Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2020InterdépartementalLes Hautes Chaumes des monts du F...

2020
Interdépartemental

Les Hautes Chaumes des monts du Forez

Prospection thématique (2020)
Responsable d’opération : Priscille Chapuis

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

2213749
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Chapuis P., avec la collaboration de Verrier J. 2021 : Archéologie des Hautes Chaumes du Forez, communes de Sauvain, Saint-Bonnet-le-Courreau (42), Job, Valcivières (Puy-de-Dôme), programme de prospection thématique triennal 2017-2019, rapport final de synthèse, 2 vol., 1 corpus sur CD-Rom.

Texte intégral

1Ce programme de prospection thématique se propose de documenter puis de caractériser les occupations humaines sur les territoires d’altitude que sont les Hautes Chaumes du Forez, depuis l’origine de l’humanité jusqu’à la période moderne comprise. Pour répondre à cette problématique, depuis 2016, un important travail de recensement des vestiges archéologiques ainsi que des données d’archives a été initié sur une zone, située aux confins du Puy-de-Dôme et de la Loire. Elle recouvre la partie sommitale des Monts du Forez (Pierre-sur-Haute), depuis le col du Béal jusqu’au col des Supeyres, sur les communes de Sauvain, Job, Valcivières, Saint-Bonnet-le-Courreau, et Saint-Anthème. Il s’agit de la limite géographique entre la plaine du Forez dans la Loire, à l’est, et la plaine de la Limagne dans le Puy-de-Dôme, à l’ouest. Cet espace naturel se développe actuellement sur 8 000 ha environ et se compose de vastes plateaux granitiques dont l’altitude s’échelonne de 1 200 à un peu plus de 600 m.

2Au terme de cette triennale se dessine ainsi une première image de la présence humaine sur les Hautes Chaumes, de la Préhistoire à l’Antiquité d’une part, mais surtout pour les époques médiévales et modernes où la montagne est occupée et exploitée à son maximum, ce que confirment les études paléoenvironnementales. En témoignent également les nombreux groupements pastoraux, les aménagements hydrauliques puis les jasseries recensées depuis le début du programme.

3Les Hautes Chaumes du Forez correspondaient jusqu’à ces dernières années à un secteur où très peu d’indices archéologiques avaient été signalés. Avant le début de ce programme, il était difficile, au regard de la connaissance archéologique actuelle, de mesurer les effets de l’anthropisation sur ce milieu, qui plus est sur le temps long. Les données paléoenvironnementales ont apporté également des éléments particulièrement probants mais qui, jusqu’au début de ce programme, avaient peu de résonance d’un point de vue archéologique.

4Nos recherches ont en effet bénéficié des travaux de reconstitution des paléoenvironnements du Tardiglaciaire et de l’Holocène dirigés, depuis 1998, par H. Cubizolle et J. Argant, et ce, sur l’ensemble des moyennes montagnes granitiques et métamorphiques de l’est du Massif central. Une chronologie de l’apparition des tourbières a été établie et des analyses paléoécologiques ont été réalisées. Ainsi, ce sont 86 tourbières qui ont été datées, chacune ayant fait au préalable l’objet d’études hydro-géomorphologiques et sédimentaires poussées.

5Parmi toutes les tourbières recensées datées et étudiées, ce sont plus spécifiquement quatre tourbières situées dans notre zone d’étude qui ont fait l’objet de carottages et d’analyses polliniques : le Gourd des Aillères (alt. 1 330 m ; Sauvain), Pierre-sur-Haute-Base (alt. 1 577 m ; Sauvain), La Croix de Barras (alt. 1 400 m ; Saint-Bonnet-le-Courreau) et la Jacine (alt. 1 400 m ; Job).

6Le choix de ces sites relève selon les cas de décisions prises en lien avec les problématiques archéologiques ou d’initiatives reliées aux recherches sur les paléoenvironnements des Monts du Forez citées plus haut. Au cours des trois ans d’étude et à la lumière des découvertes faites lors des prospections, il nous a semblé intéressant et cohérent de lancer de nouvelles études sur deux séquences tourbeuses supplémentaires. La sélection s’est donc faite sur la possibilité de confronter les données paléoenvironnementales, au moyen d’une séquence sédimentaire suffisamment importante, avec les données issues des sondages archéologiques effectués dans l’environnement immédiat. C’est le cas tout d’abord de la tourbière de la Croix de Barras, qui est entourée de six ensembles de structures semi enterrées dont un sondé en 2018, ainsi que des séries d’indices archéologiques couvrant la période de la fin de l’âge du Bronze à l’époque moderne dont un site fouillé en 2018 et 2019.

