Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202069D – RhôneBeauvallon – Route de Varennes

2020
69D – Rhône

Beauvallon – Route de Varennes

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Sylvie Bocquet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Bocquet S. 2020 : Beauvallon (Rhône, Auvergne-Rhône-Alpes) route de Varennes, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le projet d’extension sud de la ZAE des Platières a occasionné la prescription d’un diagnostic, localisé en bordure orientale de la RD 342, à proximité de l’intersection des communes de Mornant à l’ouest, Chassagny à l’est et Montagny au nord. Il se trouve au nord de l’ancienne commune de Saint-Andéol-le-Château. Les 193 sondages, réalisés sur l’emprise de 112 009 m2 du projet, offrent une surface d’étude de 8 705 m2, ce qui représente 8,07 % de la superficie accessible.

2Le territoire dans lequel s’inscrit Beauvallon, en contrebas des monts du Lyonnais, à l’ouest, et en marge de la proche vallée du Rhône, à l’est, est occupé au moins depuis la période antique, comme l’illustrent le passage de l’aqueduc du Gier traversant Mornant ou le site de la villa de Goiffieux à Saint-Laurent-d’Agny, exploité sous diverses formes entre le iie s. av. J-C. et le xie s. Les occupations et établissements romains qui pouvaient jalonner les environs de Beauvallon restent toutefois largement méconnus, en dehors de signalements dispersés de tombes, mal datées, de mobiliers isolés ou de fragments de tegulae, comme au lieu-dit Les Grande Bruyères où est projeté l’aménagement. Durant le Moyen Âge, plusieurs sites prieuraux, ecclésiaux ou castraux, sont connus à Chassagny, à Saint-Andéol-le-Château, deux anciennes communes composant, avec celle de Saint-Jean-de-Touslas, la commune nouvelle de Beauvallon, ou bien encore à Mornant. L’origine de ces localités est supposée remonter aux vie-viie s., sans preuve archéologique. Une large partie de ce territoire dépend, dès le ixe s., de l’abbaye de Saint-Martin de Savigny, implantée au cœur des monts du Lyonnais, à 35 km au nord-ouest.

3Du point de vue géomorphologique, le site diagnostiqué se trouve sur un interfluve entre deux ruisseaux affluents, le Jonan et le Broulon, du Mornantet, lui-même affluent du Garon, puis du Rhône (étude O. Franc). Cet interfluve est échancré de petits vallons secs ou occupés par des étangs anthropiques. L’emprise du projet se tient en partie sur le flanc supérieur sud-ouest d’un de ces vallons. Elle regroupe des parcelles actuellement en culture, en pré, en friche, servant à du stockage de matériaux de démolition, ou bâtie, pour l’une d’elles. La moitié sud de cette emprise (zone 1) atteste un pendage du nord-est vers le sud-ouest, passant de 320,50 m à 307 m NGF et représentant une pente de 6 %. Néanmoins, cette topographie en pente apparaît en partie modelée au cours du xxe s. La moitié nord de l’emprise (zone 2) montre des terrains plans, autour de 319-320 m NGF.

4Le substrat rocheux granitique, cohérent ou arénisé, a été atteint dans quasiment tous les sondages. Au-dessus, se développent des colluvions sablo-limoneuses, qui témoignent d’horizons pédologiques. Les sédiments retrouvés dans la pente (zone 1), peu épais et peu altérés, indiquent que le site est surtout affecté par des processus d’érosion, qui restent non datés en l’absence d’artefact. La partie sommitale, la zone 2 en particulier, est complètement érodée puisque n’affleure que le substrat rocheux ou arénisé, comme en témoigne la seule structure ancienne découverte, qui s’ouvre sous 0,30 m de terre végétale.

