Navigation – Plan du site
2001

Chevreaux – Château

Responsable(s) des opérations : Anne-Lise Bugnon
Notice rédigée par : Anne-Lise Bugnon

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 3914201

Date de l'opération : 2001 (SU)

1Le château de Chevreaux (Jura) se situe sur un éperon rocheux qui domine la plaine bressane. Son existence est attestée dans les textes à partir de la seconde moitié du XIIe s. Il devient le siège d’une seigneurie indépendante à la fin du XIIe s., puis reçoit le titre de baronnie au début du XVIe s. Lors de la guerre de Dix Ans qui opposa le royaume de France au comté de Bourgogne, il fût assiégé puis pillé par le duc de Longueville. Ce conflit entraîna l’abandon du château en 1637.

2L’implantation d’un panneau d’information sur le site mit au jour fortuitement des ossements humains semblant en place. Le caractère exceptionnel d’une telle découverte à l’intérieur de l’enceinte castrale entraîna une fouille de sauvetage d’extrême urgence qui se déroula du 23 juillet au 17 août 2001.

3Le sondage permit de découvrir une fosse quadrangulaire de 3 m x 1,50 m, d’une profondeur de 0,60 m environ. Située dans la partie méridionale du château, en plein cœur de la basse-cour, à une quinzaine de mètres à l’ouest des écuries, cette fosse contenait les squelettes en place de sept individus inhumés simultanément en décubitus dorsal orienté.

4Les corps ont été placés de manière rationnelle, ils se chevauchent sur deux rangées successives de trois individus. Le septième – le seul immature – a été déposé sur les derniers inhumés, probablement par manque de place. Il semble que les sept individus aient été ensevelis en pleine terre, sans aucun aménagement observable.

5Deux des six individus matures présentent des signes de sénescence avancée (colonne vertébrale entièrement arthrosique et soudée, perte ante mortemde l’intégralité de la dentition). Une étude anthropologique, actuellement en cours, est susceptible de nous fournir de plus amples informations, en particulier sur les causes du décès simultané de sept membres d’une même communauté, voire d’une même famille.

6Le mobilier archéologique rencontré dans cette fosse comporte quelques tessons de céramique résiduels, des accessoires de vêtement (boucle en bronze) et des éléments de quincaillerie (clouterie en fer) ainsi qu’un ensemble de onze monnaies soudées par l’oxydation, vestiges probables d’une bourse.

7L’étude numismatique montre que ce lot appartient à la même série monétaire que celle qui a été découverte dans le dernier état d’occupation des écuries, au cours du premier tiers du XVIIe s.

8Cette sépulture de catastrophe est contemporaine du dernier état d’occupation du château et semble être un témoin direct de la guerre de Dix Ans. Sa situation à l’intérieur de la basse-cour reste cependant énigmatique : elle pourrait avoir été creusée à proximité de la chapelle castrale, mentionnée dans les textes mais dont les vestiges n’ont pas encore été retrouvés.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Anne-Lise Bugnon, « Chevreaux – Château », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Franche-Comté, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8534

Haut de page

Responsable d'opération

Anne-Lise Bugnon

Bénévole

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals