Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202074 – Haute-SavoieCirculations et occupations humai...

2020
74 – Haute-Savoie

Circulations et occupations humaines de la montagne dans le massif des Bornes : le plateau des Glières

Prospection thématique (2020)
Responsable d’opération : Alain Mélo
Notice rédigée avec Liliana Ceci et Denis Laissus

Notes de la rédaction

Mélo A. 2021 : Circulations et occupations humaines de la montagne dans le massif des Bornes : le plateau des Glières (Auvergne-Rhône-Alpes, Haute-Savoie, commune de Glières-Val-de-Borne), rapport d’opération de prospection thématique, campagne 2020.

Texte intégral

1Les trois années d’étude et de prospection archéologique sur le plateau des Glières ont permis de bien cerner l’ensemble de ce territoire et ses alentours immédiats (accès, entre autres). Pour rappel, la première approche du sujet initiée en 2018, a été orientée selon deux axes de recherche : tout d’abord, la réalisation d’un premier bilan documentaire répertoriant la bibliographie disponible et les fonds d’archives exploitables. Cette démarche a été parfaitement indispensable pour mieux comprendre l’occupation, les activités humaines et plus particulièrement les logiques et l’organisation des déplacements en montagne et entre vallées et territoires d’altitude. Ensuite, la réalisation d’une campagne de terrain (49 fiches de terrain enregistrées) a contribué à esquisser un état des lieux des voies de circulations, anciennes et récentes, qui relient ce territoire aux villages qui l’entourent, à repérer des vestiges de structures de franchissement (passages naturels ou taillés, murs de soutènement, rampes…), mais aussi d’occupation (ruines, abris…). Cette première campagne a permis de préciser les orientations à donner aux interventions futures, notamment à l’identification de quelques secteurs plus susceptibles de faire l’objet de sondages ou d’études approfondies dans les années à venir. Pour l’année 2019, l’équipe de terrain s’est concentrée sur la partie nord du plateau des Glières, c’est-à-dire sur le territoire montagnard de la commune de Glières-Val-de-Borne, rive gauche du Borne (58 sites inventoriés). La prospection archéologique a pris en compte plusieurs secteurs : Spée, Outan, la Combe (Fréchet et la Pesantière), le plateau secondaire des Hauts-Cris et des Cros, une partie de la combe de la Revoue, du vallon de Talavé, et a abordé partiellement les pâturages des Frêtes et des Auges. Trois objectifs ont été atteints pendant cette campagne : le premier s’inscrivait dans la continuité de la recherche documentaire, initiée l’année précédente, touchant les fonds d’archives (riches) et la bibliographie existante (trop maigre), pour comprendre la toponymie, par exemple, et les logiques historiques du territoire concerné. Le second a consisté en un repérage des vestiges en amont et à l’aide du cadastre, ainsi que des photos aériennes IGN pour préparer le travail de prospection. Enfin, le troisième axe s’appuyait sur la réalisation d’une campagne de terrain pour enregistrer les vestiges visibles : murs de soutènement, habitations, chemins, rampes, ruines, abris…

2En 2020, la campagne de terrain s’est orientée sur la partie sud du territoire, particulièrement le versant sud-ouest du col (Glières-Le Collet ; commune de Fillière), l’alpage de Loup (Fillière) la plaine de Dran (La Balme-de-Thuy) et l’alpage d’Ablon (Dingy-Saint-Clair). Cette troisième année a vu s’achever les objectifs définis au départ dans le cadre du PCR, qui étaient de connaître l’ensemble du territoire, ses différents quartiers d’occupations, les axes d’accès principaux et secondaires, pour, ensuite, pouvoir comparer les logiques de franchissement de la montagne et d’installations humaines avec les territoires du Salève et de l’alpage de Sales (commune de Sixt-Fer-à-Cheval).

3La prospection a été menée selon la méthodologie développée pour le projet sur l’alpage de Sales (Guffond 2015) et en application des méthodes mises en œuvre sur d’autres territoires montagnards (Bugey, Salève), notamment pour l’archéologie des voies de communication (Mélo 2015, Mélo 2017). De ce fait, les données recueillies sur le terrain sont enregistrées sous forme de fiches d’inventaire pour chaque site. Dans ces fiches, les vestiges sont documentés par un positionnement GPS, des renseignements sur les cours d’eau les plus proches, la géomorphologie, des relevés schématiques, la description des structures observables… Ces informations sont ensuite enregistrées dans une base de données FileMaker Pro, qui permet un traitement de l’information plus rapide et efficace. Par ailleurs, une documentation photographique exhaustive vient compléter cet inventaire. Les campagnes de prospections ont permis d’enregistrer 151 fiches : ruines de bâtiments, chemins, sentiers ou franchissements naturels, passages aménagés, sources, abris naturels, structures aménagées, croix et sites divers.

