Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202074 – Haute-SavoieBonneville – Château des sires de...

2020
74 – Haute-Savoie

Bonneville – Château des sires de Faucigny : les prisons

Fouille programmée (2020)
Responsable d’opération : Loïc Benoit

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de la Haute-Savoie

Benoit L. 2020 : Château des sires de Faucigny : les prisons (Bonneville, Haute-Savoie) fouille programmée triennale 2019-2021 : rapport intermédiaire 2020, Annecy, UAPB.

Texte intégral

1La fouille archéologique menée en 2020 sur le château des sires de Faucigny à Bonneville découle de la volonté du département haut-savoyard de poursuivre la logique d’études castrales initiée en 2010 avec le projet « Aver : des montagnes de châteaux ». Cette opération s’inscrit, à plus forte raison, dans un nouveau projet européen ciblant les châteaux et leurs terroirs, à savoir le « Piter - Parcours historiques : de passages en châteaux (2018-2021) », pour lequel le château de Bonneville est le site témoin en France. Ce projet mêle études historiques, archéologiques et un projet de réaménagement et de restauration du site castral. S’il s’agit de la troisième année de fouilles archéologiques menées par l’Unité archéologie et patrimoine bâti du département de la Haute-Savoie, cette opération correspond à la deuxième phase d’une autorisation portant sur trois années, 2021 étant consacré à la rédaction d’un rapport de synthèse (2018-2020). C’est donc dans un cadre assez large visant la connaissance d’un lieu et de ses environs que s’inscrit cette troisième campagne.

2Bonneville se situe en fond de la moyenne vallée de l’Arve à environ trente kilomètres au sud-est de Genève. Localisé au cœur de l’ancien territoire du Faucigny, le château domine la vallée depuis un éperon culminant à 460 m d’altitude en rive droite de l’Arve. Le site, modeste au Moyen Âge, n’a eu de cesse de s’agrandir avec la fusion des territoires de Saint-Étienne et d’une partie de celui d’Ayse (1839), de Pontchy (1961) et de la Côte d’Hyot (1964). Son emplacement, au croisement de plusieurs axes routiers historiques importants menant à Genève, Cluses, La Roche-sur-Foron, mais aussi en Italie, lui a permis de se développer. L’agglomération possède une topographie alliant zones inondables et molard rocheux. Le château, installé sur un petit éperon, domine les plaines avoisinantes et sert ici de point de contrôle sur l’espace environnant dont notamment un passage sur l’Arve.

3Bonneville aurait porté à ses débuts le nom de Tucinges, localité faucignerande attestée au xiiie s., située en rive gauche de l’Arve, mais relevant de la paroisse genevoise de Saint-Pierre. Le nom de Bonneville découlerait, quant à lui, de l’octroi de franchises municipales concédées en 1283. Dès 1262, Agnès de Faucigny, alors mariée à Pierre de Savoie, déclare que ce dernier a fait construire à ses propres frais le lieu-dit « Tucinge » dans la vallée de Faucigny. La même année, Tucinges est dotée de chartes de franchises. En 1269, Tucinges sera désigné comme castrum puis comme domum l’année suivante. Pour Jean-Yves Mariotte, il est alors peu probable qu’un château ait existé dès lors, les fortifications évoquées en 1270 ne désignant, selon ce même auteur, que le bourg et un éventuel édifice fortifié.

4À la fin du xiiie s., Béatrix de Faucigny, fille d’Agnès et de Pierre, donne à son cousin, Amédée comte de Savoie, différents châteaux faucignerands, dont celui de Bonneville en mai 1293, ce qui constitue la première véritable mention du site de Bonneville. Le site restera au cœur du conflit delphino-savoyard même si ce dernier n’atteindra jamais les portes de la ville. La Savoie récupère le château de Bonneville et son bourg en 1355 à la suite du traité de Paris mettant un terme à la guerre. Après la fin de ce conflit, le site perdra en importance stratégique dans la mesure où il se situe au cœur des terres savoyardes. Il restera toutefois un pôle économique et une résidence importante au xve s.

