donné la datation stylistique de la mosaïque avancée par les spécialistes (J.-P. Darmon en l’occurrence), soit la fin du IIe s. au plus tôt. On peut encore suggérer que ce lot de mobilier est résiduel, mais le problème avait été posé de la même façon par J.-L. Odouze en 1973 ! Dans le remblai de la pièce située au sud du couloir, le mobilier est daté de la fin du IIe s.

8La seconde tranchée a également livré des maçonneries et des sols, en terrazzo(dont un à opus signinum) ou en terre battue, attestant la présence de plusieurs états. Le rare mobilier céramique montre au moins deux occupations, l’une fin IIe s.-début IIIe s., l’autre datée du début du Ier s.

9La puissance stratigraphique des structures antiques atteint 2 m. Le terrain naturel a été rencontré dans un sondage profond à l’altitude de 240 m NGF. Du mobilier augustéen et de La Tène finale laisse penser qu’une occupation gauloise est probable.

10Les occupations postérieures à l’Antiquité, épaisses de 2 m à 2,50 m, restent ponctuelles : elles correspondent à des aménagements réalisés à partir de la fin du Moyen Âge dans le clos Saint-Paul, à cet endroit alors essentiellement occupé par des vignes. Il semble en effet qu’aucun niveau médiéval n’ait été conservé, le mobilier moderne étant directement en contact avec le toit des niveaux antiques.

11Des sondages ponctuels réalisés dans les vide-sanitaires des bâtiments du collège n’ont donné aucun résultat probant concernant la période antique.

12L’ensemble des vestiges mis au jour dans les deux tranchées a été protégé (sable, géotextile et terre) et les tranchées rebouchées avant la rentrée de septembre 2001.

13Le projet de fouille extensive, qui concerne une superficie de 1 200 m2, permettra de compléter le plan antique du quartier, en particulier par rapport aux fouilles réalisées en 1972 sous les bâtiments d’EDF. Il permettra également de compléter la mosaïque « au Neptune » et d’en déposer la partie encore in situ, ainsi que d’en déterminer la datation et l’ensemble architectural dont elle dépend (bâtiment collectif ?).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Structures antiques de la tranchée : mosaïque motif labyrinthe
Crédits Crédits : Claudine Munier, AFAN (2001)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/8486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Claudine Munier, « Besançon – Collège Lumière », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Franche-Comté, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8486

Haut de page

Responsable d'opération

Claudine Munier

AFAN

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals