Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2020Projets collectifs de rechercheDu Néolithique final à l’âge du B...

2020
Projets collectifs de recherche

Du Néolithique final à l’âge du Bronze moyen en région Auvergne-Rhône-Alpes

Projet collectif de recherche (2020)
Responsable d’opération : Frédérik Letterlé

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Letterlé F. 2021 : Projet collectif de recherche, du Néolithique final à l’âge du Bronze moyen en région Auvergne-Rhône-Alpes, programme 2020-2022, rapport intermédiaire 2020, Lyon, CNRS.

Texte intégral

1La région Auvergne-Rhône-Alpes a livré de nombreux sites dont la durée d’occupation va fréquemment du Néolithique final à l’âge du Bronze moyen. C’est le constat de cette exceptionnelle richesse en sites qui est à l’origine de ce projet. Les recherches portent plus particulièrement sur trois secteurs de cette vaste région, choisis pour leur concentration de sites bien étudiés, leur appartenance à des aires culturelles différentes et la complémentarité des structures qui y ont été rencontrées.

Confluence Saône-Rhône (environs de Lyon et plaine de l’Ain, notamment)

2Lyon se caractérise par la présence de gisements stratifiés. Outre les sites bien connus, notamment ceux du boulevard périphérique nord et de la rue Auguste-Isaac, la ville recèle une forte densité de vestiges des époques concernées par le PCR, y compris des plans de bâtiments. Ceux-ci sont également bien représentés dans les vastes décapages des opérations préventives de la région proche.

3Jean-Michel Treffort et Pierre-Jérôme Rey ont entrepris l’étude détaillée du matériel campaniforme des différentes opérations de la rue Auguste-Isaac, à Lyon-Vaise, pour être présentée au meeting « Archéologie et gobelets » de janvier 2021 à Genève.

4Suite au départ du Service archéologique de la Ville de Lyon (SAVL) de Quentin Favrel fin 2019, la collectivité a recruté un nouveau spécialiste de l’âge du Bronze, Julien Ripoche, qui a pris ses fonctions en octobre 2020 et a rejoint le PCR. Il travaillera plus particulièrement sur les aspects technologiques de la céramique de différents sites du secteur, en partenariat avec les autres chercheurs participant au PCR et il devrait revoir l’ensemble des séries qui avaient été identifiées comme contenant du matériel des époques concernées par le PCR.

5En 2019, avaient été sélectionnés pour datation par le radiocarbone des échantillons osseux des structures ou niveaux des époques concernées par le PCR provenant des fouilles des 17-21 et 81bis-83 rue Gorge de Loup, ainsi que des 41-43 rue du Bourbonnais. Les premiers résultats obtenus en 2020 sont plutôt décevants, mais ils vont permettre de bien identifier les séries les plus homogènes, qui seront à étudier en priorité. De la même façon, pour l’étude de la faune, en dehors du site de la rue Gorge de Loup, qui paraît homogène, Aurélien Creuzieux attendra que nous ayons réexaminé le mobilier de chaque ensemble pour déterminer si les couches ou structures sont exemptes de perturbations plus récentes. Au terme du PCR, ce dernier participera avec Thierry Argant à une synthèse régionale sur la faune du Néolithique final/Bronze moyen pour essayer de distinguer une évolution des pratiques sur ce champ chronologique.

6Pour ce qui concerne les sites du département de l’Ain, conformément au programme prévu, Jean-Michel Treffort a réalisé un inventaire préliminaire des sites du Bronze ancien et a pu reprendre des petites séries des époques concernées par le PCR, soit provenant de fouilles ou découvertes anciennes, soit dans des opérations préventives plus récentes.

Bassin de Montélimar - ou Valdaine (Drôme)

7Dans cette microrégion localisée dans la vallée du Rhône dans la partie sud de la région Auvergne-Rhône-Alpes, plusieurs sites d’habitats ont été fouillés : Le Serre 1 à Roynac, Lalo à Espeluche et Saint-Martin 3 à Chabrillan. Joël Vital travaille plus spécifiquement sur ce secteur.

