Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202001 – AinRossillon – Grotte des Hoteaux

2020
01 – Ain

Rossillon – Grotte des Hoteaux

Sondage (2020)
Responsable d’opération : Gérald Béreiziat

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

2213727

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Béreiziat G. 2021 : Auvergne-Rhône-Alpes, Ain, Rossillon, grotte des Hoteaux 2020, rapport de l’opération 2020.

Texte intégral

1La grotte des Hoteaux, située dans la commune de Rossillon, s’ouvre à 361 m d’altitude au pied d’une grande falaise, en rive gauche de la rivière le Furan, qui s’écoule d’ouest en est, dans le fond de la Cluse des Hôpitaux. Les premières recherches furent engagées par J. Tournier et C. Guillon dès 1894 par le creusement d’une tranchée, puis d’une excavation circulaire sur la terrasse. C’est à cette occasion qu’ils découvrent la célèbre sépulture dans la couche 6 (fig. 1). Le gisement fut fouillé jusqu’en 1919 avec de nombreuses interruptions. J. Tournier identifia neuf couches d’habitats, qu’il nomme à l’époque foyers. Les deux premières sont attribuées au Néolithique, les sept autres au Paléolithique supérieur, regroupant des niveaux aziliens et magdaléniens (fig. 1).

Fig. 1 – Stratigraphie et synthèse des éléments caractéristiques par niveau

Fig. 1 – Stratigraphie et synthèse des éléments caractéristiques par niveau

D’après Tournier 1924.

DAO : G. Béreiziat.

2D’autres fouilles furent entreprises en 1951 et 1953 par les membres de l’association scientifique lyonnaise, sous la conduite de Ch. Crétin et Y. Ménéroud. Ils creusèrent une grande tranchée dans l’axe de la grotte mais n’apportèrent aucun élément de compréhension supplémentaire.

3En 2000, dans le cadre des travaux du PCR sur la fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes Françaises et le Jura méridional (dir. G. Pion), M. Cartonnet réalisa un sondage entre la terrasse et le début de la première salle. L’objectif principal était de redéfinir la stratigraphie mais il s’est avéré, une fois de plus, que l’ensemble du remplissage de ce secteur avait été perturbé.

4Des nouvelles recherches dans ce gisement étaient difficiles à concevoir tant le remplissage a souffert du passage répété des investigateurs depuis la fin du xixe s. Un intérêt se portait toutefois sous le plancher stalagmitique, mentionné dès 1896 par J. Corcelle et qui fut dynamité en 1903 dans la première grotte (« première excavation ») par l’équipe Tournier. En effet, la question de sa mise en place rejoint une problématique régionale plus globale, car nous observons ce type d’édifice massif dans plusieurs sites de l’Ain. De récentes datations réalisées sur des prélèvements de calcite dans la grotte de la Bonne Femme (Murs-et-Gélignieux) ont donné un âge récent (entre 3229 +/- 60 et 2630 +/- 41 cal. BP - D. Cailhol – Edytem), expliquant, de ce fait, la présence de niveaux archéologiques sous cet édifice, dans les remplissages argileux. Ce même type de plancher avait également protégé les horizons tardiglaciaires de la grotte des Romains (Virignin) de toutes fouilles clandestines et incontrôlées avant d’être perforé par P. et S. Pagès en 1964, et permis la fouille des niveaux magdaléniens entre 1965 et 1969 par R. Desbrosse.

5Notre démarche reposait donc sur l’hypothèse de la mise en place tardive du plancher aux Hoteaux, contemporaine de la phase de pluviosité excessive du Sub Boréal qui a affecté toute l’Europe durant cette période, ce qui aurait par conséquent piégé et conservé des lambeaux de couches en place. Après démantèlement du plancher au contact de la paroi nord-est de la grotte, une zone de 4 m2 a été décapée (fig. 2). Nous avons malheureusement été confrontés, très vite, à la présence d’un puissant niveau à argiles de décalcification, difficilement pénétrable, ainsi qu’à de gros blocs d’effondrement, rendant impossibles toute avancée et tout intérêt quant à la poursuite des travaux. Les déblais des fouilles Tournier, qui s’appuyaient sur les blocs, ont fourni un peu de matériel.

