Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202069D – RhôneMontmelas-Saint-Sorlin – Chapelle...

2020
69D – Rhône

Montmelas-Saint-Sorlin – Chapelle Saint-Bonnet

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Véronique Monnoyeur-Roussel

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Monnoyeur-Roussel V. 2020 : Montmelas-Saint-Sorlin (Rhône, Auvergne-Rhône-Alpes) chapelle Saint-Bonnet, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’opération de diagnostic, prescrite en raison des travaux de restauration envisagés sur le site de la chapelle Saint-Bonnet, a concerné les élévations extérieures de la nef (fig. 1), intérieures et extérieures de l’ancienne tour du télégraphe, mais également trois sondages sédimentaires.

Fig. 1 – Façade sud de la chapelle (M. 2)

Fig. 1 – Façade sud de la chapelle (M. 2)

Clichés et photogrammétrie : Inrap.

2L’étude de bâti a mis en évidence l’hétérogénéité du bâtiment dont les maçonneries dissemblables traduisent des constructions, des reconstructions, des réparations successives. Les parties qui, à première vue, semblent les plus anciennes, apparaissent, dans le cadre fragmentaire du diagnostic, des éléments architecturaux réemployés. Cela semble le cas pour le portail roman, dont les nombreuses anomalies de montage suggèrent que les pièces le composant ont été réutilisées, réadaptées. C’est peut-être également le cas de la baie qui éclaire le gouttereau sud. Les encadrements, stylistiquement romans, sont liés aux murs qui les contiennent, mais eux-mêmes renferment de trop nombreux moellons réemployés. La nef, bien que possédant des ouvertures romanes, pourrait être une construction du bas Moyen Âge. Elle ne procède pas non plus d’une seule campagne de travaux. Le mur gouttereau sud de la chapelle (M. 1) possède au moins quatre états. L’abside se greffe tardivement sur la nef actuelle, certainement entre le xve et le xviie s. au regard du style de ses ouvertures.

3Des parties de cet ensemble architectural semblent néanmoins dater de l’époque romane, comme dans la tour, en particulier le mur nord sur environ 7 m de haut, l’arc d’ogive sur ses piliers, la trompe d’une coupole disparue et la porte en plein cintre menant au nord (fig. 2). Ce haut bâtiment porte le nom de tour parce qu’il a servi au xixe s. de tour télégraphe, mais sa morphologie l’apparente à un clocher. La situation du clocher au-devant de la nef est peu courante. La découverte dans le sondage 3 des vestiges d’un mur très arasé, mais possiblement dans le prolongement du mur sud du clocher, évoque l’existence d’une ancienne nef à l’ouest de celui-ci. Cette hypothèse est renforcée par la présence de tombes qui longent le parement sud du mur. Cette maçonnerie se trouve immédiatement sous la terre végétale.

Fig. 2 – Mur nord du clocher, parement intérieur avec la porte romane et la trompe

Fig. 2 – Mur nord du clocher, parement intérieur avec la porte romane et la trompe

Photogrammétrie : Inrap.

4De nombreuses autres tombes ont été aperçues dans les sondages creusés au sud et au nord de l’actuelle nef (fig. 3). Elles témoignent de la présence d’un cimetière autour de l’édifice et de sa fonction funéraire à une époque donnée. Leurs vestiges archéologiques sont peu enfouis. Les sondages ont montré que les tombes sont apparemment bien conservées in situ, sous environ 0,50 m de recouvrement.

Fig. 3 – Les fondations de M. 2 et C. 31, la sépulture Sp. 49

Fig. 3 – Les fondations de M. 2 et C. 31, la sépulture Sp. 49

Sondage 2.

Cliché : équipe de fouille (Inrap).

5Une réduction dans la sépulture Sp.44 (sondage 1) se situe sous 0,38 m de recouvrement. Deux tombes, dans le sondage sud, sont creusées selon un axe nord-sud, comme contraintes par un bâtiment qui se développerait au sud du clocher. Les tombes, juste testées lors du diagnostic, n’ont pas fourni de mobilier datable précisément, si ce n’est que les fragments céramiques trouvés appartiennent à l’époque médiévale. La typologie des tombes, rupestres ou à coffrages, certaines trapézoïdales, fermées par de lourdes dalles, sièges de sépultures primaires, mais aussi secondaires avec la présence de nombreuses réductions, converge vers une datation proche du Moyen Âge central. Toujours est-il, qu’au moment où l’on enterre autour de ce bâtiment religieux, Saint-Bonnet n’est pas qu’une chapelle de dévotion. On y devine le prieuré Saint-Sorlin. Peut-être un bâtiment se développe-t-il au sud du clocher, tandis qu’une nef s’élève à l’ouest.

6L’histoire de la chapelle connue au travers des archives est succincte et confuse. Elle laisse sous-entendre que le site était à l’origine l’emplacement du prieuré Saint-Sorlin. Autour de 1370, une visite pastorale relate les destructions qu’il a subies. La lecture archéologique de la chapelle, dans le cadre limité d’un diagnostic, montre des démolitions et des campagnes de reconstructions qui pourraient trouver en partie une origine dans les dévastations évoquées par la visite paroissiale. Cette interprétation pourrait confirmer l’origine prieurale de l’édifice. Le prieuré, en grande partie démoli, aurait été alors reconstruit en privilégiant le massif oriental, les bâtisseurs récupérant sur le site même les matériaux de l’édifice détruit pour le reconstruire. Le bâtiment transformé par la suite en lieu de dévotion, puis en tour de télégraphe, continue alors d’être entretenu et transformé, brouillant par là son aspect primitif.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Façade sud de la chapelle (M. 2)
Crédits Clichés et photogrammétrie : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 831k
Titre Fig. 2 – Mur nord du clocher, parement intérieur avec la porte romane et la trompe
Crédits Photogrammétrie : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88998/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Fig. 3 – Les fondations de M. 2 et C. 31, la sépulture Sp. 49
Légende Sondage 2.
Crédits Cliché : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/88998/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Monnoyeur-Roussel, « Montmelas-Saint-Sorlin – Chapelle Saint-Bonnet » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 24 juillet 2021, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/88998

Haut de page

Auteur

Véronique Monnoyeur-Roussel

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Véronique Monnoyeur-Roussel

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search