Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202073 – SavoieMines, minéralurgie et métallurgi...

2020
73 – Savoie

Mines, minéralurgie et métallurgie dans le massif des Hurtières

Prospection thématique (2020)
Responsable d’opération : Adrien Arles

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Arkemine

Arles A. 2020 : Rapport annuel de prospection thématique, mines, minéralurgie et métallurgie dans le massif des Hurtières, Bourget-en-Huile (Le), Montendry, Montgilbert, Le Pontet, Saint-Alban-d’Hurtières, Saint-Georges-d’Hurtières, La Table (Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes), Beaumont-les-Valence, Arkemine, 2 vol.

Texte intégral

1Le département de la Savoie participe au projet « Mines de montagne » financé dans le cadre du programme européen Interreg V-A Italie-France Alcotra 2014-2020. Porté par le service de la Conservation départementale du patrimoine de la Savoie, ce projet a pour objectif de créer et de promouvoir un réseau transfrontalier d’acteurs et de sites valorisant le patrimoine minier et métallurgique en montagne. Dans le cadre de ce projet, la Conservation départementale du patrimoine de Savoie a sollicité la société Arkemine pour réaliser une première prospection thématique portant sur les vestiges miniers, minéralurgiques et métallurgiques du massif des Hurtières (Savoie), sous la direction de l’archéologue minier Adrien Arles. L’inventaire a été réalisé sur les territoires de sept communes de Savoie (Le Bourget-en-Huile, Montendry, Montgilbert, Le Pontet, Saint-Alban-d’Hurtières, Saint-Georges-d’Hurtières et La Table).

2Au terme de deux semaines de prospection, l’équipe de quatre archéologues a pu prospecter dix-neuf secteurs, principalement localisés sur la partie sud du massif, au sein de l’emprise initialement définie. La prise en compte systématique des anomalies topographiques rencontrées a permis d’enregistrer 279 vestiges ou indices liés à l’exploitation et à la transformation des ressources minérales, mais également à l’occupation du territoire.

3En définitive, parmi les 279 vestiges ou indices inventoriés, 216 d’entre eux ont été identifiés comme potentiellement miniers, dix-sept rendent compte de productions métallurgiques et seulement deux pourraient être liés à des opérations minéralurgiques.

4Jusqu’à présent, l’activité minière sur le massif des Hurtières était principalement connue grâce aux importantes mines de Saint-Georges-d’Hurtières. La prospection a finalement permis de découvrir, sinon de reconsidérer, des zones d’exploitations principalement localisées dans le sud du massif.

5Les différentes concentrations de vestiges inventoriés et leurs typologies permettent de définir quatorze secteurs miniers et six activités métallurgiques. Si des opérations minéralurgiques ont été mises en œuvre sur le massif et c’est au moins certainement le cas d’opérations de concassage, leur localisation nécessitera de nouvelles investigations archéologiques.

6La prise en compte de l’ensemble des secteurs miniers identifiés met en évidence une grande variété d’exploitations, caractérisées par leur étendue, l’ampleur des travaux, les minéralisations recherchées, l’état de conservation des vestiges, les techniques mises en œuvres... Dans le cadre d’une prospection, il est difficile de définir l’origine des nombreuses différences, qui peuvent se justifier par une multitude paramètres tels que la richesse et la géométrie des gisements, la qualité de la roche encaissante, les savoir-faire des mineurs et des exploitants ou la datation des activités. C’est finalement à partir de la typologie des différents sites identifiés qu’il est possible de définir de nouvelles problématiques, propres à chacun d’entre eux. Plusieurs secteurs prospectés apparaissent aujourd’hui particulièrement intéressants. Sur le site de La Perelle (Le Pontet), il semble par exemple possible d’étudier des ouvrages associés à une phase d’exploitation relativement ancienne sur le massif. Les premières observations archéologiques laissent à penser qu’elle aurait pu être réalisée avant l’utilisation de l’abattage de la roche à l’explosif (xviie s. ?). Dans le secteur de La Richesse (Le Bourget-en-Huile), c’est la reprise de travaux à partir du milieu du xviiie s. qui présente un intérêt particulier. Les vestiges identifiés sur le terrain semblent effectivement correspondre aux descriptions données par une documentation précise. Ils permettraient alors d’étudier des machineries d’exhaure, encore peu connues par l’archéologie. Généralement considérées comme les lieux potentiels d’installation des premiers travaux d’exploitation dans la mesure où le substrat géologique peut souvent y être plus facilement observé, les crêtes du sud du massif ont effectivement mis en évidence une série d’indices supposés miniers, compte tenu de leur concentration et du contexte local. Cet ensemble était jusqu’alors inédit. Si la typologie de ces potentiels ouvrages, différente de celle des autres travaux du massif, pourrait renvoyer à des périodes d’exploitations plus anciennes, cette hypothèse ne pourra être discutée qu’à partir de nouvelles investigations archéologiques. Cette même prudence s’applique au site de Noguillan, où certains vestiges, qui semblent différents, plus effacés, posent la question d’une phase d’exploitation plus ancienne, potentiellement réalisée avant l’utilisation de la poudre au xviie s. Et si la présence de travaux miniers à Nogillan était déjà connue, la découverte de scories écoulées en contrebas de la zone minière révèle l’existence d’une activité métallurgique inédite, et dont la typologie s’accorde avec l’hypothèse de l’existence d’une activité d’exploitation et de transformation de minerai de fer, dans ce secteur avant le xvie s.

7Par ailleurs, si les importants travaux miniers de la zone des fosses de Saint-Georges-d’Hurtières ont été exclus du périmètre de la prospection, le secteur a tout de même été considéré du point de vue de l’activité métallurgique. Si elle avait déjà été perçue lors des recherches de N. Garioud, il a été possible de localiser plus précisément deux sites métallurgiques de réduction de minerai de fer. L’un d’eux a d’ailleurs permis d’observer des niveaux de résidus métallurgiques qui semblent encore en place et qui ont permis de dater l’activité associée entre le milieu du iiie et la fin du ive s. Cette première datation obtenue à partir de l’analyse d’un seul charbon prélevé dans le cadre de la prospection gagnera à être confirmée par des datations complémentaires, mais il est intéressant de signaler qu’elle s’accorde avec les données chronologiques obtenues par A. Mélo dans le cadre de ses sondages réalisés sur des ferriers du massif voisin des Bauges. Alors que les archives disponibles permettaient de la faire remonter au Moyen Âge, l’activité sur le massif pourrait finalement avoir débuté dès l’Antiquité tardive.

Fig. 1 – Le Pontet : porche d’accès à la galerie souterraine avec la lucarne en partie supérieure

Fig. 1 – Le Pontet : porche d’accès à la galerie souterraine avec la lucarne en partie supérieure

Vue vers l’est.

Cliché : F. Leleu (Arkemine).

Fig. 2 – Le Pontet : fond de tranchée comblée de blocs

Fig. 2 – Le Pontet : fond de tranchée comblée de blocs

Vue vers le sud-est.

Cliché : F. Leleu (Arkemine).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le Pontet : porche d’accès à la galerie souterraine avec la lucarne en partie supérieure
Légende Vue vers l’est.
Crédits Cliché : F. Leleu (Arkemine).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Fig. 2 – Le Pontet : fond de tranchée comblée de blocs
Légende Vue vers le sud-est.
Crédits Cliché : F. Leleu (Arkemine).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Arles, « Mines, minéralurgie et métallurgie dans le massif des Hurtières » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 21 juillet 2021, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88273

Haut de page

Auteur

Adrien Arles

Arkemine

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Adrien Arles

Arkemine

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search