Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2020Projets collectifs de rechercheLes agglomérations de la basse va...

2020
Projets collectifs de recherche

Les agglomérations de la basse vallée de l’Allier : iis. av. J.‑C.-xive s. apr. J.‑C.

Projet collectif de recherche (2020)
Responsable d’opération : Franck Chaléat

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Allier

Chaléat F. 2021 : Les agglomérations de la basse vallée de l’Allier : iis. av.-xive s. apr. J.‑C., projet collectif de recherche, rapport intermédiaire, première triennale, Moulins, Sapda.

Texte intégral

1Ce PCR vise à étudier, sur le temps long et de manière territoriale, la fabrique et le fonctionnement des agglomérations réparties dans la vallée de l’Allier : la problématique consiste à vérifier si et quand la configuration des agglomérations du Val d’Allier a subi des ruptures historiques majeures qui ont orienté différemment les modalités territoriales, malgré l’existence évidente de faits structurels qui transcendent les époques.

2La démarche se penche sur la manière dont ces habitats groupés ont inscrit dans le paysage des éléments spécifiques d’ordre spatial qui marquent les logiques d’occupation, d’aménagement et d’appropriation sur le temps long. Ces éléments spatiaux (formels et structurels) sont autant liés à des aménagements matériels (dispositifs techniques ou architecturaux d’habitation, de passage, de délimitation, de contrôle) qu’à des ressources mentales collectives (pratiques sociales, espace vécu, symboles culturels, projections religieuses).

3La lecture se veut multiscalaire et concernera quatre échelons :

  • l’échelon le plus bas est celui de l’agglomération stricto sensu, en tant qu’agencement spécifique d’un bâti, en tant que structure collective, et en tant que système social ;
  • le deuxième échelon est celui du territoire périphérique de cet habitat groupé : on verra ici la façon dont sont traitées les franges de l’habitat, et les relations d’ordre socio-spatial qui sont tissées entre l’habitat et son terroir (hinterland) ;
  • le troisième échelon est celui de l’intégration dans le val d’Allier : il s’agit ici de vérifier la teneur des relations territoriales entre l’agglomération et le val d’Allier, qu’il s’agisse de la rivière Allier elle-même ou d’un de ses affluents ;
  • le quatrième et dernier échelon est celui des réseaux d’agglomération autour du val d’Allier, afin de voir comment les habitats groupés ont été organisés dans des fonctionnements utilisant ou dépassant la rivière (logiques des territoires ethniques ou politiques, réseaux urbains, flux commerciaux).

4Géographiquement, le domaine d’exploration du PCR se concentre sur l’Allier des plaines, soit le quart aval de cette rivière. Le choix de la rivière Allier comme vecteur structurant du PCR s’appuie sur la double fonction territoriale de ce cours d’eau dans l’histoire, à la fois comme limite territoriale (frontière entre les cités éduenne et biturige, entre les diocèses d’Autun et de Bourge) et comme axe de communication entre Bassin parisien et Auvergne (Voie Regordane). La zone d’exploration du PCR s’étend, au nord, jusqu’à la fin de la rivière, soit le Bec d’Allier, jonction de la Loire et de l’Allier. La limite méridionale a été placée à la latitude de Puy-Guillaume au niveau du bec de Dore, après laquelle les agglomérations historiques ont été bien mieux explorées. D’est en ouest, afin de se libérer des découpages historiques et physiques consacrés par la bibliographie, le PCR porte sur un fuseau purement géométrique de 25 km de largeur centré sur le tracé de l’Allier.

5Chronologiquement, l’arc temporel choisi couvre trois époques historiques et transcende trois points de transition majeurs : nous entreprenons en effet de suivre notre corpus de sites depuis la période celte de La Tène jusqu’aux crises du bas Moyen Âge, en nous confrontant à trois flexures consacrées par l’historiographie (la conquête romaine, la longue bascule de l’Antiquité tardive, et, enfin, la supposée « rupture » de l’An mil). La borne haute (entre les iiie et iie s. av. J.‑C.) correspond à la naissance des premières agglomérations de plaine disposant de fonctions spécialisées, mais aussi à l’émergence de grandes cités en Gaule. La borne basse de l’arc chronologique (fin du xive s.) prend en compte un point de basculement pour quantité d’agglomérations, à savoir l’érection d’une enceinte, ce qui inaugure un nouveau fonctionnement territorial de l’habitat groupé. Académiquement, le PCR veut aussi être une passerelle entre différents angles d’approche : bien que la profession d’archéologue soit massive dans nos rangs, nous nous proposons de dépasser le syndrome du site en adoptant une analyse territoriale qui multiplie les sources de renseignements (sédiments, architecture, écrits sériels, plans anciens) et les domaines de questionnement (l’écosystème, l’archéogéographie, l’architecture, la sociologie).