4Parmi ces 140 sites, 67 correspondent à des ruines de bâtiments. Ce sont des vestiges d’anciens chalets parfois isolés dans le paysage pouvant former des unités agricoles perceptibles. La majorité de ces ruines est associée à d’autres structures comme des murs de soutènement, enclos, caves, jardins… Situées quelquefois proches des chemins d’accès, ce sont des constructions souvent complexes par rapport aux chalets de Sales qui ne sont pas dotés de structures annexes comme des caves ou des jardins.

5Ces édifices présentent plusieurs dimensions (estimées par des mesures sur le terrain ; certaines sont difficiles à préciser) : d’une longueur de 2,50 à 17,60 m et d’une largeur de 1,80 à 15,70 m, ces dimensions montrent l’éventail de substructions : des petits modules (vaces, greniers, fours, de 10 à 30 m2) et des modules réguliers et récurrents (autour de 10 m ou 12 m par 14 m ou 17 m) qui correspondent aux anciens « chalets ». Pour ces dernières constructions, toutes complexes en plan, l’orientation est récurrente : pignon principal au sud et un plan rectangulaire. En revanche, la forme de certaines structures n’est pas très lisible à cause de l’effondrement des parements et de la présence de végétation sur les vestiges.

6Sur plusieurs ruines, l’équipe de terrain a recueilli du mobilier archéologique abandonné sur place : restes de poêle en métal, des fragments de céramique, de verre à boire ou des restes de chaudron en fonte. C’est dans ce contexte que le travail sur la cartographie, préparé précédemment, est important, car il permet de renseigner l’ancienneté du bâtiment ainsi que l’évolution parcellaire. Or, certains d’entre eux sont déjà mentionnés sur le cadastre sarde (1730), attestant d’une fondation ancienne de la construction. D’autres ruines sont signalées seulement sur les cadastres plus récents de 1868-1870. Pareillement, les photographies aériennes de l’IGN (notamment le vol de l’été 1936) permettent de renseigner si les bâtiments sont déjà en ruine à cette époque.

7Ensuite, 34 fiches correspondent à des chemins, sentiers ou passages naturels qui donnent accès aux Glières depuis les villages voisins - La Balme-de-Thuy, Thorens-Glières, actuellement commune de Fillières, Glières-Val-de-Borne et Dingy-Saint-Claire. En effet, non seulement les accès principaux menant à Glières ont été enregistrés mais aussi des sentiers et des passages naturels qui permettent de comprendre les logiques de déplacement mettant Glières en relation avec ses alentours.

8La largeur de ces chemins varie entre 1,20 m, pour les plus étroits et 3,50 m pour les plus larges. Dans ces chemins sont visibles des aménagements pour entretenir les voies ainsi que pour faciliter la circulation notamment dans les passages difficiles : présence d’un pavage, murs de soutènement, passages taillés dans la roche ou encore, la création d’un nouveau tracé dû probablement à des éboulements de blocs de pierres ou des glissements de terrain. Aujourd’hui, le tracé de plusieurs chemins n’est plus visible, soit coupé par les routes actuelles, soit ils ne sont plus empruntés par l’homme, laissant place à la végétation et aux matériaux qui ont recouvert le tracé.

9En ce qui concerne les passages artificiels, huit fiches ont été inventoriées sur le terrain. Ce sont des aménagements liés aux questions du franchissement de la montagne. Ces lieux sont principalement des passages taillés dans le rocher ou aménagés dans les barres rocheuses par des rampes, des escaliers et des murs de soutènement pour faciliter le déplacement aux paliers supérieurs ou favoriser les accès difficiles. Ils peuvent mesurer de 1,00 m à 1,60 m de largeur et de 10,20 m à 123 m de longueur pour le passage le plus long qui correspond au site 044 : taillé dans la roche il constitue le chemin qui reliait La Balme-de-Thuy à la « plaine » de Dran par le vallon du Nant Debout. Une inscription est encore visible dans la roche [AFD]. Aucune autre inscription ou symbole gravé dans la roche n’a été identifié, contrairement à l’alpage de Sales où plusieurs inscriptions visibles sont associées aux chemins, aux passages aménagés ou aux « zones » de surveillance des troupeaux (proches des « cramos »).

10À propos des sources, quatre fiches ont été enregistrées sur le terrain, plus précisément une fontaine et trois sources aménagées. La fontaine comprend deux retenues avec barrage en terre et blocaille, dont un est encore en place. Quant aux aménagements de sources, ils se limitent à élargir le captage et l’évacuation qui permet aussi leur accès. Le site 138 correspond à une source aménagée avec deux bassins en troncs d’arbre creusés à l’herminette.

