Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202007 – ArdècheSaint-Martin-d’Ardèche – Abri du ...

2020
07 – Ardèche

Saint-Martin-d’Ardèche – Abri du Maras

Fouille programmée (2020)
Responsable d’opération : Marie-Hélène Moncel

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS/MNHN

Moncel M.-H. 2020 : Opération fouilles programmées 2020, première année, autorisation tri-annuelle 2020-2022, abri du Maras, Saint-Martin-d’Ardèche, section A parcelle 1815, propriétaire commune de Saint-Martin-d’Ardèche, période : Paléolithique moyen.

Texte intégral

1La campagne 2020, première année de l’opération trisannuelle 2020-2022, a porté uniquement sur la partie centrale du site et la tranchée est, et sur les couches 5 sup et 6, la base de la séquence. Le substratum est maintenant largement dégagé en avant du site, délimitant les formes du versant du paléovallon. Cette partie du site enregistre la plus forte sédimentation et offre la séquence la plus complète, en particulier pour la couche 5 (et 5 sup).

2L’ensemble des données stratigraphiques et biostratigraphiques acquises à ce jour est en cohérence avec les données chronologiques (ESR, U-Th, TL, OSL, sur dents, silex brûlés et sédiments). La couche 5 sup est datée de la fin du MIS 5 et de nouvelles datations sur email de dents sont en cours par U-Th et ESR (M. Richard, université de Bordeaux). Des prélèvements pour la luminescence ont été réalisés sur l’ensemble de la séquence, avec comme objectif une comparaison avec les résultats U-Th et ESR et la précision de la datation de la base de la séquence. Des fistuleuses présentes dans les couches 5 sup et 6 ont été datées par U-Th. Leur âge, entre 350 000 et 500 000 ans, signale l’existence probable d’une vaste cavité humide, avant son démantèlement. Seul demeurait un résidu d’abri sous roche sur la rive droite du vallon. Le ramassage systématique des petites stalagmites (coordonnées) issues des couches 5 (et 5 sup) et 6 se poursuit pour leur datation (M. Richard, post-doc MNHN et D. Genty, lsce).

3Fortement dilatée dans la partie centrale et est du site, la couche 5 sup enregistre, vu son épaisseur et la densité du matériel, une récurrence d’occupations. Elle enregistre également de fortes variations latérales. Elle est surmontée par un amas de blocs et de dalles, une phase majeure d’effondrement de l’abri qui correspond à la base de la couche 4. Cette couche 5 (et 5 sup) repose directement sur la couche 6, préservée ponctuellement en avant de l’abri ou sur le substratum.

4L’opération 2020 s’est donc concentrée sur la couche 5 (et 5 sup) de manière à alimenter le corpus lithique et osseux, à préciser les phases d’occupation et décrire en détail les variations verticales et latérales. La fouille a concerné les carrés K-N et 6-8 pour la partie centrale du site (sommet de la couche 5 sup), et bandes L-N/9-12 pour la tranchée est (base de la couche 5 sup). Le substratum a été atteint au niveau du carré L9. Une grande dalle a été éliminée sur la partie est du site, ce qui a permis l’accès aux secteurs les plus riches de la première phase d’occupation de la couche 5 sup, le niveau 5.1, et, également, l’élargissement de la surface de fouille.

5La fouille de la tranchée s’est aussi élargie d’une bande depuis 2019 de manière à fouiller les phases plus anciennes de la couche 5 sup, délimiter plus précisément le sommet de la couche et la base de très grandes dalles qui marquent le sommet de la couche 5 sup dans cette partie de l’abri.

6Les données stratigraphiques confirment que la couche 5 sup est un faciès très caillouteux à matrice limoneuse brune et organique. Elle recouvre, en avant de la tranchée, une couche à matrice rouge (couche 6) et comporte des blocs de grandes dimensions, traces de l’effondrement du plafond de l’abri. Les faciès superposés dans la tranchée apparaissent toujours de façon discontinue entre les blocs d’effondrement distribués sur le flanc du versant. Certaines dalles et blocs de grandes dimensions ont été éliminés également dans la tranchée lors de cette opération, ce qui a permis de poursuivre le dégagement d’une coupe longitudinale complète de la séquence du site.

7Le sommet de la couche 6 a été dégagée dans la tranchée au niveau de la bande 9, indiquant une morphologie en marche d’escalier pour le substratum. Son épaisseur et sa préservation s’avèrent plus importantes que prévue dans ce secteur du site. La couche 6 est bien conservée (50-60 cm d’épaisseur) sous la couche 5 (et 5 sup), surtout dans la bande 9, et a livré à nouveau du matériel en petite quantité (silex, restes osseux, galets et outillage en quartzite).

8De la partie centrale de l’abri à la tranchée en avant du site, la couche 5 sup livre du matériel lithique et faunique à toutes profondeurs et en densité variable selon les carrés. La partie supérieure, le niveau 5.1, est particulièrement riche. Plusieurs petites lentilles (10-15 cm de diamètre) avec des concentrations de charbons de bois bien conservés ont été prélevées pour l’analyse anthracologique, palynologique et micromorphologique. La préservation du matériel lithique, supérieure à celle de la couche 4, permet d’observer une grande variabilité des types de silex qu’il conviendra de confirmer par l’analyse géologique détaillée. Les premiers résultats permettent d’observer déjà un territoire davantage tourné vers le sud que pour la couche 4. Des amas de pièces lithiques et la forte concentration en os suggèrent également que des zones de débitage ou des aires d’activités ont été particulièrement bien conservées.

Fig. 1 – Aspect du sommet de la couche 5 sup après élimination de l’amas de dalles

Fig. 1 – Aspect du sommet de la couche 5 sup après élimination de l’amas de dalles

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 2 – Produits de débitage et nucleus (Levallois, centripète, sur éclat) de la couche 5 sup et 5 (silex)

Fig. 2 – Produits de débitage et nucleus (Levallois, centripète, sur éclat) de la couche 5 sup et 5 (silex)

Dessins : A. Theodoropoulou.

Fig. 3 – Lentilles de gros charbons du carré N8 (couche 5 sup, sommet)

Fig. 3 – Lentilles de gros charbons du carré N8 (couche 5 sup, sommet)

Cliché : équipe de fouille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Aspect du sommet de la couche 5 sup après élimination de l’amas de dalles
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Fig. 2 – Produits de débitage et nucleus (Levallois, centripète, sur éclat) de la couche 5 sup et 5 (silex)
Crédits Dessins : A. Theodoropoulou.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Fig. 3 – Lentilles de gros charbons du carré N8 (couche 5 sup, sommet)
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Moncel, « Saint-Martin-d’Ardèche – Abri du Maras » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/87058

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Moncel

CNRS, MNHN, Museum national d’histoire naturelle

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Hélène Moncel

CNRS, MNHN, Museum national d’histoire naturelle

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search