8L’étude des constructions sur poteaux plantés fait partie des centres d’intérêt sur ces deux secteurs. En effet, si l’on est surpris par la quasi absence de plans de constructions convaincants dans le bassin de Clermont-Ferrand, où des milliers de structures ont pourtant été mises au jour, des plans indiscutables sont ici bien identifiés. Les plus spécifiques sont de grands bâtiments allongés, de forme souvent légèrement trapézoïdale, avec une façade rectiligne et la partie plus étroite en abside. À peu près au centre du bâtiment, se trouve une structure constituée de quatre forts poteaux. Sept exemples sont connus à ce jour à Lyon et dans l’Ain. Des constructions de plan analogue sont également présentes en Bourgogne. Une étude de Jean-Michel Treffort : « L’occupation Bronze ancien de Pérouges « La Cotette » (Ain) et les grandes maisons allongées de la plaine de l’Ain » a été publiée en 2020 dans le Bulletin de l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze, no 18, p. 50-60. Par ailleurs, un travail spécifique sur des restitutions en élévation possibles de ces bâtiments a été réalisé en 2020 dans le cadre d’un stage d’une élève à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon, Estelle Didier. Des bâtiments quadrangulaires de petite taille sont identifiés sur les fouilles du boulevard périphérique nord de Lyon et, pour la Drôme, Le Serre 1 à Roynac ou Lalo à Espéluche. Des constructions de ce type semblent associées aux grands bâtiments à Lyon, rue Auguste-Isaac, et Pérouges, La Cotette.

Bassin de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

9C’est dans ce secteur que les sites sont les plus nombreux, avec notamment d’importants ensembles funéraires et des sites d’habitat totalisant plusieurs milliers de structures occupant des dizaines d’hectares. L’objectif premier du projet n’est pas de réaliser des études monographiques de sites, ni une chronotypologie des productions matérielles (déjà largement établie), mais bien d’utiliser celles-ci pour déterminer les sites qui ont fonctionné simultanément, ou pas, dans le but d’estimer l’occupation du sol à cette époque.

10À partir de la reprise et du géoréférencement des plans de fouilles et de diagnostics dans un SIG, sont produites des cartes détaillées pour les secteurs denses en vestiges, sur lesquelles figurent la localisation et la géométrie de toutes les opérations archéologiques réalisées (diagnostics, positifs comme négatifs, fouilles préventives et programmées, quelles que soient les époques représentées), qui permettront d’évaluer la proportion du territoire explorée par les archéologues. Les limites des zones de présomption de prescriptions archéologiques (ZPPA) sont également reportées. La présence de ces informations sur les cartes sont déterminantes dans l’interprétation des découvertes : l’absence de sites à un emplacement où de nombreuses opérations ont été réalisées n’a évidemment pas la même signification que dans un secteur où elles ont été limitées.

11D’une façon générale, une telle densité d’occupations de cette époque dans le bassin de Clermont-Ferrand pose question : ni la quantité d’opérations d’archéologie réalisées, équivalente, voire supérieure, dans d’autres secteurs de la région, ni un phénomène taphonomique particulier ne paraissent suffisants pour l’expliquer. Essayer de comprendre les causes de cette attractivité particulière de la zone à cette période est un des objectifs de notre réflexion.

12Autour de Clermont-Ferrand, la proximité des sites, qui ont manifestement été occupés au moins en partie simultanément, est telle qu’une structuration du territoire paraît très probable. Des arrangements de structures récurrents apparaissent clairement sur de nombreux décapages et ces observations méritent d’être mises en relation. On recherche des organisations spatiales entre les différents sites, mais aussi à déterminer si une position topographique ou une nature de sol n’auraient pas été privilégiées. L’hypothèse de leur localisation par rapport à un système viaire, voire une organisation du parcellaire, comme cela a pu être mis en évidence dans d’autres régions, en particulier en Normandie occidentale, sera particulièrement discutée.

13Pour parvenir à cet objectif il est primordial de pouvoir déterminer quels sites, ou parties de site, et quelles sépultures sont contemporains les uns des autres. Cette estimation est possible dans une certaine mesure pour les structures d’habitat, du fait de la bonne connaissance de la chronotypologie des mobiliers de la région, mais de nombreuses fosses ne contiennent pas de matériel datant. Des séries significatives de datations par le radiocarbone sont par conséquent nécessaires. Des premiers résultats ont été obtenus en novembre 2020.

14La réflexion sur le développement des ensembles funéraires et leurs relations avec l’habitat constitue une autre priorité du programme. En effet, la proximité de ces deux sphères est, de façon récurrente, bien plus grande que dans de nombreuses autres régions pour la même époque. C’est la raison pour laquelle seront datées prioritairement les structures d’habitat qui se trouvent au milieu ou à proximité immédiate des ensembles funéraires constitués. Nous espérons ainsi pouvoir déterminer si cette cohabitation est réelle ou s’il s’agit de structures correspondant à des phases de l’occupation du site, au cours desquelles le secteur funéraire n’était pas encore, ou plus, en fonction.

