Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202069D – RhôneSérézin-du-Rhône – 34 rue Clau...

2020
69D – Rhône

Sérézin-du-Rhône – 34 rue Claude-Brosse

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Antoine Valois

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Valois A. 2020 : Sérézin-du-Rhône (Rhône, Auvergne-Rhône-Alpes) 34 rue Claude Brosse, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’opération de diagnostic s’est déroulée sur la commune de Sérézin-du-Rhône, 34 rue Claude-Brosse, du 7 au 10 juillet 2020. La parcelle diagnostiquée est située sur l’emprise d’un projet de construction d’immeubles d’habitations qui a entraîné la prescription d’un diagnostic archéologique. Les sondages mécaniques ont permis de mettre en évidences plusieurs phases d’occupations réparties sur toute l’emprise. L’ensemble de ces vestiges archéologiques s’insère en bordure de l’Ozon, dans un ancien système alluvial complexe de type « méandriforme » dont la géométrie n’a pu être déterminée précisément à l’issue de notre intervention. En outre, un paléovallon a notamment été mis au jour non loin de la bordure occidentale du diagnostic.

2La plus ancienne période identifiée correspond au Néolithique. Elle a pu être caractérisée par l’intermédiaire d’un tesson de céramique prélevé dans une couche située à 1,70 m de profondeur, à un endroit où la stratigraphie du site se développe sur plus de 2,20 m d’épaisseur sans que le substrat géologique n’ait été atteint. Il s’agirait de l’un des plus anciens indices de fréquentation humaine dans ce secteur de Sérézin, voire sur l’ensemble de la commune.

3L’occupation archéologique la plus représentée sur l’emprise par les vestiges et niveaux mis au jour est rattachée à l’Antiquité, sans qu’aucun témoin d’une présence ou occupation protohistorique n’ait été identifié. Des vestiges, de nature et fonction diverses, ont été mis en évidence dans tous les sondages archéologiques réalisés. Ils prennent la forme de structures fossoyées (trous de poteaux, fosses, fossé) et de niveaux aménagés situés entre 0,75 et 1,30 m sous la surface. L’étude du mobilier céramique prélevé permet de proposer une fourchette chronologique comprise entre la période augustéenne, pour les premiers indices d’occupation, et le iie s. apr. J.‑C. pour les éléments les plus tardifs. En outre, une couche composée de galets, blocs en remploi et mobilier archéologique posé à plat (céramique antique et faune) est apparue dans le comblement du paléovallon sur 2 m de largeur environ (sondage 1 – F1), et pourrait renvoyer à un aménagement de bord de berge. L’occupation antique est également caractérisée par un niveau riche en charbons de bois observé très localement dans le sondage 4 à une profondeur comprise entre 1,05 et 1,35 m sous la surface (US 12). Il a livré un grand nombre de résidus d’activité de forge (scories de bas-fourneau, parois de foyer, battitures) associes à des restes fauniques et tessons de céramiques dont la forte fragmentation pourrait évoquer une zone de piétinement (ou niveau de circulation). L’étude céramologique des tessons récoltés dans ce niveau renvoie à la période augustéenne (-30-0).

4Les vestiges antiques mis au jour lors de cette opération pourraient se situer dans l’emprise du domaine rattaché à la luxueuse villa identifiée dans le secteur de la gare, environ 600 m plus au sud, dont l’occupation s’échelonne entre la période augustéenne et le milieu du iiie s. apr. J.‑C. L’Ozon pourrait alors marquer une limite naturelle forte en limite septentrionale du territoire rattaché à cette demeure (pars rustica ?). L’occupation mise au jour sur l’emprise pourrait aussi être en lien avec l’habitat antique détruit en 1971 lors de la construction du lotissement Le Hameau-de-Sérézin, à 300 m à l’est de l’emprise du diagnostic. L’étude stylistique des enduits peints qui avaient été recueillis proposait alors une datation autour de la première moitié du ier s. apr. J.‑C. Néanmoins, l’absence de fouille et la documentation peu exhaustive à son sujet ne permettent pas de déterminer sa nature et les fonctions qui lui étaient allouées.

5Des vestiges de la période médiévale ont pu être identifiés localement sur l’emprise. Il s’agit, pour l’essentiel, d’un court tronçon de caniveau (F2) mis au jour dans le sondage 2. La fouille de son comblement central a livré plusieurs tessons de céramique antique et trois tessons datés du Moyen Âge central (xe-xiie s.) pour les plus récents. Par ailleurs, ce caniveau est recouvert d’une épaisse couche argileuse (US 3), riche en mobilier antique (principalement des gros fragments de tegulae, imbrices et briques), qui nappe l’emprise sur toute sa superficie et pourrait avoir été rapportée durant la période médiévale, voire postérieurement, pour exhausser et exploiter une zone sujette aux crue régulières de l’Ozon.

6Enfin, deux fossés parallèles traversent l’emprise d’est en ouest. Ils sont uniquement recouverts de la terre végétale actuelle et comblés d’un sédiment homogène, sans litages apparents, sur toute leur épaisseur. Un aménagement constitué de dalles de grès a également été mis au jour dans l’une des tranchées en bordure de ces fossés. Il pourrait s’agir de témoins d’un ancien système de drainage ou d’irrigation connu dans le secteur au début du xxe s.

7Les indices d’une fréquentation au Néolithique et les occupations antique et médiévale identifiées lors de ce diagnostic confirment le potentiel archéologique sur l’ensemble du territoire de Sérézin-du-Rhône. Ils apportent de nouveaux éléments quant à la structuration antique de la commune en bordure l’Ozon, mais aussi pour l’occupation médiévale, qui, jusqu’alors, était principalement reconnue au sud de la gare ferroviaire.

Fig. 1 – Plan général de l’opération sur fond de plan aménageur

Fig. 1 – Plan général de l’opération sur fond de plan aménageur

Échelle : 1/500.

DAO : S. Couteau, F. Notier (Inrap).

Fig. 2 – Logs et stratigraphie

Fig. 2 – Logs et stratigraphie

Sondage 4.

Clichés : A. Valois (Inrap).

Fig. 3 – Vues de l’aménagement F1 et de la coupe nord-sud (F6, F7 dans la coupe)

Fig. 3 – Vues de l’aménagement F1 et de la coupe nord-sud (F6, F7 dans la coupe)

Sondage 1.

Clichés : F. Notier, A. Valois (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de l’opération sur fond de plan aménageur
Légende Échelle : 1/500.
Crédits DAO : S. Couteau, F. Notier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 2 – Logs et stratigraphie
Légende Sondage 4.
Crédits Clichés : A. Valois (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89074/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 – Vues de l’aménagement F1 et de la coupe nord-sud (F6, F7 dans la coupe)
Légende Sondage 1.
Crédits Clichés : F. Notier, A. Valois (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89074/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Valois, « Sérézin-du-Rhône – 34 rue Claude-Brosse » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 24 juillet 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/89074

Haut de page

Auteur

Antoine Valois

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Antoine Valois

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search