7La deuxième étude lancée dans le cadre du programme a été celle de la tourbière de la Jacine, suite à la découverte en 2018 d’un important indice de site antique totalement inédit, situé à proximité. Ce site a été sondé en 2019.

8L’essentiel du travail a porté, dans le cadre de notre collaboration, sur des analyses polliniques couplées à des batteries de datations par le radiocarbone.

Principaux résultats

9Les prospections ont permis de recenser plusieurs types de vestiges et sites : des groupements de structures semi-enterrées pour les plus nombreux (un total de 102 ensembles de structures a ainsi été inventorié), trois abris situés dans des chaos rocheux, des indices de sites divers de toutes périodes, des terrasses, charbonnières, d’anciennes jasseries et de nombreux aménagements hydrauliques. Ces sites et indices de site couvrent une fourchette chronologique allant de la Préhistoire à l’époque moderne.

10Dès 2017, la réalisation de sondages s’est avérée nécessaire. Au total, 16 sites jugés pertinents ont été sondés : 7 sondages ont été pratiqués sur des bâtiments semi-enterrés, trois sur des abris, mais aussi sur quelques anomalies de terrain (terrasses) ainsi que sur des sites de concentration de mobilier et sur le site médiéval de la Regardière.

Préhistoire, Protohistoire et Antiquité

11L’expérience de programmes similaires dans des contextes proches (Cézallier, Cantal…) a montré la faible probabilité de découverte de vestiges antérieurs à la fin du Paléolithique supérieur ; il n’y a pas eu d’exception pour les Hautes Chaumes du Forez. Les indices matériels se limitent ici à une vingtaine d’éclats de silex taillés qui couvrent, semble-t-il, une large période, allant du Paléolithique au Néolithique, et qui ont des provenances variées, voire lointaines, comme le Bassin parisien. Ce sont essentiellement des épandages ou des concentrations de mobilier céramique qui nous ont permis de mettre en évidence des sites d’habitats d’altitude, rattachés aux périodes plus récentes de la Protohistoire et de l’Antiquité.

L’abri des Grands Chars (Sauvain, Loire)

12Trois abris situés dans les nombreux enrochements granitiques présents sur les Hautes Chaumes ont été inventoriés puis sondés. Un seul, l’abri dit « des Grands Chars », repéré dans le secteur de Colleigne, s’est avéré positif. Deux petites campagnes de sondages menées en 2018 et 2019 n’ont pas permis d’identifier de niveau archéologique. Néanmoins, la principale séquence de fréquentation observée correspond à la Protohistoire ancienne, avec la découverte de fragments de deux récipients en céramique attribuables au Bronze final IIIB. Il semble donc que cette modeste cavité ait pu servir ponctuellement d’abri au cours de la Préhistoire récente et de la Protohistoire puis à l’époque contemporaine. Sa faible emprise au sol et son exiguïté rendent toute occupation longue et structurée nettement plus délicate à mettre en place dans le cadre d’un habitat pérenne.

L’habitat augustéen de Garnier (Saint-Bonnet-le-Courreau, Loire)

13Ce site se situe à 1 400 m d’altitude sur la ligne de crêtes des monts du Forez, à proximité des jasseries de Garnier. Il fut découvert en 2017 lors des prospections. Succédant à un premier sondage-test conduit en 2018, une fouille a été effectuée en 2019 afin de caractériser plus avant cette occupation tant d’un point de vue chronologique que spatial et fonctionnel.

14Des niveaux de sol caractérisés par la présence de nombreux tessons posés à plat ont été mis en évidence. Directement installés sur un niveau d’arènes granitiques préalablement aplanies, ces lambeaux de sol étaient délimités par plusieurs lignes de blocs de granite jointifs disposés de champ et formant un aménagement architectural, évoquant un bâtiment de 4 x 4 m. Ce dernier probablement réalisé avec des matériaux légers relève plus d’une cabane bâtie à l’aide de branchages qu’à la mise en place d’élévations en dur. Les blocs disposés autour du bâtiment feraient donc davantage office de calages. Le mobilier céramique associé peut être attribué à la période augustéenne, soit aux années 40 à 10 av. J.-C. Il s’agit actuellement du site le plus élevé en altitude connu dans le Massif central pour cette époque.

