Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202038 – IsèreSaint-Romain-de-Jalionas – Le Vernai

2020
38 – Isère

Saint-Romain-de-Jalionas – Le Vernai

Fouille programmée (2020)
Responsable d’opération : Robert Royet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Royet R. 2020 : Le Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) Le secteur XIII, rapport de fouille 2020, Lyon, SRA, 3 vol.

Texte intégral

1La villa du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas, située dans la vallée du Rhône à une trentaine de kilomètres en amont de Lyon, a fait, depuis sa découverte en 1967, l’objet de plusieurs programmes de recherche centrés tant sur l’établissement que sur son domaine. Implantée en bordure de marais au centre d’une clairière et exposée à un environnement hydromorphe, elle a vécu un développement tout à fait exceptionnel. Si le gisement est surtout connu pour cette très grande villa s’étendant sur 13 ha, le site a également livré une succession d’occupations aristocratiques s’échelonnant depuis le iie s. av. J.‑C. jusqu’à la fin du Moyen Âge. L’épisode gallo-romain se décompose lui-même en deux établissements successifs dont le plus ancien couvre toute la période augustéenne et le second se développe sans discontinuité jusqu’au milieu du ve s.

2Faisant suite à une prospection radar qui avait mis en évidence un bâtiment considéré comme isolé hors du périmètre avéré de la villa, un sondage avait entraîné la découverte de dépôts de faune cachés et interprétés comme des gestes rituels.

3Le décapage conduit autour de ce bâtiment a montré que, loin d’être isolé, il appartenait en fait à une série de quatre ou cinq édifices appartenant à la première villa, mais qui perduraient au-delà de sa destruction accompagnant les premières décennies de la seconde villa.

4L’édifice faisant l’objet de la demande de fouille s’est révélé être une cave d’environ 25 m2 dont l’utilité est problématique (fig. 1). Cette construction enterrée profondément sur environ 90 cm est en effet ennoyée plusieurs mois par an malgré un réseau de drainage la ceinturant. Cette contrainte est de plus illustrée par un exhaussement du sol de près de 70 cm, semble-t-il sans beaucoup de succès, semble-t-il. Il est donc difficile de lui attribuer une fonction de stockage. Une autre originalité est la présence d’un creusement cuvelé placé juste derrière la porte d’entrée, que sa profondeur (90 cm sous le niveau du sol récent, soit environ 15 cm sous le sol initial), ne permet d’interpréter ni comme un puits ni comme un drain (fig. 2).

Fig. 1 – Vue aérienne du bâtiment XIII-A en fin de fouille

Fig. 1 – Vue aérienne du bâtiment XIII-A en fin de fouille

Cliché : S. Manent.

Fig. 2 – « Puits » bloquant l’accès de la pièce A.2

Fig. 2 – « Puits » bloquant l’accès de la pièce A.2

Cliché : équipe de fouille.

5Un deuxième édifice voisin présente des difficultés d’interprétation. Alors qu’à une exception près, la totalité des constructions de cette villa initiale reposent sur des fondations en tranchées de galets, ce bâtiment ne présente qu’une ou deux assises de soubassement non fondées. Cette originalité, qui se retrouve dans les maigres traces laissées par un troisième bâtiment, renvoie visiblement à une phase de construction datant des dernières années du ier s. av. J.‑C. et rencontrée ultérieurement à une seule reprise sur le site. Ce bâtiment, ainsi que ceux l’environnant, restent en fonctionnement, eux aussi, jusqu’aux années 50 apr. J.‑C. Cette spécificité chronologique, qui ne se retrouve nulle part ailleurs sur le site, est d’autant plus surprenante qu’elle concerne des édifices de l’ancienne villa qui vont perdurer pendant plus d’une génération alors même qu’ils sont situés hors de l’emprise du nouveau palais.

6Accompagnant ces constructions, la campagne 2020 a permis d’en aborder les espaces extérieurs et mis en évidence, ce qui semble, en l’attente d’une vérification, être une plantation horticole dont le statut reste toutefois à examiner à l’issue d’une extension du décapage.

7Les contraintes liées à la Covid ayant ralenti la fouille une nouvelle autorisation de fouille sera déposée pour 2021.

Fig. 3 – Bâtiment XIII-B : état en fin de fouille

Fig. 3 – Bâtiment XIII-B : état en fin de fouille

Le niveau XIII-1433 et la palissade apparaissent dans la pièce B.1.

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 4 – Vue aérienne de la zone C

Fig. 4 – Vue aérienne de la zone C

Cliché : S. Manent.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue aérienne du bâtiment XIII-A en fin de fouille
Crédits Cliché : S. Manent.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 – « Puits » bloquant l’accès de la pièce A.2
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89370/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 3 – Bâtiment XIII-B : état en fin de fouille
Légende Le niveau XIII-1433 et la palissade apparaissent dans la pièce B.1.
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89370/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 773k
Titre Fig. 4 – Vue aérienne de la zone C
Crédits Cliché : S. Manent.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89370/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Royet, « Saint-Romain-de-Jalionas – Le Vernai » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 27 juillet 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/89370

Haut de page

Auteur

Robert Royet

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Robert Royet

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search