Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202001 – AinVal-Revermont – Le Mont Châtel

2020
01 – Ain

Val-Revermont – Le Mont Châtel

Fouille programmée (2020)
Responsable d’opération : David Billoin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Paul-Valéry Montpellier 3

Billoin D. 2021 : Val-Revermont Pressiat (Ain), le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2019-2021, rapport de l’opération 2020.

Texte intégral

1Limitée au mois de septembre en raison de la crise sanitaire, la campagne de fouille 2020 a poursuivi les objectifs fixés initialement dans le programme de la triennale 2019-2021. L’étude du rempart protohistorique découvert en rupture de la pente occidentale du mont a pu être conduite, ainsi que l’ouverture de quelques sondages ponctuels sur la terrasse afin de tenter d’identifier des niveaux d’occupation en place.

Fig. 1 – Vue d’ensemble des fenêtres de fouilles 2020

Fig. 1 – Vue d’ensemble des fenêtres de fouilles 2020

Cliché : B. Postigo.

Fig. 2 – Vue d’ensemble des tombes de l’annexe sud de l’église funéraire

Fig. 2 – Vue d’ensemble des tombes de l’annexe sud de l’église funéraire

Cliché : D. Billoin (Inrap/université Paul-Valéry).

2Un premier horizon au contact avec le substratum calcaire a été identifié, associant quelques menus tessons de céramique et une armature de flèche en silex témoignant d’une fréquentation des lieux au Néolithique final. Remarquablement préservé, le rempart protohistorique (1,40 à 1,45 m de large sur 0,65 m de haut) s’installe directement sur la roche préalablement chauffée et sur une première assise de fondation débordante en arête de-poisson. La découverte d’un ex-voto oculaire en tôle de bronze de l’Antiquité dans son effondrement témoigne d’une phase d’arasement de l’élévation et d’un nivellement du terrain, préalable à la construction d’une palissade boisée à la période mérovingienne. La présence de plusieurs tessons de céramique protohistorique plus au sud, en lien avec l’étude du système défensif du haut Moyen Âge, reporte l’analyse globale de l’occupation protohistorique et de sa mise en perspective liée aux problématiques des sites de hauteur de la fin du Bronze final.

3La fouille de l’église nord s’est pratiquement achevée et a livré quelques rares tombes dans la nef, complétant celles installées dans les portiques latéraux à la manière de chapelles funéraires. Dans la nef, une portion de maçonnerie de facture différente, recoupée par les sépultures, révèle un bâtiment antérieur. Celui-ci vient recouper une sépulture et pose la question d’un premier édifice religieux en lien avec le plus précoce des mausolées. Les résultats des datations radiocarbones engagées seront décisifs dans l’interprétation. Une analyse de la population inhumée est proposée, intégrant les inhumations associées aux deux bâtiments mémoriels, et devra, à terme, être confrontée à celle de l’église funéraire.

4L’église funéraire, au sud de la terrasse sommitale, a mobilisé l’essentiel des moyens afin de poursuivre la fouille des très nombreuses sépultures qui en occupent la nef et le chœur. D’un bout à l’autre de la nef, un alignement continu de quatorze sépultures, dont trois sarcophage en grès, témoigne de la densité des inhumations pratiquées, certaines tombes accueillant successivement jusqu’à six individus. Des recoupements de tombes, changements d’orientations, superpositions, permettent une lecture chronologique associant différents types de tombes pour l’analyse de cet ensemble funéraire et de son évolution dans le temps liée à l’histoire de cet édifice. Quelques dépôts funéraires et accessoires vestimentaires, classiques pour cette sphère romano-burgonde, trouvent un écho sur l’autre église au nord. Il s’agit essentiellement d’un seul objet par tombe, boucle de ceinture généralement, dépôt d’une céramique ou, plus original, d’une suspension métallique de lampion en verre (absent). L’analyse biologique, facilitée par le bon état général des squelettes, relève un certain équilibre entre les hommes et les femmes, et une tendance à identifier une population privilégiée, sans pathologie particulière autre que l’impact de la vieillesse. Plusieurs inhumations pratiquées dans la démolition de l’édifice en partie ruinée, selon une orientation nord-sud par ailleurs, et sans construction de coffre funéraire, apporteront des arguments déterminants sur le devenir de cette église et de sa phase d’abandon. A contrario, les sépultures les plus précoces de la série documenteront la phase initiale de fondation, en particulier les nombreuses tombes en formae du chœur, complexes par leurs liens avec la stratigraphie de l’édifice (une dernière tombe à étudier dans le chœur en 2021). La complexité et la densité de sépultures, y compris par le nombre d’inhumés dans une même tombe et les gestes funéraires variés que ces situations impliquent, nécessiteront une prolongation du calendrier initial si l’on veut mener à bien la fouille de cette église.

