Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202074 – Haute-SavoieClermont – Château médiéval : les...

2020
74 – Haute-Savoie

Clermont – Château médiéval : les communs

Fouille programmée (2020)
Responsable d’opération : Loïc Benoit

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de la Haute-Savoie

Benoit L. 2020 : Château médiéval de Clermont, les communs, fouille programmée triennale 2020-2022 : rapport intermédiaire 2020, Annecy, département de la Haute-Savoie, UABP, Unité archéologie et patrimoine bâti, 2 vol.

Texte intégral

1L’opération archéologique menée sur le château médiéval de Clermont en 2020 est la quatrième campagne de fouilles pratiquée sur le site. Faisant suite aux interventions réalisées entre 2017 et 2019, elle poursuit la logique d’études du patrimoine fortifié haut savoyard développé sur le territoire depuis 2010 avec le projet européen « Aver : des montagnes de châteaux ». Cette nouvelle campagne s’inscrit au sein d’un programme de recherche pluriannuel portant jusqu’en 2022. Site majeur de Haute-Savoie, mais dénué d’investigations archéologiques jusqu’en 2017, les objectifs sont ici la compréhension de tout le secteur résidentiel, qu’il s’agisse de son organisation, de son occupation ou de sa construction. Pour cela, ce projet mêlera différentes études spécialisées (archéologique, historique, géomorphologique, carpologique, etc.) afin de retranscrire au mieux l’histoire de cette fortification princière et de son proche territoire. Ces études s’inscrivent également dans une volonté départementale de mettre en valeur son patrimoine historique et d’acquérir des connaissances supplémentaires en lien avec ce dernier. À terme il est envisagé par le département une restitution au public des six années de recherches par le biais de plusieurs publications, ainsi que d’une exposition au sein de la demeure Renaissance située en contrebas de la fortification médiévale.

2Localisé à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest d’Annecy et à moins de dix kilomètres du Rhône et de Seyssel, le château de Clermont est construit sur un promontoire rocheux dominant l’Albanais depuis ses 690 m d’altitude. Cette position de contrôle est renforcée par son emplacement logé au croisement d’axes routiers historiques desservant Chambéry, Genève et Annecy. Le site castral est mentionné dans la littérature pour la première fois dans le courant du xiiie s. Il apparaît alors comme possession des comtes de Genève et leur sert régulièrement de résidence estivale. Toutefois, il n’est pas impossible qu’une demeure seigneuriale précède l’installation de ce château du fait de l’existence de seigneurs de Clermont, ce dès le xiie s. Le site castral garde un statut conséquent jusqu’au début du xve s., où l’ensemble du comté est racheté par la maison de Savoie. La forteresse perd alors en importance du fait de sa position, au cœur des terres savoyardes. Si les espaces domestiques semblent peu à peu délaissés, les zones administratives continuent d’être régulièrement entretenues. Aux environs du xvie s., il est partiellement transformé en prison. À la fin du siècle, Gallois de Regard, originaire de Clermont, fait construire, en accord avec le duc de Savoie, une demeure fortifiée d’inspiration Renaissance italienne à l’emplacement de la résidence familiale sur le plain château. Les deux bâtiments cohabiteront pendant un demi-siècle environ. Au début du xviie s., la Savoie entre en conflit avec la France si bien qu’en 1630 les troupes de Louis XIII se trouvent aux environs de Clermont. Les habitants, refusant un éventuel siège, ouvrent les portes aux Français. La forteresse médiévale, alors encore en état de tenir un siège, est détruite par Louis XIII et son armée. Le site castral sera par la suite utilisé comme carrière de pierre. La demeure Renaissance, bien que partiellement ruinée, est rachetée dans les années 1960, avec le plateau médiéval par le département de la Haute-Savoie.

3Les trois premières campagnes de fouilles menées entre 2017 et 2019 avaient permis, outre l’acquisition de données planimétriques et topographiques, l’exploration de deux secteurs distincts répartis de part et d’autre d’un fossé central d’axe est-ouest (fig. 1). Le premier, situé au nord de cette structure, a aidé à documenter la tour maîtresse et ses proches environs. Cette dernière, installée sur des structures plus anciennes, est bordée au nord par un espace dont la fonction principale semble relever de l’activité équestre. Le deuxième secteur, localisé au sud du fossé, correspond au secteur que l’on nomme communément zone résidentielle en raison de la mention dans les textes médiévaux de la présence des chambres, de l’aula et d’autres dépendances à cet emplacement. Entre 2018 et 2019, un grand complexe culinaire a été mis au jour. Ce dernier se compose d’une cuisine avec cheminée monumentale, d’un petit cellier attenant, d’un pressoir domestique ainsi que d’un chai creusé dans le substrat rocheux. Directement adjacent à celui-ci, se trouve une pièce de stockage. Cet ensemble se répartit autour d’une grande cour qui n’a pour l’heure pas été fouillée en totalité.