5Entre la fin du xvie et le début du xviie s., la forteresse est en partie transformée en prisons. Ces dernières demeureront utilisées officiellement jusqu’en 1933. Après sa fermeture en tant qu’espace carcéral, le site tombera peu à peu en ruine, si bien qu’il sera fermé au public dans les années 1980.

6Le projet de restauration actuel vise une réouverture au public par le biais d’un espace ouvert associé à un musée.

7Les opérations archéologiques du département s’inscrivent à la suite de premiers travaux engagés depuis 2003, par S. Bocquet puis L. D’Agostino. Une première opération de sondages a été réalisée dans la cour seigneuriale du site médiéval de Bonneville entre le 3 et le 29 septembre 2018. Cette cour ayant été rouverte au public en juin 2019, la fouille archéologique s’est déportée sur un secteur moins connu du site castral, à savoir la cour des prisons. Ce dernier a été investigué entre le 26 août et le 21 septembre 2019.

8La fouille menée cette année, en 2020, entre le 10 et le 28 août, ambitionnait la compréhension des bâtiments composant le secteur des prisons, bâtiments encore en élévation (fig. 1). Ces derniers étant partiellement accessibles et, pour certains, en travaux, la campagne 2020 a consisté en des sondages du bâti à l’intérieur de ces édifices, les extérieurs étant étudiés dans le cadre de l’archéologie préventive (S. Bocquet), en amont de la restauration. Différents endroits clefs des prisons ont été sondés, de sorte à pouvoir replacer l’ensemble au sein de la chronologie globale du site castral. Onze espaces distincts ont été approchés par le bâti, tandis qu’un petit sondage complémentaire a été réalisé dans le sol de l’angle sud-ouest du château.

Fig. 1 Vue des bâtiments des prisons

Fig. 1 – Vue des bâtiments des prisons

Cliché : équipe de fouille.

9L’étude de bâti a permis de confirmer les différentes phases chronologiques de construction mises en exergue par les différents chercheurs depuis 2003 (S. Bocquet, L. D’Agostino, L. Benoit). La phase 1 correspond à la construction du site castral dans la seconde moitié du xiiie s. Très peu présente dans les bâtiments des prisons, elle reste conservée dans les courtines méridionale et occidentale. Ces dernières ont largement été modifiées, de nombreux remaillages et percements d’ouvertures ayant été identifiés. Néanmoins, des tronçons de parements assez conséquents ont permis de mieux la caractériser. Enfin, l’étude d’un pan de mur ouest du bâtiment du gardien, dont nous supposions l’ancienneté, a permis de confirmer son appartenance aux édifices médiévaux ainsi que son remploi dans les phases ultérieures.

10La phase 2 renseigne les modifications subies par le bâtiment initial entre les xive et xvie s. Si nous manquons d’éléments datant pour affiner cette chronologie, les transformations liées à cet état sont assez nombreuses. Quatre baies en tuf et molasse ont ainsi été mises au jour dans le parement intérieur de la courtine sud (fig. 2). Non visibles depuis l’extérieur, la découverte de ces structures permet de renseigner sur la technique de construction employée, différente du premier état, mais aussi sur la rythmique des ouvertures sur la face sud du site.

Fig. 2 Fragment de baie en tuf dans la courtine sud

Fig. 2 – Fragment de baie en tuf dans la courtine sud

Cliché : équipe de fouille.

11La phase 3 identifie l’installation de l’aile basse des prisons entre les xviie et xviiie s. Le bâtiment, très homogène dans sa mise en œuvre, est construit contre la courtine sud du château. Il est probablement installé à la place d’édifices médiévaux, son mur nord venant casser les niveaux de sols anciens. Élevé sur deux étages, il se compose de cellules, couloirs et cage d’escalier. Plusieurs réfections successives sont présentes à l’intérieur, mais nous devons attendre les différentes datations radiocarbones avant de pouvoir proposer une chronologie plus fine.

