Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202007 – ArdècheVallon-Pont-d’Arc – Grotte Chauve...

2020
07 – Ardèche

Vallon-Pont-d’Arc – Grotte Chauvet-Pont d’Arc

Relevé d’art rupestre (2020)
Responsable d’opération : Carole Fritz

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Fritz C. 2021 : Grotte Chauvet Pont-d’Arc, rapport d’activités 2020, programme 2021, CNRS.

Texte intégral

1En 2020, la campagne prévue du 9 mars au 3 avril s’est arrêtée brutalement le vendredi 13 mars après 5 jours de terrain, principalement consacrés à l’acquisition 3D dans le fond de la grotte. L’équipe était réduite pour assurer les prises de vue destinées à la photogrammétrie des parois (Salle du Fond et Galerie de la Sacristie) et des sols (Sacristie, Galerie des Croisillons).

2Les travaux de recherche se sont poursuivis pendant le confinement et durant les mois qui suivirent, malgré la dispersion géographique des chercheurs en France et en Espagne. Dans le cadre du télétravail imposé, le développement méthodologique mis en route depuis deux ans (3D, SIG, plate-forme collaborative PCF) s’est avéré particulièrement adapté et efficace, aussi bien pour les outils de réflexion collective que pour la diffusion des données et leur traitement.

Paléobiologie animale et ichnologie

3Les recherches concernant la paléontologie et l’ichnologie à la grotte Chauvet se poursuivent avec pour objectif de préciser la chronologie (hommes/ours ; intra/inter salles, sols/parois) et l’anthropozoologie des fréquentations humaines dans la cavité.

4Depuis 2018, la couverture photographique des sols présentant un intérêt en paléobiologie ursine est en cours : bonebeds à ours (« rivière » d’os) dans la Salle des Bauges, amas d’ossements autour du grand effondrement dans la Salle Hillaire et aux Panneaux Rouges ; bande d’empreintes et griffes sur le talus d’argile de la Salle Hillaire et zone dortoir ursine (bauges) ; repérage des empreintes canines identifiables, depuis l’éboulis d’entrée jusqu’à la Galerie des Croisillons.

5La photogrammétrie des sols concerne tout spécialement l’ichnologie, eu égard aux exceptionnels enregistrements dans différentes galeries, pour les empreintes animales (ours, loup, cuon, bouquetin) et humaines. Un premier travail sur les empreintes de canidés est réalisé à partir d’empreintes isolées, complètes, accessibles et identifiables morphologiquement (fig. 1) afin d’attribuer spécifiquement ces données et de les raccorder au registre paléontologique (répartition bispécifique cuon/loup).

Fig. 1 – Attribution spécifique des empreintes de canidés dans différents secteurs de la grotte après analyse ichnométrique

Fig. 1 – Attribution spécifique des empreintes de canidés dans différents secteurs de la grotte après analyse ichnométrique

Diagramme : P. Fosse.

Étude géoarchéologique et archéométrique des états de surface des sols

6Cette courte campagne a été consacrée au prélèvement des échantillons autorisés à la suite des demandes déposées et autorisées à la CTRA et à la CNPA en 2019. Les objectifs sont de caractériser les états de surface des sols, d’en comprendre la genèse et d’en établir un référentiel permettant de les cartographier. Le secteur de la grotte concerné est compris entre le Seuil et la Salle du Fond.

7Les analyses concernent la caractérisation élémentaire et structurale des prélèvements (géochimie, minéralogie, granulométrie, micromorphologie) à l’aide de méthodes plus ou moins vulnérantes (ex : XRF, Raman, LIBS, micromorphologie). La genèse du faciès sera aussi identifiée, en prenant en compte les processus naturels ainsi que ceux liés à l’occupation animale (principalement ursine) et humaine. Ces analyses permettront d’identifier pour chaque faciès les méthodes in situ non vulnérantes utilisables pour établir dans la grotte un diagnostic, sans devoir échantillonner.

8Trois pistes seront explorées :

  • Diagenèse liée à la présence de chiroptères (phosphates et gypse) et/ou de la décomposition des cadavres des animaux, notamment les ours (Hillaire et Crâne). Il s’agit de compléter les résultats acquis dans d’autres secteurs.
  • Sédiments n’ayant pas subi de diagenèse post-dépositionnelle situés dans la Salle du Fond.
  • Revêtements pelliculaires brun, gris foncé ou noir fréquemment observés à la surface des sédiments, du Seuil à la Salle du Fond. Cette coloration est due à la présence de nombreux micro-charbons de bois, produits par piétinement. Il est nécessaire d’étudier les autres revêtements afin de déterminer leur origine, naturelle (oxydes de fer et de manganèse) ou liée à la présence de l’homme (micro-charbons de bois).

