Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes199126 – DrômePlaisians – Saint-Blaise

1991
26 – Drôme

Plaisians – Saint-Blaise

Fouille préventive d’urgence (1991)
Responsable d’opération : Bernard Guillaume

Notes de la rédaction

Guillaume B. 1991 : Sondages archéologiques de Saint-Blaise, Plaisians, Drôme, rapport préliminaire 1991.

Texte intégral

1Au cœur des Baronnies, Plaisians est constituée de plusieurs hameaux dispersés sur la commune. On y accède par la vallée du Derboux, en franchissant un étroit passage aménagé dans une barre rocheuse, appelée la « due ». Le « castrum » des « Tours » construit sur cette hauteur, est attesté au début du xiiie s. Il subsiste les ruines d’un château, qui surplombe l’accès de la « Clue » et domine le site de Saint-Blaise.

2Celui-ci est composé d’une église prieurale et d’un cimetière. Seul ce dernier a fait l’objet de l’opération de sondages archéologiques. L’église est certifiée dès le xiiies. comme une dépendance de Saint-Victor-de-Marseille, puis de l’île Barbe à Lyon. C’est un bâtiment dissymétrique à trois nefs de l’époque romane.

3Le cimetière s’étend à l’ouest, au sud et légèrement à l’est de l’église, dans l’état actuel de nos connaissances. Les inhumations en pleine terre, en cercueil ou en coffre de dalles, datent des xiie-xiiie s. en général. La limite méridionale du cimetière est matérialisée par un mur rustique, probablement construit à la fin du xvie s., d’après les renseignements fournis par les archives. Au-delà de cette structure, aucune couche anthropisée n’a été repérée, si ce n’est des tessons de céramique néolithique résiduels trouvés dans les colluvions.

4Dans l’une des tranchées, les tombes coupent un sol carbonisé riche en scories et en matériel métallique, sur lequel se trouve une « tegula ». Au pied du chevet de l’église, une couche a fourni des fragments brûlés de « dolium » et de tuiles à rebord, ainsi que de céramique grise commune.

5Cela renforce l’hypothèse d’une occupation antique à Saint-Blaise, d’autant plus qu’un autel votif gallo-romain dédié au dieu Mars Bellado a été trouvé dans l’église lors des fouilles clandestines du site. Ce culte est rendu aux iie et iiie s. apr. J.-C.

6Le site est plus tard recouvert par une épaisse couche de colluvions (0,70 à 1 m), qui contient les sépultures médiévales. L’église est ruinée au xvie s. durant les guerres de religion. Un pèlerinage est encore rendu à l’Olivier du Sacré Cœur au début du xxe s.

Fig. 1 – Coupe

Fig. 1 – Coupe

DAO : équipe de fouille.

Haut de page

Bibliographie

Guillaume B. 1991 : Deux inscriptions latines inédites, Revue drômoise archéologie histoire géographie, t. LXXXIX, no 461, septembre 1991, p. 442-527.

Guillaume B. 1985 : La paroisse de Plaisians, Cahiers d’histoire des Baronnies, Bulletin de l’association « Les Amis du Buis et des Baronnies Nouvelle Série », no 1, 1er semestre 1985, p. 56-13.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Coupe
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/86708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Guillaume, « Plaisians – Saint-Blaise » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 07 juillet 2021, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/86708

Haut de page

Auteur

Bernard Guillaume

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bernard Guillaume

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search