Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2020Projets collectifs de rechercheRéseau de lithothèques en Auvergn...

2020
Projets collectifs de recherche

Réseau de lithothèques en Auvergne-Rhône-Alpes

Projet collectif de recherche (2020)
Responsable d’opération : Paul Fernandes
Notice rédigée avec Paul Fernandès

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Paléotime

Texte intégral

1À la fin de la triennale 2018-2020, le PCR Réseau de lithothèques en Auvergne-Rhône-Alpes offre un cadre nouveau pour la pétroarchéologie et s’engage pour une science ouverte, qui passe par la mise en place de formats d’échanges standardisés répondant à des normes internationales. Il contribue ainsi à la réalisation et la diffusion de fiches numérisées et harmonisées nécessaires à l’inventaire des lithothèques, à l’intégration des données dans un logiciel de SIG et à la caractérisation des échantillons géologiques et archéologiques prenant en compte la chaîne évolutive. Par ce biais, le PCR favorise la mise en relation des chercheurs et leur formation aux nouvelles méthodes et techniques.

2Le lancement en 2019 du GDR Silex et sa convergence avec les travaux des PCR Réseaux de lithothèques, dont le présent projet est la figure de proue, ont permis de catalyser de nombreuses actions jusqu’ici restées latentes. Durant cette période, et plus encore en 2020, le PCR a ainsi bénéficié en retour de son investissement, des outils d’harmonisation mis en place par le GDR (lexique, plateforme cartographique online...).

3En termes d’activités, l’année 2020 a été impactée par la pandémie du point de vue de l’organisation des réunions (en présentiel) et de l’accès aux collections, aux lithothèques ou au terrain. La réorganisation nécessaire de nos agendas s’est toutefois avérée profitable. Le temps ainsi libéré a permis de mettre à plat nos actions, nos résultats et les projets en cours. Nous avons dès lors acquis la certitude que la raison d’être du PCR est de fournir à ces membres et collaborateurs le pouvoir d’agir dans un cadre qui leur permet de gagner en compétence. Cette volonté centrale nous pousse, non seulement au renouvellement méthodologique entrepris ces dernières années, mais également à une réflexion épistémologique sur l’évolution de nos démarches en termes de limites des approches considérées (techniques, conceptuelles ou théoriques) et d’impacts sur les autres champs de recherche notamment en Préhistoire (tracéologie, techno-économie, notion de site, notion de territoire, cartographie...).

4Ce travail est rendu possible par la convergence d’actions pluridisciplinaires. Il est développé selon six principaux axes qui sont à la fois patrimoniaux, scientifiques et didactiques, mobilisant des bases de données organisées selon un thésaurus idoine. Ces axes sont interdépendants et doivent permettre de poser les bases d’une structure offrant la possibilité à toutes les personnes concernées de bénéficier d’outils nécessaires à la compréhension des comportements techno-économiques, des rapports inter-lieux et donc des régimes de mobilité :

  • Axe 1 : Développement de l’outil lithothèque et missions sur le terrain ;
  • Axe 2 : Formation à la caractérisation des silex ;
  • Axe 3 : Développement d’un système d’information géographique partagé ;
  • Axe 4 : Harmonisation et normalisation des pratiques et des méthodes ;
  • Axe 5 : Applications au mobilier archéologique ;
  • Axe 6 : Diffusion et conservation des résultats.

5Rappelons ici l’énorme masse de données intégrées et produites par le PCR depuis ses débuts en 2006, soit 10 614 formations à silex cartographiées et vectorisées, 2 523 échantillons géologiques inventoriés et plus de 200 types géologiques caractérisés tout cela, selon les normes partagées par la communauté des chercheurs sur les archéomatériaux.

6La possibilité s’offre enfin à nous, de matérialiser ces données harmonisées par notre contribution à la création d’une base de données nationale (prototype en cours d’élaboration au sein du GDR par plusieurs de nos membres) et la publication de documents de synthèses (sous forme d’atlas) alliant la cartographie des formations à silicites, enfin disponible pour l’Auvergne-Rhône-Alpes, et leur caractérisation pétrologique afin de proposer aux acteurs de la recherche archéologique des documents détaillant le potentiel lithologique d’espaces définis. En cela, nous contribuons à une exploitation raisonnée des possibilités offertes par le numérique, ainsi qu’à de nouvelles opportunités en matière de données interopérables, de moyens de les traiter et de les valoriser dans une logique d’aide à la reconstitution des espaces de la Préhistoire.

7Les perspectives pour la prochaine triennale sont désormais bien arrêtées. Durant les trois dernières années, nous nous sommes concentrés sur la formation à la caractérisation des silex, la cartographie des géoressources et le travail de récolement des collections. Ces efforts ont porté leurs fruits puisqu’une nouvelle génération de chercheurs, désormais autonomes, est en capacité de présenter des données traçables et réutilisables, afin de participer activement aux axes priorisés par le PCR. Il est donc temps de retourner aux sources du projet et de se consacrer à la caractérisation pétrologique des échantillons présents dans nos lithothèques. La réalisation de plusieurs atlas à l’échelle départementale est désormais notre objectif principal pour la prochaine triennale, et ce, tout en poursuivant les autres actions du programme.

Fig. 1 – Exemple d’affichage de la carte vectorisée des formations à silex de la Drôme

Fig. 1 – Exemple d’affichage de la carte vectorisée des formations à silex de la Drôme

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 2 – Vue de l’affichage couplé entre la cartographie vectorisée des formations à silex et les cartes géologiques numérisées au 1/50 000e sur la plateforme AGOL

Fig. 2 – Vue de l’affichage couplé entre la cartographie vectorisée des formations à silex et les cartes géologiques numérisées au 1/50 000e sur la plateforme AGOL

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 3 – Dépôts oligocènes et échantillonnage du sable rouge

Fig. 3 – Dépôts oligocènes et échantillonnage du sable rouge

Cliché : H. Salomon (CNRS, université de Savoie).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Exemple d’affichage de la carte vectorisée des formations à silex de la Drôme
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 2 – Vue de l’affichage couplé entre la cartographie vectorisée des formations à silex et les cartes géologiques numérisées au 1/50 000e sur la plateforme AGOL
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88764/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Fig. 3 – Dépôts oligocènes et échantillonnage du sable rouge
Crédits Cliché : H. Salomon (CNRS, université de Savoie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88764/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Fernandes, Paul Fernandès, « Réseau de lithothèques en Auvergne-Rhône-Alpes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 juillet 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88764

Haut de page

Auteur

Paul Fernandès

Paléotime

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Paul Fernandes

Paléotime

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search