Le site antique de la Jacine (Job, Puy-de-Dôme)

15Découvert lors des prospections menées en 2018 (fig. 1), le site de la Jacine se situe à 1 430 m d’altitude sur la montagne du Monthiallier, dans le Puy-de-Dôme, dans une zone fortement érodée. C’est là qu’a été mise en évidence la présence d’un épandage de tessons de céramique sur une surface d’environ 20 à 30 m2. Le mobilier recueilli, relativement bien conservé, correspond à un abondant vaisselier de facture romaine associé à de nombreux fragments de tuiles (tegulae), laissant supposer la présence d’une occupation antique à proximité immédiate.

Fig. 1 – La Jacine (Job, 63) : vue aérienne par drone des sondages

Fig. 1 – La Jacine (Job, 63) : vue aérienne par drone des sondages

Cliché : J. Verrier (Gral).

16Au cours de l’été 2019, un sondage a été réalisé, afin d’appréhender plus précisément ce site. Cette opération a permis d’observer, malgré l’étendue modeste du sondage, les vestiges partiellement érodés d’un petit bâtiment effondré dont la chronologie a pu être affinée grâce à la richesse du mobilier découvert. En effet, la céramique recueillie offre un panorama des échanges effectués alors (sigillées de la Graufesenque, de Lezoux, vaisselle commune ségusiave et arverne). De nombreux restes de vases de stockage (dolia) étaient également présents dans les niveaux. Le mobilier nous permet de dater une occupation centrée sur la seconde moitié du ier s. apr. J.-C.

17Plus tardif que les sites augustéens sondés à Garnier (Saint-Bonnet-le-Courreau) et Colleigne (Sauvain), le site de la Jacine témoigne à la fois d’une évolution des formes prises par ces habitats peu après le changement d’ère et d’un possible développement de fermes d’altitude.

Moyen Âge et époque moderne

Les structures semi-enterrées : morphologie

18Quelle forme revêt une structure semi-enterrée lors de sa découverte dans les Monts du Forez ? C’est une structure en creux d’une largeur d’environ 3,50 m et dont la longueur peut varier de 4 à 31 m suivant le type, sans que sa largeur n’en soit affectée. Cette caractéristique est une contrainte liée à la charpente. Elle est bordée de bourrelets d’une hauteur homogène lorsqu’elle se trouve en terrain plat mais, lorsqu’elle est dans une pente, le bourrelet aval est nettement plus important que celui situé en amont. Sa profondeur est, elle aussi, variable, suivant le pourcentage de la pente et le milieu : elle varie de 0,80 à 3 m. Elle peut posséder de une à quatre entrées sur la façade aval ou bien encore être ouverte à l’une de ses extrémités. Suivant l’importance du bourrelet et la densité des structures, un couloir droit, coudé ou en forme de virgule peut exister. Lorsqu’elle est située dans une pente, la structure est majoritairement établie perpendiculairement à celle-ci, mais de nombreux cas de cabanes parallèles au relief ont été dénombrés. Cette différence de position existe parfois au sein d’un même ensemble.

19Une typologie descriptive a été établie comprenant : un type, un sous-type et une indication complémentaire facultative. Le type est lié à la longueur de la structure : type I, inférieur à 6 m ; type II, compris entre 6 et 10 m; type III, compris entre 10 et 20 m; type IV, supérieur à 20 m. Les sous-types comprennent actuellement 24 modèles différents déclinés dans chacun de ces types. Un élément supplémentaire indique la présence d’espaces annexes qu’ils soient clos ou ouverts.

Les ensembles de structures : disposition et localisation

20Toutes ces structures sont rarement isolées. Regroupées, elles constituent des ensembles cohérents. Ces ensembles se retrouvent dans neuf types d’organisation (22 sur les 102 sont inorganisés). Ils regroupent au total 865 structures qui ont été réparties en 4 sous-types pour le type I et 24 sous-types pour les types I à IV.

21Le premier type d’ensemble est celui des ensembles circulaires. Ils sont composés de sept à dix structures réparties autour d’une autre structure unique, typologiquement différente, à savoir la structure centrale.

22Les ensembles étagés sont ceux qui comportent, en règle générale, le plus grand nombre de structures. Ces dernières sont alignées et se superposent régulièrement dans le relief.

23Les ensembles en arêtes de poisson sont constitués de grandes structures de type III ou IV placées en forme de V, de part et d’autre d’un couloir central lié à un passage d’eau. Chronologiquement, ils paraissent être le stade ultime des ensembles semi-enterrés précédant les constructions en dur dont les plus anciennes reprennent un plan similaire.

24Le type « hameau » est caractérisé par le regroupement de deux ou trois structures possédant des bourrelets en commun. Ce type est aussi caractérisé par des zones planes, ouvertes ou semi-fermées par des bourrelets. Elles sont situées en avant des regroupements.

