Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202007 – ArdècheLavilledieu – Combe Longe Ouest

2020
07 – Ardèche

Lavilledieu – Combe Longe Ouest

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Éric Durand

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Durand É. 2021 : Lavilledieu (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes) Combe Longe Ouest, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’opération de diagnostic réalisée en octobre et novembre 2020 à Lavilledieu, Combe Longe ouest, sur l’emprise d’un parc photovoltaïque a été menée en deux phases. Une première phase de prospection pédestre a été réalisée sur les 7,58 ha de l’emprise accessible (hors zones éco-sensibles à préserver : 1,92 ha) des futurs travaux. Les limites du projet se présentent globalement sous la forme d’un vaste quadrangulaire de 300 m de côté, implanté dans un contexte archéologique assez riche. Il est effectivement localisé à 700 m à l’est de l’oppidum du Camp de César (fin iie-ier s. av. J.‑C.) et des falaises occidentales du plateau calcaire de Jastres. Trois indices de monuments funéraires (Néolithique final/Bronze ancien) sont également répertoriés à 200-300 m au nord-est de l’emprise.

2Caractérisé par un paysage de garrigues (chênaie éparse et substrat calcaire subaffleurant percés ponctuellement par quatre dolines), il présente une topographie assez contrastée, variant entre 314 m NGF au nord-ouest et 299 m au sud-est. Cette reconnaissance au sol a permis dans un premier temps de cartographier trois zones à recouvrement sédimentaire à sonder (total 4 300 m2), bien visibles en amont sur les plans topographiques, les photographies aériennes et le relevé LiDAR. Ces trois secteurs correspondent à deux dolines de plan ovalaire implantées dans les quarts sud-ouest (1 000 m2) et nord-est (1 800 m2) de l’emprise, et à une dépression d’environ 1 500 m2, localisée en limite sud-est. Deux autres dolines de plan circulaire (diamètre 30 à 35 m) hors emprise à sonder sont également à signaler.

3Les observations de surface après déboisement ONF ont porté essentiellement sur le patrimoine bâti agricole contemporain encore conservé, avec la présence notamment de nombreuses structures en pierres sèches (xixe-début xxe s.), présentes principalement au sud et au nord du site (fig. 1) : pierriers parementés (6), abris de berger (8), deux aménagements de sources (parcelle AS 2 et AS 3). Seize structures vernaculaires ont ainsi été répertoriées et cartographiées. Parmi les rares artefacts de surface, il est à noter la présence de deux scories de plomb a priori isolées au sud et au nord-est de l’emprise et deux monnaies modernes : un liard des Dombes (fin xvie-début xviie s.) et un sol de Louis XVI (xviiie s.) mis au jour dans la doline nord-est.

Fig. 1 – Architecture de pierres sèches, exemples de pierriers parementés

Fig. 1 – Architecture de pierres sèches, exemples de pierriers parementés

Cliché : É. Durand (Inrap).

4Si les onze sondages ouverts sur l’emprise (7,15 ha) du terrain quasi à nu (substrat calcaire Kimméridgien ; BRGM J7b/8a) n’ont effectivement pas livré de vestiges archéologiques, les sept autres tranchées réalisées dans les trois secteurs mis en relief par la prospection ont permis de mettre au jour un niveau d’occupation protohistorique et deux faits/structures antique et modernes (?) conservés in situ.

5Les indices d’occupation la plus ancienne du site ont été mis au jour dans deux sondages ouverts en limite sud-est d’emprise dans un secteur de bas de pente et de fond de dépression du substrat calcaire (300-299 m NGF). Apparu entre -1,2 et -1,3 m, cette occupation (remblai/sol entre deux phases de colluvionnement) est conservée sur environ 100 m2 et sur une puissance moyenne de 0,3 m. Elle est caractérisée par un horizon limono-argileux brun-rouge associant de nombreux petits blocs et cailloutis calcaire (colluvions), quelques rares charbons de bois et un abondant mobilier céramique (179 fragments modelés), observé principalement à plat. Deux ou trois individus, dont principalement un vase de stockage, ont été comptabilisés et datés du Bronze ancien (fig. 2) par É. Néré (Inrap) et J. Vital (CNRS), période assez bien représentée avec ses nombreux monuments funéraires avoisinants.

Fig. 2 – Niveau d’occupation protohistorique : céramique non tournée du Bronze ancien

Fig. 2 – Niveau d’occupation protohistorique : céramique non tournée du Bronze ancien

DAO : É. Durand (Inrap).

6Dans le même sondage, ses 2 m de stratigraphie (centre) ont permis la mise au jour d’une fosse antique (datation 14C sur charbons : 118-252 cal AD), apparue sous -0,8 m de colluvions. Conservée sur 0,5 m de puissance, elle présente dans sa partie supérieure un plan circulaire (1,3 m de diamètre) puis un rétrécissement de son creusement (0,5 x 0,5 m) au sud. Si les divers comblements charbonneux contre les parois et rubéfiés et le rétrécissement (alandier ?) évoquent la présence d’un four, l’absence de rubéfaction sur ses parois et l’irrégularité de son fond ne le confirment pas. Une hypothèse de fosse comblée par des rebuts de foyers gallo-romains détruits ou hors emprise peut être émise.

7Localisée dans la doline nord-est qui a livré les deux monnaies modernes, une grande fosse complète les vestiges conservés du diagnostic Inrap 2020. Entaillée en partie dans le substrat calcaire et son niveau détritique, elle présente un plan de 4 m de diamètre (axe nord-sud) et un niveau d’ouverture à -0,45 m. Elle est matérialisée par une corolle charbonneuse-rubéfiée tapissant ses parois obliques, visible en surface et coupe. Conservée sur 0,8 m de puissance, son comblement est caractérisé par un épais (0,7 m) niveau de blocs calcaire (module 0,2 à 0,3 m) lié à un limon argileux brun-rouge surmontant un lit de chaux conservé sur 0,1 m sur le substrat calcaire. Cette dernière donnée indique clairement une fonction de four à chaux (fig. 3). En l’absence d’artefacts et de marqueurs chronologiques dans son comblement et dans son scellement, sa datation ne peut être assurée (période moderne ?).

Fig. 3 – S3, vue générale de la fosse F1 (four à chaux moderne ?)

Fig. 3 – S3, vue générale de la fosse F1 (four à chaux moderne ?)

Cliché : É. Durand, E. Ferber (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Architecture de pierres sèches, exemples de pierriers parementés
Crédits Cliché : É. Durand (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 2 – Niveau d’occupation protohistorique : céramique non tournée du Bronze ancien
Crédits DAO : É. Durand (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Fig. 3 – S3, vue générale de la fosse F1 (four à chaux moderne ?)
Crédits Cliché : É. Durand, E. Ferber (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Durand, « Lavilledieu – Combe Longe Ouest » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/87045

Haut de page

Auteur

Éric Durand

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Durand

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search