15Une des singularités du bassin de Clermont-Ferrand pour cette période est l’abondance des sépultures mises au jour, environ 450 recensées à ce jour. Cet effectif permet de réfléchir sur l’organisation des espaces funéraires et fournit aussi un échantillon sans équivalent en France pour mettre en œuvre les nouvelles méthodes de l’anthropologie biologique pour l’étude des populations.

16L’étude des ensembles funéraires est depuis toujours identifiée comme un élément majeur pour approcher l’organisation sociale d’une population. L’analyse de l’ADN fossile, développée ces dernières années, est un moyen qui permet d’espérer aller plus loin dans cette interprétation. Patrice Brun dirigeant un projet de programme d’analyses de l’ADN fossile, en collaboration entre le Max Planck Institut et le CNRS, nous avons convenu d’associer ces deux projets. Un doctorant, Emilio Fagioli, travaillera à partir d’un programme de 150 analyses. L’étude de l’identité génétique de la population et celle des liens familiaux au sein des sites constitueront un élément important des résultats attendus. Bien sûr, ces résultats seront également exploités à une échelle géographique plus large, dans le cadre de recherches en cours sur l’impact de la poussée migratoire constatée en Europe du IIIe millénaire jusqu’au IIe millénaire.

17Plutôt que d’analyser des individus mis au jour sur différents sites, nous avons fait le choix de concentrer les prélèvements sur quelques ensembles funéraires bien constitués, en échantillonnant la moitié des sépultures. Comme tous ces ensembles funéraires ont été utilisés dans la durée, il importe de bien caler chaque sépulture dans le temps, ce que l’indigence du mobilier funéraire et la rareté des recoupements ne permettent pas. Les squelettes qui ne l’ont pas déjà été précédemment seront donc datés par le radiocarbone.

18En 2020, 125 prélèvements ont pu être effectués principalement sur deux sites. Il s’agit de Lempdes, La Fontanille, qui a livré plusieurs centaines de structures datables du Campaniforme au Bronze moyen, dont une centaine de sépultures réparties en plusieurs sous-ensembles, et de la nécropole de Gerzat, Chantemerle, qui est constituée d’un alignement de sept monuments funéraires, au centre desquels se trouve une tombe contenant un individu toujours de sexe masculin, environnés de 57 autres fosses sépulcrales. Elle est en réalité constituée de deux ensembles funéraires distincts, puisqu’un petit groupe de sept sépultures en fosse se trouve à une quarantaine de mètres plus au sud.

Fig. 1 – Carte des sépultures du Campaniforme au Bronze moyen dans le bassin de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) : état 2019

Fig. 1 – Carte des sépultures du Campaniforme au Bronze moyen dans le bassin de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) : état 2019

Une répartition préférentielle des ensembles funéraires sur la bordure sud et ouest de l’ancien marais de Grande Limagne est notable. Elle est conforme à celle des habitats contemporains connus.

DAO : équipe de recherche.

Fig. 2 – Lyon, plaine de Vaise, 35 rue Auguste-Isaac

Fig. 2 – Lyon, plaine de Vaise, 35 rue Auguste-Isaac

DAO : J.-M. Treffort (Inrap).

Fig. 3 – Habitat et nécropoles de la Fontanille à Lempdes (Puy-de-Dôme)

Fig. 3 – Habitat et nécropoles de la Fontanille à Lempdes (Puy-de-Dôme)

D’après Gatto 2013 et Vital 2018.

DAO : équipe de fouille.

Haut de page

Bibliographie

Letterlé F. 2020 : Projet collectif de recherche, du Néolithique final à l’âge du Bronze moyen en région Auvergne-Rhône-Alpes, rapport de l’année probatoire 2019, projet 2020-2022, Lyon, CNRS.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte des sépultures du Campaniforme au Bronze moyen dans le bassin de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) : état 2019
Légende Une répartition préférentielle des ensembles funéraires sur la bordure sud et ouest de l’ancien marais de Grande Limagne est notable. Elle est conforme à celle des habitats contemporains connus.
Crédits DAO : équipe de recherche.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Lyon, plaine de Vaise, 35 rue Auguste-Isaac
Crédits DAO : J.-M. Treffort (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 3 – Habitat et nécropoles de la Fontanille à Lempdes (Puy-de-Dôme)
Légende D’après Gatto 2013 et Vital 2018.
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérik Letterlé, « Du Néolithique final à l’âge du Bronze moyen en région Auvergne-Rhône-Alpes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 juillet 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/87640

Haut de page

Responsable d’opération

Frédérik Letterlé

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search