9Les résultats sont attendus en fin d’année 2021.

L’art pariétal dans la Sacristie

10À l’extrémité nord de la Salle du Fond, la Sacristie (secteur topo 13) fait partie des lieux les moins connus de la cavité. Pour préserver les sols argileux, l’accès actuel contraint à cheminer sur des pas japonais, en descendant à droite dans l’effondrement terminal.

11L’accès préhistorique était plus court et plus facile : après avoir dépassé le Pilier des Bisons sur sa gauche, on se trouvait dans une galerie de 2 m de large et 5 m de long (le Couloir), débouchant de plein pied sur le côté gauche de la Salle.

12Aujourd’hui, on se trouve bloqué au pied de la paroi droite de cette salle, sur une étroite bande de sol, dans l’impossibilité d’observer de visu les surfaces (sols et parois).

13Les techniques numériques permettent de pallier ces difficultés, tant pour l’observation que pour l’enregistrement des faits. Les prises de vue s’effectuent à l’aide d’un petit appareil numérique fixé au bout d’une perche télescopique dont la portée maximale est de 6 m (cf. méthodologie 3D dans les rapports 2018 et 2019). À l’issue de la campagne 2020, un modèle 3D quasiment complet a permis de visualiser pour la première fois cet espace inaccessible (fig. 2).

Fig. 2 – Vue 3D de la Salle de la Sacristie. À droite, le Panneau du Grand Lion (13 D2)

Fig. 2 – Vue 3D de la Salle de la Sacristie. À droite, le Panneau du Grand Lion (13 D2)

Réalisation : A. Laurent, T. Sagory.

14De plus, des orthophotographies en haute définition extraites du modèle ont servi de base au relevé d’ensemble de ce secteur méconnu malgré la présence d’œuvres spectaculaires dans le Couloir, un cheval à gauche (sud-est) et un mammouth à droite (nord-ouest). Dans la Salle, deux panneaux se font face, associant des grandes figures (trois lions au trait noir, deux chevaux et un bison gravés) et de petits animaux noirs (trois chevaux, un rhinocéros, un mégacéros) (fig. 3).

Fig. 3 – Sacristie. Salle, paroi gauche. Relevé du panneau 13 G2

Fig. 3 – Sacristie. Salle, paroi gauche. Relevé du panneau 13 G2

Relevé : G. Tosello.

15Les entités graphiques atteignent le total de 42, les signes et tracés indéterminés (28) étant deux fois plus abondants que les figures animales (14). Les espèces emblématiques de la grotte sont présentes (lion, rhinocéros, mammouth, mégacéros) accompagnées du bison et du cheval. Ce dernier occupe la première place avec six spécimens.

16Dans ce modeste ensemble de figures, un grand lion noir de la Salle se distingue, à la fois par ses dimensions (2,20 m de long) et la virtuosité de son exécution, qui rappellent le couple de félins de la paroi gauche de la Salle du Fond (fig. 4). Le cheval noir et gravé du Couloir compte parmi les œuvres les plus abouties de la grotte. La technique associant gravure et estompe, le traitement de détails comme les proportions générales, le rapprochent du Panneau des Chevaux de la Salle Hillaire.

Fig. 4 – Sacristie. Salle, paroi droite (13 D2). Tête du grand lion noir

Fig. 4 – Sacristie. Salle, paroi droite (13 D2). Tête du grand lion noir

Des surfaces frottées du bout des doigts sont visibles de part et d’autre du profil. La place de l’œil est occupée par de petits impacts dont le pourtour conserve des particules charbonneuses.

Cliché : C. Fritz (CNRS).

17Les deux chevaux gravés de la Salle, inédits avant la présente campagne, et le bison viennent accroître le corpus des gravures de Chauvet, dont la présence est sans doute sous-estimée, en raison des difficultés de lecture, surtout lorsqu’elles atteignent de grandes dimensions (2,05 m pour le cheval de la paroi droite) et dans les cas fréquents où la paroi est hors d’accès. Malgré son schématisme, le mégacéros à museau pointu offre des analogies, telles les oreilles dressées et divergentes, avec d’autres figures dessinées dans la Galerie des Mégacéros. La bosse sur le garrot reste moins marquée, peut-être parce que le cervidé de la Sacristie baisse la tête.