25Le type « groupé » (ou « ramassé ») est constitué de structures typologiquement très homogènes, resserrées et compactes. Les couloirs de circulation sont très présents et une structure centrale est souvent installée au sein de l’ensemble.

26Ces groupements sont installés, dans la grande majorité des cas, près de sources ou de descentes naturelles d’eau, à proximité d’un vallon. Il n’a pas été remarqué, à une exception près dont le cas est traité plus loin, des aménagements permettant d’amener l’eau au sein même de l’ensemble. Quelques modifications sur de petits cours d’eau, de type bassins, sont envisageables. Il faut attendre les organisations en arêtes de poisson pour voir la création de réserves d’eau bien marquées et de biefs d’amenée coulant au centre de l’ensemble.

27Pour ce qui est de l’orientation, il n’y a pas de règle. Ce critère n’a pas été retenu par les constructeurs comme un élément fondateur. La position occupée dans le relief est sans équivoque : la pente a été nettement privilégiée dans environ 70 % des cas.

28Les organisations circulaires et étagées sont les plus nombreuses.

29Concernant les structures, ce sont les types II et III qui sont le plus souvent rencontrés. Typologiquement, les cabanes à une ou deux entrées, en position centrée ou décentrée sont les plus nombreuses. C’est aussi ce type de structures qui est utilisé dans les groupements qui composent le type « hameau ». Enfin, le plus petit ensemble est composé d’une structure unique et le plus important en compte dix-neuf, tandis que la moyenne se situe entre sept et huit par ensemble.

Les données des archives

30Une abondante documentation a été réunie, concernant les aspects liés à la construction, à l’exploitation, aux usages, à la géographie et à l’histoire de ce secteur des Hautes Chaumes.

31Ainsi la plus ancienne mention de « cabanes » date de 1209 (Charte du Forez no 1318). Ce terme générique est employé pendant de nombreuses années dans la plupart des actes passés. Ensuite, les termes « jas », « loge » et « buron » sont le plus souvent utilisés. Ce dernier se retrouve sur le versant auvergnat et paraît avoir été importé lors de la réalisation du cadastre napoléonien.

32Les abénévis (concession faite par le seigneur haut-justicier d’un droit (prise d’eau, coupe de bois, pâture…) moyennant le paiement d’une redevance), accordés par les seigneurs, sont généralement accompagnés de droits de prise d’eau, de ramassage ou de coupe de bois pour la construction ou la réparation des cabanes et des parcs. Des règlements comme sur le site de Colleigne sont établis afin de codifier l’usage et la présence en estive. Ces documents, archives précieuses, nous ont permis de compléter très opportunément les informations de terrain.

Les résultats des sondages : datations et modes de construction

33Quelques éléments de chronologie relative ont été fournis par la céramique ramassée lors des prospections, mais ce sont surtout les sondages pratiqués sur quelques structures qui ont permis de préciser la chronologie de ces occupations. Les fouilles ont ainsi mis en évidence une large période de fréquentation et d’installation dans les Hautes Chaumes.

34L’Ens23c, à la Chamboite, commune de Job (fig. 2), présentait à la prospection trois zones différentes par leur organisation et par la typologie des structures présentes. Deux campagnes de fouilles ont mis au jour une première occupation des viiie-ixe s. (datation 14C) et un abandon de cette partie du site au milieu du xive s., peut-être au profit de la zone haute où figurent de plus grandes structures. Ce site est aussi le seul cas recensé à ce jour d’ensemble ancien où l’apport d’eau a fait l’objet de travaux : ici, une retenue sous forme de bassin avec barrage et dérivation par un canal d’amenée. Les fouilles ont aussi montré que nous n’étions pas en présence de six structures similaires, mais de deux séries composées chacune de trois espaces aux usages différenciés : une occupation domestique, une cave ou une étable et un enclos.

Fig. 2 – Plan du site de la Chamboite (Job, 63) : regroupement de cabane et retenue d’eau

Fig. 2 – Plan du site de la Chamboite (Job, 63) : regroupement de cabane et retenue d’eau

Cliché : C. Mathevot.

35Les sondages et fouilles effectués sur une série d’ensembles (Ens02, 05, 40, 41 et Ens69) ont mis en évidence l’existence d’une grande similitude dans les méthodes de construction pour une période s’étalant entre le xve et le xviiie s. C’est l’opportunisme qui prévaut, tant dans l’utilisation de rochers existants que dans le choix des matériaux. L’utilisation de mottes de terre de bruyère et/ou de gazon ainsi que la présence du bois sont une constante, tandis que l’utilisation de la pierre est inégale suivant les sites et dépend surtout de sa présence aux alentours.