11Pour ce qui est des abris naturels, seules quatre fiches ont été remplies. Déjà observées sur le terrain en 2019, les barres rocheuses qui entourent le plateau ont fait l’objet d’une attention spéciale, dans l’objectif de trouver des vestiges d’occupation dans de potentiels occupations d’abris aménagés ou non. Les quatre sites sont principalement des abris naturels sous roche, sans aucune trace de la présence humaine ou d’aménagement visible (murets ou structures foyères). Ils ont probablement été utilisés simplement comme « refuge » pour se protéger lors des tempêtes ou pendant les étés de canicule, car ils se trouvent proches des chemins de circulation. Par exemple, le site 006 se trouve à quelques mètres du chemin actuel qui permet de descendre depuis les le plateau vers la source de la Fillière. L’abri 066, situé au lieu-dit de La Combe, il présente une longueur de 29,50 m et une orientation nord-est – sud-ouest. L’abri naturel 093 est proche du chemin qui conduit du col de l’Ovine à la ruine 092 (ruine d’un bâtiment). Il se trouve sous une grande dalle en calcaire d’une largeur de 4,40 m et d’une longueur de 7 m et ressemble à un « cramo » (alpage de Sales). Enfin, le dernier abri, 124, est localisé dans le secteur de la Grande Métrallière, et présente une voûte effondrée.

12Dix fiches d’inventaire correspondent à des structures aménagées : murs de soutènement, enclos et rampe. Le premier groupe est composé de murs qui permettent de soutenir des terrasses ou des chemins, d’une longueur de 6,25 m à 9,20 m et d’une largeur de 0,50 à 1,70 m. Le mur 017 est intéressant car il est proche de l’ancien tracé qui part de l’actuel chalet nommé « Le Nid » à Spée. D’une hauteur de 1,60 cm, il est constitué de gros blocs et d’une ouverture qui se trouve vers la partie inférieure. Ce mur a été détruit par l’actuel chemin qui monte vers les paliers supérieurs.

13En ce qui concerne le deuxième type de structures, les enclos se situent dans les secteurs de Spée et du Plan Mena, localisés dans la partie nord du plateau et le secteur des Auges, au sud-est du plateau des Glières. Ces derniers sont installés proches des barres rocheuses. Ils sont composés de murets de blocs de moyenne et grande taille. La longueur des enclos est très variable, d’une longueur de 5 m pour le plus petit et de 80 m pour l’enclos le plus gros.

14Enfin, la rampe aménagée dans le versant (ou chemin), de plus de 50 m de long pour 1,50 m de large, permettait de desservir les pâturages au-dessus de l’ancien chalet de la Mandrolière, et d’accéder à une vire, un replat, avec des traces importantes d’épierrement.

15Seuls deux sites sont identifiés comme croix. La première correspond à la croix du Fréchet située sur un petit promontoire qui se trouve face à l’actuel chalet et au chemin récent. La deuxième est la croix qui se trouve près du chalet d’Ablon, commune de Dingy-Saint-Clair. Sur son fût sont gravées les dates de 1889-1980. Une troisième croix n’a pas fait l’objet d’un relevé, celle qui domine la Mandrolière sur la commune de Glières-Val de Borne (1 774 m d’altitude). Elle a été posée en 2005 par des membres de la mutuelle Vitalmut, peut-être en remplacement d’une plus ancienne.

16La prospection archéologique a amené à inventorier cinq fiches correspondant à des sites divers, comme par exemple une plateforme, une carrière, un four à chaux, un prélèvement de charbon et une fosse indéfinie. La plateforme est nettement aménagée et proche de l’ancien chemin partant de Glaires au Petit-Bornand, probablement une charbonnière d’une longueur de 9,50 m et une largeur de 5,60 m. Quant à la probable carrière, elle est située au milieu du plateau, sur une petite crête entre deux zones humides. Le four à chaux, d’un diamètre de 3,50 m, est pourvu d’une cavité centrale de 2 m de diamètre, il fut construit dans un replat du secteur des Cros (ou est-ce un trou de bombe ?). Un seul prélèvement de charbon a été réalisé dans cette campagne de prospection. Il est non daté. Le dernier site répertorié dans cette liste correspond à une fosse circulaire de 3 m de diamètre ouverte à l’est. Serait-ce aussi les vestiges d’un autre four à chaux ?

17Enfin, les derniers enregistrements correspondent à des structures indéfinies. Ce sont des structures variées de différentes formes (rectangulaires, carrées, circulaires), qui dessinent, quelquefois, des alignements de pierres sèches interprétées comme une éventuelle cave semi-enterrée, de probables murs de soutènements et des limites de parcelles.