Fig. 1 – Résultats des fouilles 2017 à 2019

Fig. 1 – Résultats des fouilles 2017 à 2019

Clichés : O. Veissière (Patrimoine numérique).

4C’est au sud-est de ces structures qu’a été implantée l’aire de fouille de cette année. Environ 420 m2 ont été ouverts sur ce secteur des communs. Les objectifs étaient de poursuivre l’acquisition des données sur cette zone afin de mieux la comprendre aussi bien sur les plans organisationnel et constructif que sur les questions d’occupations.

5Un grand complexe, composé d’une dizaine de pièces différentes a été mis au jour directement au sud de la salle de stockage découverte en 2019 (fig. 2). Quatre espaces sont disposés en enfilade le long de la rupture de pente orientale du château. Si nous n’avons pu atteindre leurs limites maçonnées de ce côté du fait d’un important couvert forestier et de la pente, cet ensemble paraît venir s’appuyer contre la courtine est. La pièce la plus au sud se situe sur un petit éperon rocheux. Elle correspond à la limite sud-est du site castral. Plusieurs structures en creux, de morphologies différentes, ont été découvertes en son sein. Toutefois, aucune interprétation n’a été possible avec les données à disposition.

Fig. 2 – Vestiges découverts en 2020

Fig. 2 – Vestiges découverts en 2020

Cliché : O. Veissière (Patrimoine numérique).

6Au nord de cette zone, quatre autres espaces en enfilade longent la limite méridionale de l’emprise de 2019 selon un axe est-ouest. Ces derniers communiquent entre eux par le biais d’un couloir desservant l’ensemble de ces espaces. Un probable four, associé à une fosse-dépotoir, a été découvert dans ce secteur.

7Enfin, un chemin comprenant une canalisation et attenant à une salle partiellement fouillée est présent en contrebas de l’éperon. Il témoigne des différences de niveau de circulation au sein de la forteresse, le plateau rocheux se révélant plus accidenté que ce que la topographie le laissait envisager.

8Cette opération a également permis de confirmer les observations réalisées sur les mises en œuvre en 2019. Aussi, le substrat rocheux est largement employé pour les constructions des différents espaces. D’un côté, la majeure partie des ensembles clos est creusée dans le substrat rocheux, donnant un air semi-excavé au château. De l’autre, l’emploi de la maçonnerie se fait selon deux méthodes distinctes. La première consiste à tailler dans le substrat des bandes de roches qui assureront à la fois le rôle de fondations, mais aussi, dans certains cas, de première élévation. La maçonnerie est ensuite disposée sur l’arase de ces bandes. La deuxième est plus traditionnelle. Lorsque le substrat n’est pas de bonne qualité, nous observons alors l’usage exclusif de la maçonnerie liée au mortier de chaux.

9Les résultats de cette campagne confortent à nouveau le potentiel archéologique du château de Clermont. Ils confirment également une conservation mitigée des structures, les espaces les plus affleurant ayant été presque intégralement purgés. Néanmoins, les vestiges et le mobilier restent nombreux et assez bien conservés pour permettre la compréhension du site. Beaucoup de questions sont en suspens, mais la poursuite des investigations sur la zone résidentielle jusqu’en 2022 devrait amener à résoudre plusieurs de ces problématiques.

Haut de page

Bibliographie

Benoit L. 2017 : Château médiéval de Clermont, rapport d’opération archéologique, Annecy, département de la Haute-Savoie, UABP, Unité archéologie et patrimoine bâti.

Benoit L. 2018 : Château médiéval de Clermont, tour maîtresse et espace résidentiel, rapport d’opération archéologique, Annecy, département de la Haute-Savoie, UABP, Unité archéologie et patrimoine bâti.

Benoit L. 2019 : Château médiéval de Clermont, les environs de la tour maîtresse et les communes, rapport d’opération archéologique, Annecy, département de la Haute-Savoie, UABP, Unité archéologie et patrimoine bâti, 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Résultats des fouilles 2017 à 2019
Crédits Clichés : O. Veissière (Patrimoine numérique).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Vestiges découverts en 2020
Crédits Cliché : O. Veissière (Patrimoine numérique).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Benoit, « Clermont – Château médiéval : les communs » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 juillet 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88469

Haut de page

Auteur

Loïc Benoit

Département de la Haute-Savoie, Unité archéologie et patrimoine bâti

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Loïc Benoit

Département de la Haute-Savoie, Unité archéologie et patrimoine bâti

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search