Navigation – Plan du site
2001

LGV-Est – Lot 33 (phase 2)

n°F1388200154013
Responsable(s) des opérations : Stéphane Lenda
Notice rédigée par : Ingrid Turé et Stéphane Lenda

Texte intégral

1Les terrains sont situés d'une part sur le plateau calcaire qui borde la vallée du rupt de Mad (communes de Xammes et de Thiaucourt-Regnéville), à une altitude moyenne de 250 m NGF et d'autre part aux abords et dans les vallées du ruisseau des Abreuvoirs et de Moulon (commune de Prény) et du cours de la Moselle (commune de Vandières), à une altitude moyenne de 175 m NGF.

2Xammes

3Sur la commune de Xammes, le substrat géologique, daté du Jurassique moyen (Dogger), se caractérise par un calcaire jaunâtre et par un calcaire décomposé par les gels et dégels successifs (graveluche), mêlés à de l'argile brune. Ce niveau est soit couvert par une argile brune, soit par un limon argileux beige dont l'épaisseur n'excède pas une quarantaine de centimètres. L'horizon cultural recouvre cet ensemble sur une épaisseur moyenne de 0,20 m.

4L'indice de site, repéré au lieu-dit Le Fond de Saurupt, se manifeste sous la forme d'une fosse, de plan sensiblement ovale au contour irrégulier. Cette structure se situe dans la berme sud de la tranchée. Son niveau d'apparition est à - 0,60 m sous le niveau de sol actuel, caractérisé par l'horizon cultivable (terre végétale). Elle suit une orientation nord-ouest – sud-est. Elle est implantée dans une argile brune mais ne traverse pas une strate de limon argileux beige qui la recouvre sur une épaisseur de 0,40 m. La longueur de cette fosse est d'environ 1,20 m, sa largeur maximale de 0,97 m et sa profondeur de 0,51 m. Une coupe transversale permet d'observer un profil dont les parois sont verticales. Selon l'axe longitudinal, le profil montre des parois légèrement plus obliques. Son remplissage, qui semble massif et homogène, se compose d'une argile brune à laquelle sont mélangés des cendres et des nodules d'argile rubéfiée. Le matériel archéologique recueilli consiste en quelques fragments de céramique. De petits fragments osseux sont répartis dans le remplissage, sans organisation apparente ni concentration particulière.

5Le caractère vraisemblablement humain de certains de ces fragments amène à s'interroger sur la nature de cette structure qui semble correspondre à un bûcher funéraire ou bien à une fosse de rejet d'aire de crémation. Quelques ossements animaux eux aussi calcinés ont été retrouvés dans ce remplissage. La couleur blanche des ossements recueillis et leur texture crayeuse semble indiquer une crémation intense, aux alentours de 800 à 1000.

6La datation de cette fosse isolée ne peut être déterminée avec précision. Les quelques petits fragments de panse laissent envisager un horizon chronologique qui s'oriente vers la Protohistoire (âge du Bronze final), voire la fin de la Préhistoire (Campaniforme).

7Aucun indice de site n'a été inventorié sur les autres lieux-dits.

8Thiaucourt-Regniéville

9Sur la butte présente sur la commune de Thiaucourt-Regniéville, la strate limoneuse et argileuse brune à rouge peut augmenter sur une épaisseur pouvant aller jusqu'à environ 1 m.

10Deux structures archéologiques apparaissent dans la tranchée de sondage A23. Leur niveau d'apparition se situe à -0,40 m sous la surface du sol actuel (terre végétale) et sous une séquence stratigraphique composée de limon argileux brun-rouge présente sur une épaisseur de 0,20 m. La fosse de forme sensiblement ovale (A23S01) et le trou de poteau (?) circulaire (A23S02) ne semblent pas traverser la strate argileuse, à tendance limoneuse. Ces deux structures sont creusées dans le substratum composé de blocs de calcaire.

11La fosse, dont le contour évoque une forme ovale aux contours irréguliers (longueur : 1,20 m ; largeur : 0,90 m), est positionnée selon une orientation nord-ouest – sud-est. Elle accuse un profil en cuvette, aux parois obliques et dont la profondeur atteint 0,28 m. Son comblement se compose d'un litage incliné de limon argileux brun qui inclus des charbons de bois. Il est scellé par un limon argileux brun.

12Le mobilier céramique contenu dans ce creusement semble attribuable à la période protohistorique.

13Une structure subcirculaire, aux contours irréguliers (longueur : 0,46 m ; largeur : 0,40 m) dont le profil est en V semble correspondre à un trou de poteau, a également été relevée. Son remplissage se compose de limon argileux brun.

14Une extension a été pratiquée en vue de discerner l'étendue des vestiges dans l'emprise dévolue au tracé. Celle-ci s'est révélée négative car aucune trace d'activité anthropique n'a pu être mise en évidence. La localisation de ces vestiges en limite sud de l'emprise laisse à penser que cet indice de site pourrait se développer à l'extérieure de celle-ci, sur le plateau.

