Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202007 – ArdècheSaint-Martin-d’Ardèche – La Grott...

2020
07 – Ardèche

Saint-Martin-d’Ardèche – La Grotte Huchard

Relevé d’art rupestre (2020)
Responsable d’opération : Julien Monney

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Savoie-Mont-Blanc

Monney J. 2021 : Projet datation grottes ornées, rapport d’opération annuelle 2020, grotte Huchard (Saint-Martin-d’Ardèche, Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes).

Texte intégral

1La grotte Huchard, aussi dénommée grotte du Ranc Pointu no 1 ou grotte du Squelette, est une grotte ornée paléolithique située le long des gorges de l’Ardèche, à l’aplomb du belvédère du Ranc Pointu (Saint-Martin-d’Ardèche ; Ardèche). Son ornementation est exclusivement constituée de gravures profondes situées dans la zone de pénombre (fig. 1). Elles s’inscrivent par ailleurs entre 2,5 et 3,5 m. de hauteur par rapport au sol actuel. Bien que diverses opérations archéologiques y aient pris place depuis la fin du xixe s. (P. Raymond, P. Huchard, J. Combier, R. Gilles, E. et R. Billard,…), les connaissances quant à la chronologie de ses fréquentations au Paléolithique supérieur restent succinctes (évocation de Magdalénien final et de Solutréen sur la base de séries lithiques très limitées). Par ailleurs, jusqu’à récemment, les possibilités d’effectuer de nouvelles investigations chronologiques sur le terrain étaient jugées des plus restreintes (vidanges des sédiments aux périodes historiques).

Fig. 1 – Paroi ornée principale : relevé des gravures sur le support rocheux

Fig. 1 – Paroi ornée principale : relevé des gravures sur le support rocheux

Cliché et DAO : Y. Delannoy, B. Derenne, J. Monney (Edytem, université Savoie-Mont-Blanc).

2En 2016, des lambeaux de remplissage ont toutefois été repérés dans un petit diverticule latéral. Ces lambeaux sédimentaires fortement concrétionnés correspondent aux vestiges de niveaux fouillés anciennement. Il s’agit plus exactement de ceux du sondage de 1957 mentionné par P. Huchard et J. Combier. L’identification à leur surface de microcharbons, d’ossements et de pièces lithiques en place (fig. 2), ainsi que leur possible relation altitudinale avec les gravures (champ manuel) ont motivé la réalisation de la présente opération archéologique en vue d’établir la chronologie de mise en place de ces dépôts sédimentaires et leur position vis-à-vis des niveaux de circulation contemporains de l’ornementation paléolithique.

Fig. 2 – Pièce lithique (Lith-01) en place contre les lambeaux de remplissage sédimentaire lors de son repérage en 2016

Fig. 2 – Pièce lithique (Lith-01) en place contre les lambeaux de remplissage sédimentaire lors de son repérage en 2016

Cliché : J. Monney (Edytem, université Savoie-Mont-Blanc).

3Pour ce faire, les recherches se sont portées vers :

  • un enregistrement numérique 3D de la cavité, des gravures et des dépôts plaqués contre la paroi (photogrammétrie et lasergrammétrie) ;
  • un relevé archéologique des gravures et des placages sédimentaires ;
  • une étude géomorphologique et géoarchéologique des dépôts sédimentaires ainsi que de leur relation spatiale et altitudinale avec les gravures ;
  • un prélèvement d’éléments archéologiques en place (pièces lithiques, charbons et ossements) en vue de détermination et de datation 14C AMS ;
  • une détermination et une étude comparative préliminaire du matériel recueilli en 2020 ainsi qu’une réévaluation des collections antérieures.

4La mise en relation altitudinale des niveaux archéologiques identifiés dans le diverticule avec les gravures pariétales montre que la position des gravures est parfaitement compatible avec l’existence de sols de circulation paléolithiques situés dans le prolongement des niveaux archéologiques du diverticule (fig. 3). Les zones de paroi ornées se trouveraient alors dans le champ manuel d’un individu de taille moyenne (1,70 m).