Fig. 2 – Vue du sondage en fin de fouille comprenant les blocs d’effondrement au premier plan et les argiles de décalcification au second

Fig. 2 – Vue du sondage en fin de fouille comprenant les blocs d’effondrement au premier plan et les argiles de décalcification au second

Cliché : G. Béreiziat.

6Parallèlement à ce sondage, l’objectif de la campagne 2020 était la poursuite du tamisage des déblais engagé dès le printemps 2019. Bien qu’ingrat, ce travail avait déjà permis de recueillir un matériel très abondant (faune, industrie lithique et osseuse, parure, restes humains… : Cartonnet 2019), qui a apporté des éléments importants de compréhension de ce qui devait représenter l’une des plus belles séquences tardiglaciaires de la région. Outre l’industrie lithique et les ossements de faune, la campagne 2020 a encore livré un riche matériel, notamment en industrie osseuse (fig. 3), avec plusieurs fragments de harpons à double rangée de barbelures (présence rare dans la région), aiguilles à chas et supports d’extraction, rondelle découpée portant des stries, fragments de sagaies à biseau double, parure, différents coquillages percés dont Cypraea Lurida (fig. 3 : seul spécimen connu dans le contexte régional pour cette période), crache de cervidé percée, incisives de marmotte sciées, et restes humains.

Fig. 3 – Campagne de tamisage des déblais 2020 : quelques éléments d’industrie osseuse

Fig. 3 – Campagne de tamisage des déblais 2020 : quelques éléments d’industrie osseuse

1, harpon à double rangée de barbelures ; 2, fragment de rondelle découpée ; 3, fragment d’aiguille à chas ; 4, support d’extraction d’aiguilles dans un os d’oiseau et de parure ; 5, crache de cerf percée ; 6, Glycymeris glycymeris ; 7, Cypraea Lurida.

Clichés : G. Béreiziat, B. Vivier.

7Avec la découverte de quelques microlithes caractéristiques, le Mésolithique a été pour la première fois mis en évidence dans cette longue séquence chronoculturelle.

Haut de page

Bibliographie

Cartonnet M. 2019 : Rossillon, grotte des Hoteaux, tamisage des déblais 2019, rapport d’opération 2019.

Corcelle J. 1896 : Grottes du Jura méridional, autour de Culoz, Bulletin de la Société de Géographie de l’Ain, nos 4-5, p. 62.

Tournier J. 1924 : La grotte des Hoteaux (Ain). Âge du renne, Belley.

Tournier J., Guillon C. 1903 : Les abris de Sous-Sac et les grottes de l’Ain à l’époque néolithique, Courrier de l’Ain.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Stratigraphie et synthèse des éléments caractéristiques par niveau
Légende D’après Tournier 1924.
Crédits DAO : G. Béreiziat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 997k
Titre Fig. 2 – Vue du sondage en fin de fouille comprenant les blocs d’effondrement au premier plan et les argiles de décalcification au second
Crédits Cliché : G. Béreiziat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Campagne de tamisage des déblais 2020 : quelques éléments d’industrie osseuse
Légende 1, harpon à double rangée de barbelures ; 2, fragment de rondelle découpée ; 3, fragment d’aiguille à chas ; 4, support d’extraction d’aiguilles dans un os d’oiseau et de parure ; 5, crache de cerf percée ; 6, Glycymeris glycymeris ; 7, Cypraea Lurida.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/87994/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Béreiziat, « Rossillon – Grotte des Hoteaux » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 juillet 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/87994

Haut de page

Auteur

Gérald Béreiziat

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gérald Béreiziat

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search