Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202073 – SavoieVillarodin-Bourget – Liaison ferr...

2020
73 – Savoie

Villarodin-Bourget – Liaison ferroviaire Lyon-Turin (phase 2), site de Tierces

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Cécile Ramponi

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Ramponi C. 2020 : Villarodin-Bourget (Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes) liaison ferroviaire Lyon-Turin, site de Tierces, phase 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’exploration des parcelles de la seconde campagne de diagnostic archéologique au lieu-dit les Tierces sur la commune de Villarodin-Bourget a permis de mettre en évidence une occupation médiévale et moderne. Celle-ci est localisée dans la partie est de l’emprise. Elle est matérialisée par plusieurs constructions, retrouvées dans les tranchées 1, 2, 4, 5 et 50, dont subsistent des bases de murs, des radiers et des niveaux de sols. La nature de ces constructions reste incertaine, leurs plans étant très lacunaires et le peu de mobilier céramique retrouvé n’étant pas assez caractéristique pour suggérer une activité spécifique. Ce mobilier nous permet toutefois de proposer une période d’occupation ou d’abandon du site au cours du bas Moyen Âge (xiiie-xve s.). Il faut ajouter, à ces aménagements enfouis, des constructions encore visibles sur le terrain. Il s’agit d’un chemin, aujourd’hui délaissé car pris dans la végétation, mais toujours encadré de mur et d’un bâti en ruine.

2Le chemin et cette ruine sont matérialisés sur le cadastre actuel, ainsi que sur la Mappe sarde de 1730. Les registres de la Mappe nous apprennent que la ruine est une ancienne chapelle, la chapelle Saint-Jacques. Si l’on en croit A. Van Gennep (en 1939), cette chapelle rurale aurait été « rétablie et changée de place en 1661 ; [et] on ignore la date de sa fondation ». Un autre ouvrage (Germouty 1904) mentionne les « débris » de cette chapelle, dernier témoin d’un « ancien village disparu qu’on appelait Saint-Jacques ». Nos découvertes et ces quelques mentions paraissent concorder, d’autant plus qu’une datation au radiocarbone (14C), réalisée sur un charbon de bois d’un niveau d’abandon d’une des constructions (US 90, tranchée 1), indique une fourchette chronologique comprise entre 1414 et 1480 apr. J.‑C. Nous pourrions donc être en présence, soit d’un village abandonné, soit de la chapelle précédente et de quelques bâtiments. Quoiqu’il en soit, ces hypothèses demanderaient à être validées ou invalidées par une véritable recherche en archive.

3Le reste de l’emprise explorée n’a révélé que très peu de réalisations anthropiques. Il s’agit de probables drains ou fosses empierrées, a priori modernes ou contemporaines.

4De manière générale, le potentiel archéologique des terrains est obéré par leur érosion, les pentes, parfois importantes, laissant peu de possibilité à la conservation de niveaux anciens. Toutefois, la présence de charbons de bois au contact avec le substrat postglaciaire, datés par 14C, confirme une occupation du lieu, ou un incendie, au cours de la première moitié de l’âge du Bronze moyen (1623-1460 BC). Ces indices ne sont malheureusement pas accompagnés de vestiges ou mobiliers anthropiques. De même, une datation, sur un charbon provenant d’une couche identifiée comme postérieure à la Protohistoire, fournit une période comprise entre 765 et 895 apr. J.‑C., soit dans le haut Moyen Âge. Ce dernier indice nous permet d’identifier que les fortes accumulations de sédiments observées sur la parcelle interviennent postérieurement à cette période.

Fig. 1 – Plan des vestiges de la tranchée 1

Fig. 1 – Plan des vestiges de la tranchée 1

Cliché et DAO : S. Couteau, C. Ramponi (Inrap).

Fig. 2 – Vue générale des aménagements

Fig. 2 – Vue générale des aménagements

Tranchée 2.

Cliché : É. Thévenin (Inrap).

Fig. 3 – Aménagements 94 et 95

Fig. 3 – Aménagements 94 et 95

Tranchée 50.

Cliché : C. Ramponi (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Germouty 1904 : La Maurienne. Notices historiques et géographiques par les instituteurs de la circonscription de Saint-Jean-de-Maurienne, 1er vol., Saint-Jean-de-Maurienne, imp. Vuillermet.

Sandoz G. 2020 : Villarodin-Bourget (Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes) liaison ferroviaire Lyon-Turin, site de Tierces, phase 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Van Gennep A. 1939 : Patronages, chapelles et oratoires de la Haute-Maurienne, Revue d’histoire de l’Église de France, tome 25, no 107, p. 145-182.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des vestiges de la tranchée 1
Crédits Cliché et DAO : S. Couteau, C. Ramponi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Titre Fig. 2 – Vue générale des aménagements
Légende Tranchée 2.
Crédits Cliché : É. Thévenin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 865k
Titre Fig. 3 – Aménagements 94 et 95
Légende Tranchée 50.
Crédits Cliché : C. Ramponi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Ramponi, « Villarodin-Bourget – Liaison ferroviaire Lyon-Turin (phase 2), site de Tierces » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 21 juillet 2021, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88230

Haut de page

Auteur

Cécile Ramponi

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cécile Ramponi

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search