Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202069M – Métropole de LyonLyon (1er-2e) – Place Saint-Nizie...

2020
69M – Métropole de Lyon

Lyon (1er-2e) – Place Saint-Nizier, rives de Saône : terrasses de la presqu’île

Sondage (2018-2020)
Responsable d’opération : Étienne Hofmann

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Hofmann É. 2021 : Place Saint-Nizier, Lyon (1er et 2e) Rives de Saône : terrasses de la presqu’île, rapport de surveillance archéologique, Lyon, SAVL.

Texte intégral

1L’opération de surveillance réalisée sur la place Saint–Nizier, rue Paul Chenavard, rue de la Fromagerie et dans la rue Brest, présente un bilan mitigé, qui tient principalement à la faiblesse des superficies ouvertes et des profondeurs atteintes. Un certain nombre de sondages se sont avérés totalement négatif, bien que d’autres aient fait apparaître des maçonneries vestiges des bâtiments disparus lors des réformes urbaines successives qui ont touché le quartier (1563,1834 ou 1846). On citera par exemple les restes des deux bâtiments de la paneterie ou de la maison ronde, tous présents sur le plan scénographique (xvie s.) à l’emplacement de l’actuelle place Saint-Nizier. À ces édifices disparus, il faut adjoindre les restes d’un soubassement subcirculaire destiné à supporter la rotonde en façade de l’église de Saint-Nizier. Bien que la rotonde n’ait, a priori, jamais été édifiée, sa base semble avoir été mise en place et maintenue un temps selon l’iconographie. Cette base paraît même avoir servi de parvis à l’église.

2En ce qui concerne les périodes plus anciennes, elles ont livré les vestiges parfois ténus, voire difficilement interprétables ou caractérisables, faute d’accès aux sondages profonds. Ainsi, l’occupation antique n’a pas été caractérisée, bien que les vestiges de cette époque demeurent bien présents dans cette partie de la presqu’île (vers 166,50 m NGF). Le phénomène n’est pas nouveau et avait déjà été mis en évidence par les opérations antérieures situées plus à l’ouest place d’Albon (Bertrand 2010) et sur les quais de Saône (Bernot à paraître). En matière de vestiges du haut Moyen Âge, aucune structure ou fossile directeur n’a été mis en évidence malgré la présence d’un second état de construction, non daté, sur un mur antique.

3La principale découverte réalisée durant cette opération reste le sous-sol sépulcral daté par radiocarbone effectué sur des fragments de squelette humain des xiie-xiiie s. Cet horizon sépulcral est présent au sud-est de la place Saint-Nizier, le long de la façade de l’église, où il a été daté par des vestiges céramiques, et du mur nord de l’église, rue de la Fromagerie. Il s’agit de niveaux d’inhumations successifs très denses appartenant, pour tout ou partie, au cimetière de l’église paroissiale avant sa reconstruction au xve s. et l’aménagement de ce même espace en place, telle que nous la connaissons sur le plan scénographique du milieu du xvie s. Les creusements successifs liés à l’exploitation de ce cimetière et à l’urbanisation ultérieure évoquée précédemment ont lourdement et profondément perturbé le sous-sol. Ils ont pu participer à l’effacement des vestiges antérieurs, d’autant plus si ces derniers étaient fragiles. Pour autant, l’absence de mobilier résiduel daté du haut Moyen Âge, fait déjà observé sur le site voisin de la place d’Albon, et plus généralement à Lyon, demeure problématique.

4À l’issue de cette surveillance, il paraît évident que si l’occupation antique n’a pas été caractérisée, faute d’accès aux sondages profonds, les vestiges de cette époque demeurent bien présents dans cette partie de la presqu’île. Ils sont situés aux alentours de 166,50 m NGF.

Fig. 1 – Vue générale du massif maçonné MF1601 face au porche central de Saint-Nizier

Fig. 1 – Vue générale du massif maçonné MF1601 face au porche central de Saint-Nizier

Vue depuis l’ouest.

Cliché : SAVL.

Fig. 2 – Vue de la couche sépulcrale apparue immédiatement sous les réseaux

Fig. 2 – Vue de la couche sépulcrale apparue immédiatement sous les réseaux

Vue zénithale.

Cliché : SAVL.

Fig. 3 – Vue des sépultures SP2609, SP2610, SP2612 et de l’US 2611, après dégagement

Fig. 3 – Vue des sépultures SP2609, SP2610, SP2612 et de l’US 2611, après dégagement

Cliché : SAVL.

Haut de page

Bibliographie

Bernot E. à paraître : Fouille du parking Saint-Antoine (quai Saint-Antoine et place d’Albon), 69002 Lyon, rapport d’archéologie préventive, Lyon, SAVL.

Bertrand É. 2010 : Quai Saint-Antoine, place d’Albon, 69002 Lyon, rapport de diagnostic, Lyon, Sam, 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du massif maçonné MF1601 face au porche central de Saint-Nizier
Légende Vue depuis l’ouest.
Crédits Cliché : SAVL.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 2 – Vue de la couche sépulcrale apparue immédiatement sous les réseaux
Légende Vue zénithale.
Crédits Cliché : SAVL.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 3 – Vue des sépultures SP2609, SP2610, SP2612 et de l’US 2611, après dégagement
Crédits Cliché : SAVL.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Hofmann, « Lyon (1er-2e) – Place Saint-Nizier, rives de Saône : terrasses de la presqu’île » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/87204

Haut de page

Auteur

Étienne Hofmann

Service archéologique de la ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Étienne Hofmann

Service archéologique de la ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search