6Depuis 2019, les premières actions du collectif du PCR ont concerné la définition de la méthodologie de travail et le développement d’outils communs. La méthode s’inspire de celle mise au point au sein du PCR Agglocene (Agglomération antiques du Centre Est de la Gaule), qui a fait ses preuves depuis plusieurs années : ses outils principaux sont la prise en compte d’Unités d’Investigations (zones et modes de recherche scientifique) et d’Unités de Découvertes (types de vestiges), qui ont ici été adaptés et affinés pour les besoins du présent projet, notamment pour intégrer les renseignements d’archives et d’inventaire.

7Le travail de structuration du collectif a d’abord été mis en place en regroupant les chercheurs au sein de sept ateliers de travail : Atelier A : Méthodologie et coordination ; Atelier B : Environnement et géomorphologie ; Atelier C : Archéologie de l’eau ; Atelier D : Voies de circulation ; Atelier E : Morphologie urbaine et toponymie ; Atelier F : Protohistoire et Antiquité ; Atelier G : Moyen Âge

8Si la crise sanitaire de 2020 a largement compromis le travail de groupe, ce rapport fait état des derniers travaux menés dans ce cadre. Eu égard aux difficultés rencontrées, les efforts de l’atelier A ont surtout porté sur une adaptation de la méthode de travail, sur deux aspects. D’une part, la réalisation du travail de synthèse sur Vichy par Lise Augustin a montré certaines limites des outils d’UI et d’UD, et a abouti à deux propositions : l’ajout de rubriques plus fines pour les UD (concernant l’interprétation et la datation), mais aussi la création de véritables notices d’UD pour détailler les vestiges de façon confortable et rigoureuse. D’autre part, sur la base des retours de la commission CTRA suite à la réception du rapport précédent, et pour fluidifier les échanges d’informations, le PCR a réfléchi à un nouveau mode d’organisation recentrant l’exploration du corpus sur deux bassins principaux (celui de Vichy et celui de Moulins) avec l’abandon probable des ateliers précédents.

9De fait, le bassin de Moulins a bénéficié de l’apport substantiel des membres de l’atelier B autour de trois interrogations récemment explorées par l’archéologie : en premier lieu, la cartographie des accès antiques autour de Moulins, sur la base des nouvelles données acquises en diagnostic à Neuvy ; en deuxième lieu, le détail topographique et technique des ponts successifs traversant l’Allier à Moulins, à partir de la mise en lumière des vestiges de pieux et de piles des ponts Ginguet et Mansart ; en troisième lieu, la réflexion sur les divers systèmes de moulins à eau ayant équipé l’agglomération médiévale puis moderne.

10Deux autres synthèses de sites ont progressé dans le cadre des ateliers F et G, afin d’aboutir à des notices actualisées. Le premier site est celui d’Yzeure, avec une relecture des acquis concernant les ateliers de potiers du lieu de Saint-Bonnet. Le second site est celui de Toulon-sur-Allier, récemment exploré dans le cadre des travaux de la RCEA, et qui est relu de façon territoriale et diachronique. Toujours dans le bassin de Moulins, les travaux de l’atelier E ont porté cette année sur la toponymie et la structure spatiale de Bourbon-l’Archambault à la fin du Moyen Âge (xve s.) telles que l’on peut les déduire des terriers seigneuriaux (AD Allier, cotes A 34 et A 35). L’étude a été limitée au quartier de Villefranche, et permet une première étude socio-historique sur le bâti, les possessions agricoles, et l’occupation du sol.

11Le bassin de Vichy a bénéficié cette année de deux synthèses scientifiques réalisées dans un cadre professionnel en lien avec les ateliers F et G. La première porte sur l’agglomération de Vichy, qui a fait l’objet d’un contrat spécifique avec la doctorante Lise Augustin afin de synthétiser dans la base commune du PCR (tableur et SIG) l’ensemble des découverte d’archéologie urbaine répondant aux impératifs du groupe. La seconde synthèse porte sur le site de Cusset, avec la reprise substantielle des premières données de la fouille urbaine menée par le Sapda à l’été 2018 sur la place Victor-Hugo, au cœur d’une zone thermale antique supplantée par trois églises et le cimetière paroissial.

