Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202001 – AinSaint-Genis-Pouilly – Les rives d...

2020
01 – Ain

Saint-Genis-Pouilly – Les rives de l’Allondon

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Anne-Claude Remy

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Remy A.-C. 2021 : Saint-Genis-Pouilly (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) les rives de l’Allodon, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’opération de diagnostic archéologique Les rives de l’Allondon intervient en amont de l’aménagement d’un complexe commercial au nord-est de la commune de Saint-Genis-Pouilly, dans le département de l’Ain. Cette opération de grande ampleur concerne les parcelles AM 1, 2 et AN 28, 29, 30, 31p. L’emprise concernée est de 137 639 m2 (13,7 ha), sur laquelle 202 sondages ont été réalisés (7,55 %).

2D’un point de vue géomorphologique, le site diagnostiqué se trouve entre le Crêt de la Neige (Monts Jura) à l’ouest et le lac Léman (dépression lémanique) à l’est. Cette bande de terrain intermédiaire fait partie du bassin lémanique anciennement occupé par le glacier du Rhône (dernière période glaciaire). Le Crêt de la Neige est un massif jurassien qui est associé à une voûte anticlinale faillée. Le lac Léman est associé au sillon molassique péri-alpin. Il s’agit d’une vaste dépression périorogénique qui a été occupée par l’ancien glacier du Rhône au cours des dernières glaciations. Dans ce contexte, les marges du bassin lémanique sont tapissées par des dépôts morainiques et par des dépôts fluvio-glaciaires (ou « terrasse de kame ») à glacio-lacustres.

3Le diagnostic se situe dans la plaine alluviale de l’Allondon. Il est localisé entre deux rivières, l’Allondon et le Lion, et un cours d’eau, l’Ouaf ou le Duare. Il est également à proximité de zones humides localisées au sud-est de l’emprise du projet. Le cours d’eau actuel de l’Allondon traverse la commune de Saint-Genis-Pouilly selon une orientation nord-sud. La route principale, considérée comme un axe ancien, lui est parallèle. Il se situe à 145 m au nord-ouest de l’emprise du projet. L’Ouaf ou le Duare est un cours d’eau naturel de 1,6 km. Des traces fossilisées permettent de voir son lit principal divaguant au nord-ouest vers l’Allondon. Il se jette ensuite dans le Lion au niveau de l’ancien village de Pouilly. Il borde l’emprise du projet au sud-ouest. Le Lion, affluent de l’Allondon, suit un axe sud-ouest – nord-est, et est situé à 900 m au sud-est de l’emprise.

4C’est dans ce contexte würmien de dépôts morainiques et fluvio-glaciaires et récent de la plaine alluviale de l’Allondon que cette intervention archéologique a mis en évidence deux occupations protohistoriques et antiques.

5L’occupation protohistorique indéterminée et/ou paléosol sont délimités à l’ouest du projet. La lecture des aménagements se distingue à l’ouest et au sud, justifiée à l’ouest par un sédiment identique entre l’encaissant et le comblement, et au sud par la présence d’éléments thermofractés dans un sédiment limono-argileux gris-bleu. Les niveaux, bien que peu épais (de 0,15 à 0,40 m), semblent avoir été protégés par l’accumulation des colluvions anthropisées antiques, mais aussi par les limons de débordement de l’Allondon. Les deux zones sont protégées et enfouies sous les limons du Petit âge glaciaire et ne sont que ponctuellement impactées par les paléochenaux. L’insertion stratigraphique est similaire aux sites de Hautin 1 et Hautin 1bis, ainsi que la lisibilité des structures et leur typologie (Vermeulen 2013a et 2013b). Ce site, situé à environ un kilomètre à l’est, a livré des installations du Bronze final 3b.

6L’occupation antique est relativement bien circonscrite au sud de l’emprise du projet sur une surface, limitée par les sondages, de 5 200 m2. Elle présente deux occupations rurales attestant de deux aménagements différents stratifiés, situés vraisemblablement entre des réseaux fossoyés drainants orientés nord-ouest – sud-est et nord-est – sud-ouest. Les datations du mobilier céramiques de la fin du ive s. ou du début du ve s. apr. J.‑C. sont identiques pour les deux ensembles. Parce qu’ils sont situés en contrebas de la plaine alluviale, les paléochenaux ont un impact modéré sur les vestiges.

7Aucune trace d’occupation entre la période contemporaine et la période antique n’a été décelée sur l’emprise du site. Ceci peut s’expliquer par la présence de paléochenaux qui se raccordent latéralement à des niveaux de débordements à dominante limono-sableuse du Petit âge glaciaire. La fluctuation du cours d’eau et les débordements qui en sont la conséquence ont rendu le secteur humide. Dans le cas des sites protohistoriques et antiques, on observe, soit un enfouissement des vestiges, situés directement sous les limons, soit des incisions ponctuelles dans l’axe des paléochenaux avec un recouvrement latéral peu épais.

8Pour la période contemporaine, seuls des drains sont aménagés sur des zones humides, en partie basse du projet.

Fig. 1 – Vue aérienne de la plaine alluviale de l’Allondon et emprise du projet

Fig. 1 – Vue aérienne de la plaine alluviale de l’Allondon et emprise du projet

Source : Remonter le temps IGN 1962 ; DAO : J. Boudry, A.-C. Remy (Inrap).

Fig. 2 – Orthophotographie zénithale du sondage 2091 avec la fosse F219 protohistorique et le paléochenal du Petit âge glaciaire

Fig. 2 – Orthophotographie zénithale du sondage 2091 avec la fosse F219 protohistorique et le paléochenal du Petit âge glaciaire

Drone : J.-J. Kayembe, entreprise de sécurité « Force 01sécurité » ; DAO : J. Boudry, A.-C. Remy (Inrap).

Fig. 3 – Niveau S1 du parking et sondages présentant des vestiges protohistoriques et antiques

Fig. 3 – Niveau S1 du parking et sondages présentant des vestiges protohistoriques et antiques

9Géomètres experts associés SCP Barthelemy-Blanc, architecte Ereme Architecture ; DAO : A.-C. Remy (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Vermeulen C. 2013a : Saint-Genis-Pouilly (Ain, Rhône-Alpes) les Hautins, opération les Hautins no 1 bis, Vie d’Estraz, rapport de fouille, Bron, Inrap.

Vermeulen C. 2013b : Saint-Genis-Pouilly (Ain, Rhône-Alpes) les Hautins, Vie d’Estraz, opération les Hautins no 1, rapport de fouille, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue aérienne de la plaine alluviale de l’Allondon et emprise du projet
Crédits Source : Remonter le temps IGN 1962 ; DAO : J. Boudry, A.-C. Remy (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 898k
Titre Fig. 2 – Orthophotographie zénithale du sondage 2091 avec la fosse F219 protohistorique et le paléochenal du Petit âge glaciaire
Crédits Drone : J.-J. Kayembe, entreprise de sécurité « Force 01sécurité » ; DAO : J. Boudry, A.-C. Remy (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88020/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 3 – Niveau S1 du parking et sondages présentant des vestiges protohistoriques et antiques
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88020/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 938k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claude Remy, « Saint-Genis-Pouilly – Les rives de l’Allondon » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 juillet 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88020

Haut de page

Auteur

Anne-Claude Remy

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Claude Remy

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search