Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202074 – Haute-SavoieGaillard – 2 rue de la Ville

2020
74 – Haute-Savoie

Gaillard – 2 rue de la Ville

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Sylvie Bocquet

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

2213545

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Bocquet S. 2021 : Gaillard (Haute-Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes) 2 rue de la ville, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le diagnostic, localisé au centre de la commune de Gaillard, intervient en amont d’un projet de construction de logements qui couvre 1 400 m2 sur un lot de parcelles jouxtant la rue de la Ville. Ces parcelles, autour de 423-422 m d’altitude, occupent un éperon qui domine la plaine de l’Arve d’une vingtaine de mètres. L’emprise du projet se situerait à proximité immédiate du site castral de Gaillard, établi au tout début du xive s. par le comte de Genève Amédée II, au nord d’un bourg fondé à la même époque. Résidence des comtes de Genève, occupant une position stratégique lors des confits politiques et religieux des xive et xvie s., le château a été détruit à la fin du xvie s. Il n’en subsiste aucun vestige directement perceptible sur les cadastres des xviiie et xixe s. ou dans le parcellaire et les bâtiments actuels. Après le xvie s., le secteur bordant l’ancien bourg de Gaillard est dévolu à des activités agricoles, jusqu’à son urbanisation, principalement dans la seconde moitié du xxe s. Ce diagnostic constitue la première opération archéologique de terrain permettant d’aborder le site castral de Gaillard et ses abords.

2Six sondages ont été ouverts et offrent une surface d’étude de 216,81 m2 représentant 15,50 % de la surface du projet. Ils apportent des données géomorphologiques et attestent une occupation moderne à contemporaine.

3Le site de Gaillard est localisé sur la marge méridionale du bassin lémanique, au sein d’un complexe de dépôts morainiques et de terrasses étagées d’âges glaciaire et postglaciaire. La séquence stratigraphique de l’emprise diagnostiquée atteint des dépôts fluvio-glaciaires du Pléistocène supérieur, constitués de galets, de graviers et de sables grossiers gris à gris-jaune. Ces matériaux sont recouverts par un sédiment argilo-silteux brun-roux, d’âge postglaciaire et jusqu’à la Protohistoire, d’après des comparaisons régionales. Le sommet de ce paléosol brun-roux de type fersialithique apparaît tronqué par les remaniements postérieurs du sol, d’origine anthropique. Au-dessus, se développent divers sédiments silto-argileux bruns à gris, anthropisés, à petits fragments de terre cuite architecturale ou à petits charbons de bois épars. Ces formations historiques ne sont pas précisément datées et sont scellées par la terre végétale ou les sols en gravier créés aux xxe et xxie s. Selon X. Boës, en charge de l’étude géomorphologique, on constate donc une forte érosion des paléosols anciens compris entre la Protohistoire et le Moyen Âge.

4Les structures mises au jour sont localisées au nord de l’emprise prescrite (fig. 1). Il s’agit de maçonneries de fondation ou d’élévation du sous-sol, qui apparaissent directement sous le remblai de démolition d’un bâtiment détruit au printemps 2020. Un ensemble maçonné peut évoquer une petite cave ou des latrines. Un mur renvoie à du parcellaire ou à la base d’une élévation pouvant être construite en matériaux périssables ou légers. Les mises en œuvre et la présence de moellons ou de ragréages en béton grossier orientent vers des périodes récentes, mais les vestiges ne sont pas datés précisément. Ils trouvent une correspondance avec un bâtiment de plan carré, sans doute une maison, qui figure sur un cadastre du xixe s., levé en 1812 ou 1899. Ce bâtiment est absent de la mappe sarde dressée dans les années 1730. Son emplacement coïncide avec la construction qui servait jusqu’en 2020 de local technique municipal.

Fig. 1 – Plan des vestiges du sondage 4

Fig. 1 – Plan des vestiges du sondage 4

Échelle : 1/100.

Source : Cadastre.gouv.fr. ; DAO : J. Boudry, S. Bocquet (Inrap).

5Aucun autre vestige construit ou fossoyé ni aucun mobilier, pouvant en particulier être rattachés au site castral médiéval et à son évolution au cours de la période moderne, n’ont été découverts. Les données collectées ne permettent pas de préciser si l’emprise des aménagements castraux, entre le xive et la fin du xvie s., atteignent la zone sondée. Il n’en substitue en tout cas aucune trace. Si ces parcelles sont exclues du site castral proprement dit, ce dernier doit se trouver un peu plus au nord-ouest de ce que propose dans son plan restitué de la ville médiévale L. Blondel (1956) et, de fait, dans une position plus éloignée du bourg. Immédiatement au nord-ouest du diagnostic, des parcelles conservent encore des zones non construites susceptibles de documenter le château de Gaillard par l’archéologie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des vestiges du sondage 4
Légende Échelle : 1/100.
Crédits Source : Cadastre.gouv.fr. ; DAO : J. Boudry, S. Bocquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bocquet, « Gaillard – 2 rue de la Ville » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 juillet 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88485

Haut de page

Auteur

Sylvie Bocquet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Bocquet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search