18Pour conclure, les trois campagnes de prospection archéologique menées sur le plateau des Glières ont dressé un bilan archéologique des différents secteurs de ce grand territoire. Les observations de terrain ont permis de confirmer le potentiel archéologique et la diversité des vestiges de surface visibles décris dans ce bilan. Même si certains secteurs mériteraient des observations plus approfondies, les objectifs fixés au départ par l’équipe ont été respectés. Sans prétendre à l’exhaustivité, les 151 sites inventoriés illustrent les différents quartiers d’occupation et les accès au plateau. Ils ont également aidé à questionner les modalités de l’agencement de cet espace montagnard. La recherche en archives a épaulé ce travail en proposant des éléments de chronologie de cet agencement.

19La base de données où sont enregistrées les fiches de terrain servira d’appui pour de futures recherches sur le secteur des Glières.

Fig. 1 – Une cave indépendante, récente et encore debout à Dran (site no 109 ; Thorens-Glières/Fillière)

Fig. 1 – Une cave indépendante, récente et encore debout à Dran (site no 109 ; Thorens-Glières/Fillière)

À l’intérieur se trouvent encore les consoles qui supportaient les planches pour le murissement de petites pièces de fromage.

Cliché : A. Mélo.

Fig. 2 – Le site no 100 aux Têtes en vue verticale

Fig. 2 – Le site no 100 aux Têtes en vue verticale

Le nord-est à gauche de l’image, la mire donne l’échelle. Situé à 1 865 m d’altitude, c’est la plus haute construction complexe relevée dans ce secteur.

Cliché : O. Veissière (Patrimoine numérique).

Fig. 3 – Vestiges de constructions ou d’enclos dans une petite clairière herbeuse en haut du versant karstifié de la montagne des Têtes (site no 103)

Fig. 3 – Vestiges de constructions ou d’enclos dans une petite clairière herbeuse en haut du versant karstifié de la montagne des Têtes (site no 103)

La structure quadrangulaire appuyé contre le lapiez mesure environ 8 m de longueur. Le nord est en haut à droite de l’image.

Cliché : O. Veissière (Patrimoine numérique).

Fig. 4 – L’ancien chemin d’Entremont à la montagne des Auges serpente dans le pâturage

Fig. 4 – L’ancien chemin d’Entremont à la montagne des Auges serpente dans le pâturage

Il est remarquable par l’entaille qu’il forme dans le versant et les alignements de pierres qui le bordent de part et d’autre (site no 120).

Cliché : A. Mélo.

Haut de page

Bibliographie

Guffond C. 2015 : Abbaye, communautés et circulation sur le territoire de Sixt, Sixt-Fer-à-Cheval, rapport d’opération archéologique 2014, CG74.

Mélo A. 2018 : Circulations et occupations humaines de la montagne dans le massif des Bornes : le plateau des Glières, prospection thématique, campagne 2018.

Mélo A. 2019 : Circulations et occupations humaines de la montagne dans le massif des Bornes : le plateau des Glières, commune de Glières-Val-de-Borne, rapport d’opération de prospection thématique, campagne 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Une cave indépendante, récente et encore debout à Dran (site no 109 ; Thorens-Glières/Fillière)
Légende À l’intérieur se trouvent encore les consoles qui supportaient les planches pour le murissement de petites pièces de fromage.
Crédits Cliché : A. Mélo.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Fig. 2 – Le site no 100 aux Têtes en vue verticale
Légende Le nord-est à gauche de l’image, la mire donne l’échelle. Situé à 1 865 m d’altitude, c’est la plus haute construction complexe relevée dans ce secteur.
Crédits Cliché : O. Veissière (Patrimoine numérique).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Titre Fig. 3 – Vestiges de constructions ou d’enclos dans une petite clairière herbeuse en haut du versant karstifié de la montagne des Têtes (site no 103)
Légende La structure quadrangulaire appuyé contre le lapiez mesure environ 8 m de longueur. Le nord est en haut à droite de l’image.
Crédits Cliché : O. Veissière (Patrimoine numérique).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Titre Fig. 4 – L’ancien chemin d’Entremont à la montagne des Auges serpente dans le pâturage
Légende Il est remarquable par l’entaille qu’il forme dans le versant et les alignements de pierres qui le bordent de part et d’autre (site no 120).
Crédits Cliché : A. Mélo.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Mélo, Liliana Ceci et Denis Laissus, « Circulations et occupations humaines de la montagne dans le massif des Bornes : le plateau des Glières » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 juillet 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88580

Haut de page

Auteurs

Alain Mélo

Articles du même auteur

Liliana Ceci

UAPB-CD74

Articles du même auteur

Denis Laissus

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Mélo

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search