Fig. 3 – Des coups de gouge sont visibles sur les parois

Fig. 3 – Des coups de gouge sont visibles sur les parois

Leur morphologie indique qu’ils ont été formés par un courant allant de l’entrée vers le fond de la cavité et donc qu’au début de son histoire, la cavité a fonctionné comme une perte de l’Ardèche. Leur préservation uniquement sur la partie inférieure des parois résulte de la présence d’un ancien remplissage. Ce remplissage aujourd’hui disparu les a protégés de l’impact du dernier maximum glaciaire (cryoclastie). La limite supérieure de la zone où ils sont préservés est ainsi un marqueur du niveau auquel se trouvaient les dépôts sédimentaires à cette époque.

Cliché : J. Monney (Edytem, université Savoie-Mont-Blanc).

5Malgré le caractère très réduit des dépôts sédimentaires encore existants dans le diverticule, un examen attentif a, par ailleurs, permis d’identifier et de prélever à leur surface six pièces lithiques en matière siliceuse, 55 microcharbons, quatre éléments de matière colorante rouge, trois galets, trois vestiges osseux de microfaune et quatre échantillons de sédiment. Ces vestiges se concentrent essentiellement au sein de l’US 1, soit sur la partie sommitale des dépôts (12 à 17 cm supérieurs). La fraction limoneuse de cette dernière, absente des remplissages sableux de la grotte (US 2) ou de l’encaissant calcaire, est assimilable à des lœss. Les observations géoarchéologiques, tout comme l’analyse anthracologique, qui montre la dominance du pin (de type Pinus sylvestris/nigra) et dans une moindre mesure du genre Salix, sont donc très compatibles avec une ambiance Paléolithique supérieur.

6De manière plus fine, la répartition altitudinale du matériel au sein de l’US 1 laisse ouverte la possibilité que plusieurs phases de fréquentation successives soient représentées au sein des dépôts. La présence d’un horizon archéologique à l’interface entre l’US 1 et l’US 2 pourrait notamment se rattacher à une phase précoce du Paléolithique supérieur. De même, si le faible nombre de pièces lithiques recueillies en 2020 ne permet pas d’aller au-delà d’une attribution chronoculturelle très générale au Paléolithique supérieur, une réévaluation des collections préexistantes sur des bases technotypologiques et pétrographiques souligne la diversité des matières et évoque également l’éventualité d’une pluralité de fréquentations.

7Au vu de ces différents éléments, il y a, par conséquent, lieu de questionner aujourd’hui l’hypothèse d’une seule et unique phase d’occupation au Magdalénien final comme cela a pu être proposé par le passé. La réalisation de datations 14C AMS devrait permettre, à l’avenir, de caler précisément ce cadre chronologique et l’amener à constituer ainsi un nouveau jalon dans la connaissance des fréquentations humaines en lien avec l’art pariétal paléolithique de la région.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Paroi ornée principale : relevé des gravures sur le support rocheux
Crédits Cliché et DAO : Y. Delannoy, B. Derenne, J. Monney (Edytem, université Savoie-Mont-Blanc).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 810k
Titre Fig. 2 – Pièce lithique (Lith-01) en place contre les lambeaux de remplissage sédimentaire lors de son repérage en 2016
Crédits Cliché : J. Monney (Edytem, université Savoie-Mont-Blanc).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87059/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Des coups de gouge sont visibles sur les parois
Légende Leur morphologie indique qu’ils ont été formés par un courant allant de l’entrée vers le fond de la cavité et donc qu’au début de son histoire, la cavité a fonctionné comme une perte de l’Ardèche. Leur préservation uniquement sur la partie inférieure des parois résulte de la présence d’un ancien remplissage. Ce remplissage aujourd’hui disparu les a protégés de l’impact du dernier maximum glaciaire (cryoclastie). La limite supérieure de la zone où ils sont préservés est ainsi un marqueur du niveau auquel se trouvaient les dépôts sédimentaires à cette époque.
Crédits Cliché : J. Monney (Edytem, université Savoie-Mont-Blanc).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87059/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Monney, « Saint-Martin-d’Ardèche – La Grotte Huchard » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 29 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/87059

Haut de page

Auteur

Julien Monney

Edytem, université Savoie-Mont-Blanc

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Julien Monney

Edytem, université Savoie-Mont-Blanc

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search