5Il s’agit d’une fosse de 0,80 m de diamètre, conservée sur une profondeur de 0,43 m, qui a été mise au jour à 320 m NGF, au nord-est du site (sondage 2020 : fosse 2009). Son comblement contenait 57 fragments de céramique non tournée, retrouvés empilés au fond du creusement. Les tessons ont été déposés, après le prélèvement puis le bris du vase hors de la fosse et avant le comblement définitif de celle-ci. Un bloc de granite, en place contre la paroi, identifie un calage. La fosse est en effet destinée à recevoir la partie inférieure d’un gros vase, qui a certainement servi pour du stockage. J.-M. Treffort, qui en a réalisé l’étude, décrit une « jarre biconique à rebord court épaissi et lèvre plate, de 75 à 77 cm de largeur maximale estimée pour une hauteur sans doute proche de 70 cm. […]. La partie médiane de l’épaule est marquée par une large bande décorée horizontale, formée d’une ligne d’impressions digitées jointives surmontant quatre rangées de digitations grossières. » La jarre est attribuée au début de l’âge du Bronze final 1, d’après son profil, son décor et le traitement de surface de sa panse. Cette datation est confirmée par une analyse par radiocarbone réalisée sur un charbon de bois provenant du remplissage de la fosse (Beta-552478 : 3070 ± 30 BP, soit, après calibration, un intervalle de 1415 à 1236 av. J.‑C. en probabilités maximales).

6En l’état des connaissances, la structure est isolée. La découverte reste, selon J.-M. Treffort, intéressante, car « il est rare, pour les vases de grande taille de cette période, de disposer de profils complets ou presque complets ». En outre, dans le contexte régional, les dimensions de la jarre apparaissent relativement exceptionnelles. Des comparaisons sont possibles avec des vases connus à Ambérieu-en-Bugey (Ain) à la grotte du Gardon ou à Civrieux (Ain) Zac de Bergerie, pour le profil, ou encore à Saint-Pierre à Vaise (Lyon 9e) pour le décor de l’épaule.

7Ultérieurement, plusieurs drains linéaires, suivant diverses orientations, traversent l’emprise sondée, en particulier sur les parcelles méridionales en pente. Ces drains sont construits au moyen de blocs de granite disposés dans des tranchées étroites.

8Quelques-uns contiennent des fragments de terre cuite architecturale artisanale ou du mobilier céramique daté des xviiie ou du xixe s. (étude A. Horry). D’après une confrontation avec des cartes de cette période, aucun drain ne correspond à des limites parcellaires. La grande majorité est attribuée à la période moderne à contemporaine. Des drains en PVC datent clairement de la fin du xxe s. Tous témoignent d’une longue exploitation agricole du secteur et restaient actifs au moment du diagnostic.

9La proximité de la RD 342, qui relie Saint-Étienne à Lyon et dont l’origine reste à établir, alerte également sur l’éventualité de vestiges ou d’aménagements installés à ses abords, comme peut le rappeler la découverte d’une monnaie frappée en 1618, dans un sondage bordant la route (étude : C. Cécillon).

Fig. 1 – Restitution graphique d’une grosse jarre de stockage attribuable au début du Bronze final 1, d’après les tessons mis au jour dans la fosse 2009, en sondage 2020

Fig. 1 – Restitution graphique d’une grosse jarre de stockage attribuable au début du Bronze final 1, d’après les tessons mis au jour dans la fosse 2009, en sondage 2020

Dessin : J.-M. Treffort (Inrap).

Fig. 2 – Fosse (US 2009) contenant les restes d’une grosse jarre de stockage attribuable au début du Bronze final 1 (sondage 2020)

Fig. 2 – Fosse (US 2009) contenant les restes d’une grosse jarre de stockage attribuable au début du Bronze final 1 (sondage 2020)

Cliché : P. Constantin (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Restitution graphique d’une grosse jarre de stockage attribuable au début du Bronze final 1, d’après les tessons mis au jour dans la fosse 2009, en sondage 2020
Crédits Dessin : J.-M. Treffort (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 2 – Fosse (US 2009) contenant les restes d’une grosse jarre de stockage attribuable au début du Bronze final 1 (sondage 2020)
Crédits Cliché : P. Constantin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bocquet, « Beauvallon – Route de Varennes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 24 juillet 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88898

Haut de page

Auteur

Sylvie Bocquet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Bocquet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search