5Autre axe primordial dans l’interprétation de cet établissement perché, l’habitat a été abordé par la fouille d’un bâtiment hors norme, implanté sensiblement entre les deux églises. De plan quadrangulaire à deux pièces asymétriques, ce bâtiment encastré dans la roche, de 13 m x 5 m hors tout, est pourvu d’une sorte de pièce d’annexe creusée dans la roche qui évoque les traditionnels fonds de cabane. Un four domestique semi-circulaire prend place à l’intérieur de chacune des pièces, à l’exemple de celui mis à jour dans un bâtiment voisin, suggérant une fonction communautaire (four à pain ?). Le petit mobilier offre une toute autre vision, avec la découverte d’un poids monétaire et d’une vraisemblable balance à tare fixe, qui renvoient à des activités caractérisant les milieux élitaires. On souligne encore une fois la singularité du mode architectural des édifices du Mont Châtel, pratiquement sans comparaison à cette période, il est vrai presque exclusivement documentée par des constructions en plaine. Cette situation ne facilite guère les interprétations qui devront à l’évidence mobiliser toutes les ressources (étude de faune prévue en 2021).

6Enfin, un dernier sondage destiné à appréhender l’analyse du système défensif en bordure de la terrasse de circulation occidentale a révélé une muraille large de 1 m à 1,10 m, associée à d’autres murs. L’ensemble esquisse au moins un bâtiment adossé au rempart, donnée importante s’il en est, car elle densifie les constructions sur le mont et à des emplacements insoupçonnés jusqu’à présent. Cette découverte nécessitera également un investissement supplémentaire afin de caractériser ce ou ces constructions, parallèlement à la poursuite de l’étude du système défensif.

7L’accent a été mis en 2019 sur les études de faune et l’alimentation carnée des occupants du Mont Châtel. Le rapport de l’opération 2020 fait le point sur l’ensemble du mobilier en verre, tout à fait exceptionnel pour la période et dont la richesse est liée à l’équipement ecclésial et au statut social de l’habitat perché.

8Ces travaux sur le long cours, obligatoirement manuels sur cette hauteur escarpée et peu aisés à tous points de vue (acheminement à pied, topographie contrastée, milieux forestiers, etc.), livrent, au fil des campagnes de fouilles successives, des vestiges inédits et rarissimes qui offrent de précieux éclairages sur un mode d’occupation jusqu’à présent délaissé.

Fig. 3 – Plaque-boucle de ceinture en alliage cuivreux du viis.

Fig. 3 – Plaque-boucle de ceinture en alliage cuivreux du viie s.

Cliché : D. Billoin (Inrap/université Paul-Valéry).

Haut de page

Bibliographie

Billoin D. 2013 : Pressiat (Ain) Le Mont Châtel, prospection thématique 2013, PCR Les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Franche-Comté, ive-ixe s.

Billoin D. 2015 : Prospection thématique avec sondages 2015, Pressiat (Ain) Le Mont Châtel, Programme collectif de recherches, Les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Franche-Comté, ive-ixe s.

Billoin D. 2016 : Rapport de fouille programmée 2016, Val-Revermont anciennement Pressiat (Ain) Le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2016-2018.

Billoin D. 2017 : Rapport de fouille programmée 2017, Val-Revermont Pressiat (Ain) Le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2016-2018.

Billoin D. 2018 : Val-Revermont Pressiat (Ain) Le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2016-2018, rapport de fin de triennale.

Billoin D. 2020 : Val-Revermont Pressiat (Ain) Le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2019-2021, rapport de fouille 2019.

Billoin D., Cano D., Legendre J.-P., Soubigou G. 2020 : L’établissement fortifié de hauteur du Mont Châtel (vie-viiie siècles) Nouveaux regards sur l’Ain mérovingien, Lyon, Drac Auvergne-Rhône-Alpes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue d’ensemble des fenêtres de fouilles 2020
Crédits Cliché : B. Postigo.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 – Vue d’ensemble des tombes de l’annexe sud de l’église funéraire
Crédits Cliché : D. Billoin (Inrap/université Paul-Valéry).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3 – Plaque-boucle de ceinture en alliage cuivreux du viis.
Crédits Cliché : D. Billoin (Inrap/université Paul-Valéry).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88063/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Billoin, « Val-Revermont – Le Mont Châtel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 juillet 2021, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88063

Haut de page

Auteur

David Billoin

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search