15La fosse semble attribuable à la période protohistorique. L'étude de la céramique (matériau, dégraissant, typologie et finition) permet de proposer une attribution chronologique au Bronze final. Aucune datation ne peut être envisagée pour le trou de poteau. Cependant, il peut avoir fonctionné avec la structure située à proximité.

16Les fragments de céramique qui proviennent de la fosse (A23S01) découverte au lieu-dit Sur le Chemin de Xammes (commune de Thiaucourt-Regnéville) permettent de proposer une attribution chronologique au Bronze final pour cet ensemble

17Prény

18Le profil stratigraphique observé sur le plateau de Prény au lieu-dit Blancs Chemins ne présente que peut de variations. L'horizon végétal, d'une épaisseur moyenne de 0,20 m à 0,30 m repose sur un niveau de limon argileux brun rouge (environ 0,40 m à 1 m) ou bien directement sur un limon sableux jaune qui inclus des blocs de calcaire substratum). Sur le bas de la commune (lieu-dit Champ Colas), à flanc de coteaux, le niveau de sol actuel (environ 0,20 m à 0,30 m) se place sur un limon argileux brun à tendance parfois plus argileuse, voire brun gris mélangé à des blocs de calcaire dont l'épaisseur varie de 0,10 m à 0,70 m. Le sol géologique calcaire peut être mélangé à de l'argile brun rouge ou de l'argile de couleur gris vert.

19Suite à la découverte de deux alignements d'empierrement qui semblaient se rejoindre à l'extérieur de la tranchée de sondage A7, l'extension pratiquée a permis de déterminer la nature des faits observés. Les alignements d'empierrement correspondent à deux drains en pierre qui descendent respectivement les pentes de deux levées de terre pour venir se croiser dans le vallon sec. En amont de l'intersection, se situe une zone empierrement sans forme particulière. Cet aménagement semble correspondre à un captage de source artificiel.

20Quelques fragments de céramiques étaient piégés dans le niveau d'apparition des pierres et semblent provenir d'un niveau de colluvions. Certains d'entre eux présentent une facture médiévale.

21Le sondage A20 a permis de découvrir une fosse de plan ovalaire qui apparaît à 0,70 m sous le niveau de sol actuel. Elle est creusée dans le sol géologique composé de calcaire et se positionne sous une couche de limon argileux et sableux brun rouge (épaisseur : 0,20 m) qu'elle ne traverse pas. Elle suit une orientation sensiblement nord-sud. Sa longueur atteint 1,80 m pour une largeur maximale de 1,50 m. Son profil en cuvette atteint une profondeur de 1,15 m.

22Son remplissage, stérile de tout matériel archéologique, se compose d'argile brune à grise qui est mélangée à de nombreux fragments d'argile cuite, de quelques blocs de calcaire et de charbons de bois.

23Les empierrements implantés en limite de vallon sec et à la jonction de deux flancs de colline contiennent des fragments de céramique (notamment un morceau de bord) qui permettent d'évoquer une chronologie médiévale sans plus de précision.

24Sur l'ensemble des vingt-cinq tranchées de sondage pratiqué entre les piquets 435A19 et 435GD18, sept d'entre elles ont livré du matériel relatif à la première guerre mondiale (1914-1918), à savoir :

25• de nombreux éclats d'obus (fragments de cuves et détonateurs),

26• munitions (balles de fusil),

27• fragments de véhicules militaires,

28• casque anglais(?),

29• une paire de rangers.

30La présence d'un obus non détruit et en état de fonctionnement (diamètre : 0,20 m ; longueur : 0,70 m ; poids : 70 kg) a nécessité l'intervention des membres du service de déminage de Metz en vue de son évacuation.

31Les seules anomalies perceptibles dans les strates limoneuses et argileuses et le substrat géologique sont assimilables aux perforations occasionnées par l'impact des obus. De nombreux fragments métalliques figurent dans le remplissage de ces cavités dont la densité représente environ la moitié de la surface des tranchées (notamment la tranchée 18). Ce secteur semble donc défavorable au repérage de structures archéologiques conservées en raison des impacts des bombardements.

32La réalisation de sondages pratiqués sur les communes traversées par le tracé de la ligne ferroviaire du TGV-Est Européen a permis d'observer une séquence stratigraphique des lieux. Son enregistrement s'est fait à l'ouverture de chaque sondage, dans la limite des possibilités de terrassement (présence de drains, de fossés et de routes départementales) et des mesures de sécurité à observer (présence d'engins de guerre sur les communes de Thiaucourt-Regnévillle Sur le Chemin de Xammes et de Prény, lieu-dit Blancs Chemins).

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Ingrid Turé et Stéphane Lenda, « LGV-Est – Lot 33 (phase 2) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Lorraine, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/8742

Haut de page

Responsables d'opération

Ingrid Turé

INRAP

Stéphane Lenda

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals