Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202007 – ArdècheSaint-Alban-Auriolles – Le Pont

2020
07 – Ardèche

Saint-Alban-Auriolles – Le Pont

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Éric Durand

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Durand É. 2021 : Saint-Alban-Auriolles (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes) le Pont, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’opération de diagnostic réalisée en septembre et octobre 2020 à Saint-Alban-Auriolles, sur l’emprise d’une maison individuelle, a été menée en deux phases.

2Pour la phase prospection, réalisée sur une zone boisée de 1 930 m2, outre la présence d’une pente plus ou moins aménagée en terrasses, au xixe ou au début du xxe s. (mur en pierres sèches en calcaire, rampe d’accès, chemin bordé de murets), sur laquelle va s’installer la future maison, les observations de surface ont permis de prélever quelques rares fragments de céramique modelée et un galet-outil en granit (Préhistoire récente ou Protohistoire indéterminée).

3Deux sondages mécaniques ont été ouverts sur les 700 m2 accessibles (8,2 %) de la zone sud-orientale (parcelle C 717). Ce secteur est caractérisé par un replat boisé dont seuls 220 m2 (bande déboisée de 45 m x 5 m) ont pu être sondés en raison de la présence d’arbres, de remblais, d’Algéco, etc. Les sondages ont permis toutefois d’affiner les données archéologiques de prospection et de préciser les données « naturelles » anciennes. Ainsi, le recouvrement sédimentaire est présent entre 0,6 m (ouest) et 1,4 m (est) : rocher calcaire présentant un pendage ouest-est surmonté en limite orientale de parcelle par un dépôt alluvial de galets polygéniques caractéristiques du lit mineur du Chassezac. La stratigraphique présente trois horizons de colluvions limono-argileux à calcaire émoussés et nodules de terre cuite architecturale.

4Deux faits archéologiques ont été mis au jour : un drain empierré ouest-est (xixe-début xxe s.), conservé à -0,3 m, et un foyer à pierres chauffés du premier âge du Fer dont le caractère « isolé » n’a pu être ni prouvé ni démenti, faute d’espace d’investigation suffisant. Cette dernière structure de plan rectangulaire allongé (L. 1,7 m ; l. 1,10 m) à bords arrondis et parois rubéfiées a été mise au jour à -0,75 m. Son profil présente un fond plat et des parois légèrement évasées. Coupée à moitié, elle présente trois comblements distincts observés par passes mécaniques et conservés sur 0,45 m de puissance.

5Sous un niveau supérieur d’abandon caractérisé par la présence de quelques rares fragments de céramique non tournée, faune non brûlée et une quarantaine de blocs calcaire et galets de grès, une couche intermédiaire à nombreux nodules de terre cuite, charbons de bois et céramique modelée (deux coupes à bord rentrant) pourrait être assimilable au scellement limoneux protohistorique des galets de chauffe disposés au fond de la fosse. Ces derniers (19 calcaire et 7 grès) sont liés à une matrice limono-argileuse gris noire caractérisée par de très nombreux nodules de terre cuite et surtout par une concentration de charbons de bois et brandons. La datation radiocarbone a livré une fourchette large (791-540 cal BC), qui pourrait être réduite à 696-540 cal BC (67,7 % de probabilité) au regard de la typologie des deux vases associés, ce qui donnerait, sous réserve, à ce foyer un caractère assez singulier, voire exceptionnel.

6Si quelques structures à pierres chauffées de plan circulaire sont connues en Ardèche méridionale dès le Néolithique moyen 1 (Alba), ou final (Lachapelle-sous-Aubenas, Vallon-Pont-d’Arc ?), la plupart des foyers protohistoriques de plan quadrangulaires ont été construits et utilisés au viiie s., comme c’est le cas sur les très nombreux sites médio-rhodaniens, comme à Tournon-sur-Rhône, Romans-sur-Isère, Soyons, Guilherand-Granges, Loriol-sur-Drôme, Châteauneuf-du-Rhône ou Bollène.

7Quant au viie s., globalement très mal connu en Ardèche pour les sites d’habitat, contrairement au monde des morts (une dizaine de sépultures sous tumulus répertoriées) et ailleurs en moyenne vallée du Rhône ou en Languedoc oriental, seuls quelques récents et rares parallèles cantalous, dont un associant formellement foyer à pierres chauffées et inhumation (Ha D1/D2), peuvent actuellement être énoncés.

Fig. 1 – Vue générale du foyer protohistorique

Fig. 1 – Vue générale du foyer protohistorique

Coupe sud-ouest – nord-est.

Clichés : É. Durand, H. Jaudon (Inrap).

Fig. 2 – Foyer protohistorique : os plat (scapula ou cote ?) de bovidé

Fig. 2 – Foyer protohistorique : os plat (scapula ou cote ?) de bovidé

Cliché : É. Durand (Inrap).

Fig. 3 – Foyer protohistorique F2 (US 8 et 9), terre cuite, torchis ou fragments liés à une structure de combustion (paroi de four) ?

Fig. 3 – Foyer protohistorique F2 (US 8 et 9), terre cuite, torchis ou fragments liés à une structure de combustion (paroi de four) ?

Clichés : É. Durand (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du foyer protohistorique
Légende Coupe sud-ouest – nord-est.
Crédits Clichés : É. Durand, H. Jaudon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 2 – Foyer protohistorique : os plat (scapula ou cote ?) de bovidé
Crédits Cliché : É. Durand (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 3 – Foyer protohistorique F2 (US 8 et 9), terre cuite, torchis ou fragments liés à une structure de combustion (paroi de four) ?
Crédits Clichés : É. Durand (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87054/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Durand, « Saint-Alban-Auriolles – Le Pont » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/87054

Haut de page

Auteur

Éric Durand

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Durand

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search