18Les huit entités non figuratives de la Sacristie sont de type simple : point, trait rectiligne ou courbe ou rectangle gravé. Outre deux points, d’autres signes rouges (à l’hématite) étaient sans doute présents mais ils sont aujourd’hui très érodés. Il faut signaler l’utilisation très rare d’un pigment argileux pour réaliser un petit cheval et un signe angulaire sur la paroi gauche de la Salle. Juste en face, du côté droit, les tracés digitaux qui creusent des veines d’argile rouge autour de la tête du grand lion seraient-ils les marques de prélèvement de ce pigment ?

19Sur le mammouth du Couloir, le doublement de l’arc des défenses en gravure pose la question de leur transformation en motif autonome, une interprétation possible pour des graphismes analogues, gravés (Salle Hillaire, paroi droite du Fond) ou peints (Panneau rouges) ailleurs dans la grotte.

20La Sacristie se distingue aussi par l’abondance d’entités pariétales indéterminées, dont l’origine ou la motivation demeure énigmatique.

21Il y a tout d’abord des tracés, le plus souvent digitaux, isolés ou groupés par séries. À six reprises sur le panneau du Lion noir, ils prennent la forme de petites surfaces délimitées (fig. 4), certaines étant presque lisses tandis que d’autres montrent des incisions plus agressives laissant des sillons bien visibles sur les photos, qui suggèrent l’utilisation d’un outil plutôt que des doigts.

22Le nombre élevé d’impacts et « traces fonctionnelles » (plus de 55) constitue un autre élément remarquable du lieu. En l’absence d’exploration du tréfonds de la Salle (hors de portée des perches de prises de vue), le total doit être considéré comme une estimation. Cette appellation provisoire demandera à être précisée, après une étude approfondie, accompagnée si possible d’une expérimentation sur les types d’objets et les gestes susceptibles de se trouver à l’origine de ces traces. Enfin, on relève au moins 17 marques charbonneuses qui se répartissent en hauteur entre 1 m et 1,80 m du sol à de rares exceptions (paroi droite de la salle). Si certaines marques noires évoquent bien des gestes de mouchage de torche (frottements de haut en bas produisant des tracés linéaires), d’autres sont très ténues et pourraient avoir d’autres origines (la chute de particules charbonneuses au cours du travail des artistes par exemple).

23Dans la salle, les deux compositions pariétales face-à-face présentent une structure et une séquence chronologique comparables : sur chacune, un grand lion noir est associé à des petits chevaux noirs placé(s) sous sa tête. Les recherches menées cette année permettent d’y ajouter une autre similitude : le lion est recoupé par un grand cheval gravé tourné en sens opposé, lui-même recouvert par de petites figures noires (mégacéros à gauche, cheval à droite). L’hypothèse d’une conception d’ensemble vient à l’esprit.

24Constater cette succession d’événements ne permet pas pour autant d’évaluer la durée de chaque phase, ce qui reste une difficulté récurrente dans la construction d’une chronologie, locale ou globale, pour la cavité. Cependant, la multiplication de ces observations, panneau après panneau, secteur après secteur, et toutes disciplines confondues, conduira à affiner notre perception de l’écoulement du temps dans la grotte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Attribution spécifique des empreintes de canidés dans différents secteurs de la grotte après analyse ichnométrique
Crédits Diagramme : P. Fosse.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 2 – Vue 3D de la Salle de la Sacristie. À droite, le Panneau du Grand Lion (13 D2)
Crédits Réalisation : A. Laurent, T. Sagory.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 871k
Titre Fig. 3 – Sacristie. Salle, paroi gauche. Relevé du panneau 13 G2
Crédits Relevé : G. Tosello.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 827k
Titre Fig. 4 – Sacristie. Salle, paroi droite (13 D2). Tête du grand lion noir
Légende Des surfaces frottées du bout des doigts sont visibles de part et d’autre du profil. La place de l’œil est occupée par de petits impacts dont le pourtour conserve des particules charbonneuses.
Crédits Cliché : C. Fritz (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87110/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1005k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Fritz, « Vallon-Pont-d’Arc – Grotte Chauvet-Pont d’Arc » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/87110

Haut de page

Auteur

Carole Fritz

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Carole Fritz

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search