Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202069M – Métropole de LyonVénissieux – Îlot Croizat-Houël-F...

2020
69M – Métropole de Lyon

Vénissieux – Îlot Croizat-Houël-Ferry

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Ellébore Segain

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Segain E. 2021 : Vénissieux (métropole de Lyon, Auvergne-Rhône-Alpes) îlot Croizat, Houël, Ferry, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Cette opération de diagnostic archéologique intervient en amont de la création d’immeubles à Vénissieux, au niveau du pâté de maison localisé entre la rue Jules Ferry, l’avenue Marcel-Houël, le boulevard Ambroise-Croizat et le passage Parmentier. Il impacte les parcelles BT 114 à BT 116p et BT 119 à BT 122, situées à une centaine de mètres au sud du centre-ville ancien, riche en vestiges archéologiques de toute période. Sur les 3 717 m2 concernés par l’opération, la partie non accessible (accès impossible, bâtiments non détruits) correspond à environ 1 100 m2, alors que l’espace accessible est de 2 617 m2. Seize sondages ont été réalisés, ce qui correspond à une surface de 278,44 m2 et représente environ 7,50 % de l’emprise du projet total, et 10,64 % de l’emprise disponible. Les sondages s’échelonnent sur une profondeur allant de 0,27 m à 3,20 m.

2L’opération archéologique s’installe sur un terrain entre 192 et 188 m NGF. Elle se situe sur la colline, d’ossature moraino-lœssique, se développant de Solaize à Saint-Fons et bordée par le Rhône à l’ouest. Comme souvent sur ces collines, la topographie n’est pas celle d’un plateau uniforme, mais a conservé un vallonnement, dû au dépôt inégal de la moraine puis des lœss. Durant l’Holocène, et avec les installations humaines successives qui impactent leur milieu, des limons ruisselés se déposent en particulier au cœur du talweg de Vénissieux. Sur les flancs de ce talweg, les lœss, érodés sur leur sommet, sont souvent à l’affleurement, et les structures archéologiques sont partiellement conservées. Les aménagements modernes à contemporains sont aussi un facteur d’écrêtement de la stratigraphie, parfois drastique.

3Les lœss ne se déposent pas uniformément puisqu’ils sont tributaires des vents et de la rugosité des reliefs, mais sur le terrain qui nous intéresse, le nappage semble être continu (US 3).

4Une altération, colorant les sédiments lœssiques en brun-orangé, est ensuite observée dans la partie nord-est de l’emprise (US 8). Sa mise en place est due à l’effet du réchauffement climatique et de la conquête végétale qui permettent la « coloration » par migration verticale des argiles et éléments solubles présents dans l’humus de surface sur plusieurs millénaires. Plusieurs horizons constituent alors un profil de sol brun lessivé, très caractéristique en contexte lœssique, mais dont il ne reste que l’horizon Bt. Cette couche atteste d’une grande stabilité du milieu pendant plusieurs millénaires.

5Les US 3 et 8 sont recouvertes par l’US 2, correspondant à des colluvions, c’est-à-dire un dépôt par des eaux de ruissellements diffus de sédiments érodés de l’amont et mis en place progressivement à la période historique. Le reste de la stratigraphie correspond à divers remblais modernes ou contemporains.

6Le vestige le plus ancien identifié sur le site est le trou de poteau isolé F106, découvert dans le sondage 5. C’est le seul vestige identifié sous l’US 2, les autres apparaissant plus haut en stratigraphie. Il peut être protohistorique ou médiéval.

7Les vestiges les plus nombreux découverts sur cette emprise correspondent à divers vestiges modernes et/ou contemporains, associés à une occupation agricole. Le calage chronologique est issu de la découverte de mobilier céramique, ainsi que du calage stratigraphique de vestiges entre eux, ou en lien avec certaines US.

8Le sondage 16, localisé à l’ouest, dans la cour des bâtiments actuels, est le plus riche en vestiges (murs, cave, soupirail, niveaux de sol, etc.), en lien avec un bâtiment détruit récemment. Les autres vestiges se répartissent sur l’ensemble des parcelles sondées, et peuvent vraisemblablement être mis en relation avec l’occupation de ces espaces par des unités agricoles, en lien avec les habitations encore présentes à l’ouest. Il s’agit de reliquats de murs, majoritairement sous la forme de fondation, appartenant vraisemblablement à des limites de parcelle, un mur participant d’un bâtiment récemment détruit, une petite fosse contenant une possible citerne, une grande fosse contenant une citerne, plusieurs fosses servant d’inhumation animales, des fosses servant vraisemblablement de carrière de sédiment, et quelques fosses dépotoirs. Le mobilier le plus ancien découvert remonte à la fin du xviiie-début du xixe s.

9L’ensemble des vestiges, à l’exception d’un unique trou de poteau isolé, est donc clairement moderne, voire contemporain, attestant d’un terrain situé hors du centre-ville ancien.

Fig. 1 – Plan des vestiges découverts avec report de leur datation

Fig. 1 – Plan des vestiges découverts avec report de leur datation

DAO : S. Couteau, É. Segain (Inrap).

Fig. 2 – Vestige protohistorique ou médiéval

Fig. 2 – Vestige protohistorique ou médiéval

Cliché : É. Segain (Inrap).

Fig. 3 – Citerne F113 dans le sondage 9

Fig. 3 – Citerne F113 dans le sondage 9

Cliché : É. Segain (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des vestiges découverts avec report de leur datation
Crédits DAO : S. Couteau, É. Segain (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 2 – Vestige protohistorique ou médiéval
Crédits Cliché : É. Segain (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 3 – Citerne F113 dans le sondage 9
Crédits Cliché : É. Segain (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87348/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ellébore Segain, « Vénissieux – Îlot Croizat-Houël-Ferry » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/87348

Haut de page

Auteur

Ellébore Segain

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ellébore Segain

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search