Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202038 – IsèrePresles – Grotte du Grand Serre

2020
38 – Isère

Presles – Grotte du Grand Serre

Fouille programmée (2020)
Responsable d’opération : Anne-Marie Moigne

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Muséum national d’histoire naturelle

Moigne A.-M. 2020 : Rapport de l’opération 2020, grotte du Grand Serre, Presles.

Texte intégral

1La campagne 2020 s’est déroulée sur deux semaines au mois de juillet 2020. Les effectifs prévus ont été réduits, car la zone de fouille ne comprend que quatre zones avec la distanciation préconisée. Les techniciens de l’équipe ayant dû reprendre le travail en présentiel au laboratoire, ils n’ont pu participer sur place que pendant une semaine. Les conditions d’hébergement et de travail en laboratoire de terrain ont été optimisées en fonction des conditions sanitaires. Une présentation des résultats s’est déroulée en plein air pour un public local très concerné et intéressé par les recherches.

2La préparation du chantier s’est trouvée perturbée par la venue récente de clandestins, qui ont grossièrement dégagé les protections des zones fouillées pour les combler par les sédiments remaniés repoussés vers les parois par les spéléologues lors du creusement du cheminement vers la salle du fond. Ce remaniement a mis au jour un gros plancher stalagmitique, continu sur l’ensemble de la paroi est. Ce plancher S4 avait fait l’objet d’une analyse infructueuse et sa fraîcheur sur cette partie sera un atout pour la suite. Le sédiment remanié a été tamisé à sec et les fossiles fragmentés ont été conservés et déterminés (56 dents et os déterminables).

3L’installation des zones à fouiller s’est donc déroulée dans une zone plus spacieuse. La zone J64 a été dégagée jusqu’à la paroi, ce qui a permis de découvrir, sous le gros plancher stalagmitique S4, des sédiments en place, des ossements et un éclat de silex. La zone J62 a été étendue sur l’ensemble du mètre carré, reprenant les niveaux C2, C3 et C4, pour rejoindre le niveau le plus profond fouillé au cours des campagnes précédentes. Conformément aux objectifs proposés, le carré J63, intermédiaire entre les deux zones déjà fouillées, a été également dégagé sur une épaisseur de 20 cm, indiquant que la couche C2 était une couche riche, avec des ossements peu fragmentés, correspondant plus précisément à l’aspect de conservation des collections anciennes. Il est maintenant plus facile de faire le lien entre les fouilles anciennes et la séquence actuellement en cours de dégagement. Cette zone, proche du plafond qui s’abaisse à cet endroit, a été protégée par les rejets des dégagements latéraux. Au total, 246 objets ont été coordonnés cette année, dont 144 dans la couche C2 qui n’avait pas été renseignée au cours des dernières campagnes. Les éléments de la couche C3, 100 objets, complètent ce niveau bien connu par les fouilles des années précédentes. Le matériel non coordonné est riche, petites esquilles et microfaune. Au cours du tri, nous avons prélevé les grains de quartz, émoussés ou sous forme de cristaux, qui permettent de compléter les analyses sédimentologiques. Les coupes stratigraphiques enregistrées ont été raccordées à celles des années précédentes et permettent de visualiser la séquence stratigraphique.

4La fouille au niveau du porche a été étendue, pour comprendre les phases d’effondrement de ce porche, préciser la stratigraphie de la charbonnière et atteindre les niveaux archéologiques holocènes et pléistocènes.

5Le suivi photogrammétrique du gisement a été réalisé à la fin de la campagne, pour mettre à jour les zones en cours de fouille, avec une attention particulière pour les coupes et la vision en plan. Ces relevés permettent de conserver précisément l’image de la fouille en 3D si quelques visiteurs malveillants viennent la perturber.

6Enfin, le campagne géophysique prévue n’a pas pu se mettre en place mais un nouveau relevé topographique, prenant en compte les données GPS et altitudinales a été conduit par un nouveau membre de l’équipe, spécialiste des enregistrements extrêmes.

7Les datations ICPQMS sur les carbonates des planchers et des fragments de stalactites issues du remplissage du site ont donné des âges autour de 104 +/- 4 ka, correspondant à une phase de concrétionnement importante (Interglaciaire MIS 5) dans la grotte, antérieure au remplissage.

8Les datations radio carbones des charbons de bois ont donné des dates récentes par rapport à la faune découverte dans les niveaux du fond ainsi que par rapport aux industries lithiques Les études paléoenvironnementales semblent toutes enregistrer une ouverture du paysage dans un contexte plus frais que l’actuel, ce qui ne correspond pas aux périodes indiquées par les charbons. Les analyses palynologiques pour les différents niveaux (couche 2 et pluie actuelle) et les résultats obtenus sur la corpulence des cerfs corroborent les résultats préliminaires indiquant une végétation plus ouverte que la végétation actuelle.

9La campagne de fouille prévue pour 2021 sera plus ambitieuse et plus longue pour atteindre les objectifs proposés pour ce triennal. La zone de fouille centrale a été complètement dégagée et bien préparée au centre de la cavité, ce qui permettra de mener de front, en décalé, le décapage des couches 2 (J63), couches 3 (J62) et C4 (J64 et J62).

10Pour la fouille du porche, l’objectif prévu pour 2020 n’a pas été atteint, faute de bras. Il manque près de 60 cm pour atteindre les niveaux archéologiques anciens. Néanmoins, cette fouille sera élargie comme prévu vers l’éboulis extérieur pour connaître l’extension de l’occupation humaine à l’avant du porche. Le nouveau relevé topographique permet d’envisager une recherche approfondie du système de fissuration du karst et de réaliser une campagne géophysique pour détecter les fissures à l’origine des sédiments et peut-être du matériel paléontologique dans la grotte.

Fig. 1 – Découverte d’une pointe en silex J64 C3 179 dans la couche 3, près de la paroi en cours de dégagement

Fig. 1 – Découverte d’une pointe en silex J64 C3 179 dans la couche 3, près de la paroi en cours de dégagement

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 2 – Vue en plan du carré J64

Fig. 2 – Vue en plan du carré J64

Restitution 3D : V. Pois.

Fig. 3 – Coupe ouest avec le plancher stalagmitique S4 dans la zone très altérée

Fig. 3 – Coupe ouest avec le plancher stalagmitique S4 dans la zone très altérée

Restitution 3D : V. Pois.

Haut de page

Bibliographie

Moigne A.-M. 2018 : Rapport 2018, grotte du grand Serre, Presles.

Moigne A.-M. 2019 : Rapport 2019, grotte du grand Serre, Presles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Découverte d’une pointe en silex J64 C3 179 dans la couche 3, près de la paroi en cours de dégagement
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 2 – Vue en plan du carré J64
Crédits Restitution 3D : V. Pois.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Fig. 3 – Coupe ouest avec le plancher stalagmitique S4 dans la zone très altérée
Crédits Restitution 3D : V. Pois.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Moigne, « Presles – Grotte du Grand Serre » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 27 juillet 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/89294

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Moigne

Muséum national d’histoire naturelle - UMR HNHP 7194 CNRS-MNHN-UPVD, EPCC-CERP

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Marie Moigne

Muséum national d’histoire naturelle - UMR HNHP 7194 CNRS-MNHN-UPVD, EPCC-CERP

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search