12La phase 4 se compose de deux états intermédiaires bien identifiés. Le premier (phase 4a : première moitié du xixe s.) correspond à l’installation du bâtiment ouest et de l’aile haute des prisons. La mise en œuvre différente ainsi que le fait que ces édifices viennent s’appuyer sur celui de la phase précédente confirment leurs postériorités. De même, l’absence de ces structures sur des plans du xviiie s., mais leur présence sur des documents similaires du milieu du xixe s., paraît confirmer cette datation.

13Ces mêmes documents planimétriques du milieu du xixe s. permettent de bien catégoriser la phase 4b (post 1856) puisqu’il s’agit de projet de construction. Cette nouvelle phase correspond à l’agrandissement du bâtiment ouest ainsi qu’à la création du bâtiment du gardien à l’est.

14La phase 5 (xxe s.) regroupe toutes les réfections et nouveaux aménagements postérieurs aux précédents. Les prisons étant encore en activité sur les trois premières décennies du xxe s., de nombreux travaux de réfection ont été réalisés à cette période. Toutefois, nous ne dénombrons pas de nouvelles installations majeures.

15Enfin, le sondage réalisé dans l’angle sud-ouest du château avait pour objectif la vérification de la présence d’une tour mentionnée dans la documentation, mais disparue depuis le xviiie s. Cette fouille, sur une petite surface d’environ 6 m2, a permis la découverte d’une maçonnerie rectiligne chaînée aux parements datant du xiiie s. Sa position, sous les maçonneries récentes, et sa mise en œuvre ne laissent aucun doute quant à son appartenance à la phase 1. S’agit-il de la tour ? Difficile à dire avec exactitude. Néanmoins, son installation dans l’angle permet d’envisager cette hypothèse. Cela soulève néanmoins une question, à savoir si la tour était parfaitement ronde ou plutôt polygonale. La deuxième option semble être à privilégier à l’aune des connaissances acquises.

16Les résultats obtenus cette année continuent d’alimenter la compréhension globale du château de Bonneville et de sa chronologie. L’année 2021 sera dédiée à la compilation des données acquises durant les campagnes 2018, 2019 et 2020 afin de réaliser une synthèse de ces dernières. De même, ce dernier rapport sera l’occasion de remettre en perspective ces résultats avec les données archivistiques, mais aussi de replacer le site castral dans un contexte plus large.

Haut de page

Bibliographie

Benoit L. 2018 : Château des sires de Faucigny : la cour seigneuriale (Bonneville, Haute-Savoie) rapport d’opération archéologique, Annecy, UAPB.

Benoit L. 2019 : Château des sires de Faucigny : la cour des prisons (Bonneville, Haute-Savoie) rapport d’opération archéologique, Annecy, UAPB.

Bocquet S. 2003 : Bonneville (Haute-Savoie, Rhône-Alpes) Château comtal, étude préalable au projet de restauration du château, sondages archéologiques, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Bocquet S. 2019a : Bonneville (Haute-Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes) château, cour est, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Bocquet S. 2019b : Bonneville (Haute-Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes) réhabilitation des courtines est et sud et des tours du château des Sires de Faucigny, rapport de fouille, Bron, Inrap.

D’Agostino L. 2017 : Bonneville (Haute-Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes) château des Sires de Faucigny, rapport de fouille, Hadès.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Vue des bâtiments des prisons
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Fig. 2 Fragment de baie en tuf dans la courtine sud
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Benoit, « Bonneville – Château des sires de Faucigny : les prisons » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 juillet 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88454

Haut de page

Auteur

Loïc Benoit

Département de la Haute-Savoie, Unité archéologie et patrimoine bâti

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Loïc Benoit

Département de la Haute-Savoie, Unité archéologie et patrimoine bâti

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search