36L’hypothèse proposée, pour la réalisation de cette cabane, est la suivante :

  • En préalable, le relief de la pente est excavé jusqu’au terrain naturel. Une assise est préparée sur tout le pourtour de la structure. Elle peut être ensuite complétée et améliorée par un ajout de matériaux pour la fabrication du sol : empierrement avec des éléments provenant du creusement préalable, couche de gore épurée et damée. La goulotte peut avoir été laissée libre ou bien creusée.
  • Les moellons de terre, fabriqués lors du décaissement et mis de côté, sont empilés sur les assises périphériques.
  • Des poteaux de faible diamètre sont posés dans les goulottes en avant du mur en moellons de terre. Ils vont servir à tenir les planches du parement interne.
  • Les planches sont posées verticalement et bloquées par des bois ou branches. Il est possible qu’entre elles et le mur, de l’herbe séchée ou de la bruyère aient été disposées afin de les protéger de l’humidité et d’assurer une étanchéité.
  • Des traverses sont disposées en appui sur les murs de terre qui constituent la structure porteuse. Une toiture à deux ou quatre pans est installée. La couverture semble être constituée de l’association de chaume et de plaques de gazon, notamment pour la confection des faîtières.
  • Un contrebutement amont et aval est réalisé avec les matériaux issus des déblais. D’autres réflexions sont encore à conduire mais nous pouvons d’ores et déjà affirmer que l’idée habituellement proposée d’un habitat précaire constitué par un trou recouvert de quelques branchages, utilisé annuellement, ne tient pas. Ces cabanes ne sont pas de simples constructions légères. Elles ont certainement demandé un temps non négligeable pour être construites individuellement dans un cadre et une réflexion collective, imposant une concertation entre les différents usagers. La mise en évidence, sur l’Ens69 de Pégrol (fig. 3), de modifications à la fois sur une cabane et sur la structure centrale (ou « fougau »), va dans le sens d’une occupation de plus longue durée avec de possibles abandons suivis de réoccupations.

Fig. 3 – Emplacement des sondages dans l’Ens69 (Pégrol à Valcivières-63) : structures nos 1 et 2, structure centrale no 3

Fig. 3 – Emplacement des sondages dans l’Ens69 (Pégrol à Valcivières-63) : structures nos 1 et 2, structure centrale no 3

DAO : J. Verrier (Gral).

Perspectives

37Ce programme de prospection thématique avec cette première triennale a montré l’intérêt de travailler sur ces zones de moyenne montagne en associant plusieurs disciplines et études. Les prospections et les quelques fouilles réalisées nous ont apporté des données importantes et inédites, notamment sur l’habitat pastoral des Hautes Chaumes à travers les siècles, mais aussi de nombreuses pistes de recherche encore à explorer.

38La question de l’occupation antique, qui a été abordée à la faveur de découvertes faites la dernière année de terrain, mérite, notamment, d’être approfondie sur les deux sites concernés. Le potentiel est bien là, à la fois pour la Protohistoire et l’Antiquité, même si la détection et la caractérisation de ces sites sont ardues, tout comme pour les sites plus anciens.

39Nous avons également pu constater l’apport indéniable des fonds Lidar à nos recherches. Il serait souhaitable que de nouvelles couvertures Lidar puissent être effectuées à l’avenir sur ces secteurs, lesquelles pourraient ainsi servir de support à de futures investigations archéologiques.

40Après ces quatre années de prospections, relevés, fouilles et recherches d’archives, il apparaît clairement que cette région de moyenne montagne peut encore faire l’objet de nombreuses recherches. Elle s’est largement révélée à la hauteur du potentiel historique, archéologique et environnemental pressenti pour ce secteur du Forez au début de ce programme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La Jacine (Job, 63) : vue aérienne par drone des sondages
Crédits Cliché : J. Verrier (Gral).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 2 – Plan du site de la Chamboite (Job, 63) : regroupement de cabane et retenue d’eau
Crédits Cliché : C. Mathevot.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 3 – Emplacement des sondages dans l’Ens69 (Pégrol à Valcivières-63) : structures nos 1 et 2, structure centrale no 3
Crédits DAO : J. Verrier (Gral).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88653/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Priscille Chapuis, « Les Hautes Chaumes des monts du Forez » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 23 juillet 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88653

Haut de page

Responsable d’opération

Priscille Chapuis

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search