12Enfin, en marge de ces deux bassins, le rapport présente deux exercices exploratoires du corpus à propos d’autres sites. Ces exercices visent à préparer l’intégration de nouvelles données et à établir des critères de hiérarchisation dans l’exploration future des sites. Le premier exercice a porté sur Magny-Cours, qui bénéficie de l’apport d’une grosse fouille préventive ayant concerné en 2013-2014 le sanctuaire antique du Pré de la Fontaine : la poursuite des études spécialisées permet d’enrichir la future publication. En parallèle, une première reconnaissance du bâti a été menée sur le bourg du Vieux Magny, et fait ressortir des éléments médiévaux. Le second exercice a concerné la commune d’Arronnes, investie de façon préventive par le Sapda depuis 2019 : l’objectif était d’intégrer à la réflexion de nouvelles données archéologiques fournies par un correspondant local, et qui contextualisent l’implantation priorale médiévale.

Fig. 1 – Emplacement des anciens ponts de Moulins

Fig. 1 – Emplacement des anciens ponts de Moulins

Report de l’alignement des ponts sur fond de la photographie aérienne de l’IGN (campagne 1975). Le flux d’eau est détourné vers la rive gauche. On remarque bien l’alignement de la zone des ponts du Moyen Âge au xviiie s. (jaune), ainsi qu’au sud l’emprise du pont Mansart (bleu).

Source : Géoportail ; DAO : O. Troubat.

Fig. 2 – Emprise de l’intervention du PCR (en saumon) et bassin hydrographique de l’Allier

Fig. 2 – Emprise de l’intervention du PCR (en saumon) et bassin hydrographique de l’Allier

DAO : équipe de recherche.

Fig. 3 – Proposition « poussée » de restitution de l’espace vécu de la zone de Villefranche à Bourbon-l’Archambault en 1472, d’après le terrier conservé aux Archives départementales Allier (A 34)

Fig. 3 – Proposition « poussée » de restitution de l’espace vécu de la zone de Villefranche à Bourbon-l’Archambault en 1472, d’après le terrier conservé aux Archives départementales Allier (A 34)

Les lieux emblématiques sont figurés en jaune, les voies de circulation en gris, les divisions territoriales en ocre, et les éléments bâtis isolés en rouge.

DAO : F. Chaléat (Sapda).

Fig. 4 – Unités de Découvertes de la commune de Toulon-sur-Allier, toutes périodes confondues

Fig. 4 – Unités de Découvertes de la commune de Toulon-sur-Allier, toutes périodes confondues

DAO : G. Rocque (Sapda).

Haut de page

Bibliographie

Chaléat F. 2020 : Les agglomérations de la basse vallée de l’Allier : iis. av.-xive s. apr. J.‑C., projet collectif de recherche, rapport, Moulins, Sapda.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Emplacement des anciens ponts de Moulins
Légende Report de l’alignement des ponts sur fond de la photographie aérienne de l’IGN (campagne 1975). Le flux d’eau est détourné vers la rive gauche. On remarque bien l’alignement de la zone des ponts du Moyen Âge au xviiie s. (jaune), ainsi qu’au sud l’emprise du pont Mansart (bleu).
Crédits Source : Géoportail ; DAO : O. Troubat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 2 – Emprise de l’intervention du PCR (en saumon) et bassin hydrographique de l’Allier
Crédits DAO : équipe de recherche.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 3 – Proposition « poussée » de restitution de l’espace vécu de la zone de Villefranche à Bourbon-l’Archambault en 1472, d’après le terrier conservé aux Archives départementales Allier (A 34)
Légende Les lieux emblématiques sont figurés en jaune, les voies de circulation en gris, les divisions territoriales en ocre, et les éléments bâtis isolés en rouge.
Crédits DAO : F. Chaléat (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Fig. 4 – Unités de Découvertes de la commune de Toulon-sur-Allier, toutes périodes confondues
Crédits DAO : G. Rocque (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87408/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 969k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Chaléat, « Les agglomérations de la basse vallée de l’Allier : iis. av. J.‑C.-xive s. apr. J.‑C. » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 juillet 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/87408

Haut de page

Auteur

Franck Chaléat

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Franck Chaléat

Service d’archéologie préventive du département de l’Allier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search