Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202038 – IsèreVienne – Création de microcentral...

2020
38 – Isère

Vienne – Création de microcentrales hydroélectriques et rétablissement de la continuité écologique de la Gère

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Marc Guyon

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Guyon M. 2021 : Vienne (Auvergne-Rhône-Alpes, Isère) création de microcentrales hydroélectriques et rétablissement de la continuité écologique de la Gère, rapport de diagnostic, Paris, Inrap.

Texte intégral

1L’intervention subaquatique menée dans la Gère à Vienne a permis de positionner quelque rares structures se trouvant dans le lit de la rivière, à proximité des seuils faisant l’objet de cette prescription archéologique.

2Le seuil du Pont de la Déviation ne présente aucune autre structure archéologique à ses abords. Sa fondation est probablement mise en œuvre vers 1891 ± 30 apr. J.‑C. Du reste, il n’est pas encore construit à la fin du xixe s. ou tout début xxs., comme le montre une carte postale ancienne ayant une oblitération en 1908.

3Le seuil Béal présente deux structures archéologiques linéaires composées de plusieurs pieux, respectivement datées des xviie et xviiie s. Ces deux structures se trouvent en aval du seuil et sont placées parallèlement au seuil à une distance de 4 m. Dans la partie amont du seuil, entre la palée de pont et la partie amont du seuil, un groupe d’une soixantaine de pieux est présent. L’un des pieux, le seul échantillonné, est daté du xviie s. (1637 ± 30 apr. J.-C.). Ce groupe se détache bien du seuil et fait partie, sans aucun doute, d’une structure ancienne disparue. Faut-il voir ici l’emplacement du moulin figuré sur la carte de Cassini ?

4Le seuil Dyant ne présente aucune structure archéologique à ses abords. La fondation de la passe à poissons est probablement mise en œuvre vers 1852 ± 30 apr. J.‑C. D’un point de vue chronologique, il y a bien des vestiges d’une occupation antérieure à la création des seuils Béal et Redsdikian mais il est difficile d’établir si cette occupation est en rapport avec la rivière ou si elle liée à une activité à terre. Suite à la création de ces seuils, le cours de la rivière a été probablement modifié. La structure se trouvant au centre est composée de 10 pieux. L’un d’eux a été daté de 1681 ± 30 apr. J.‑C. La seconde structure, se trouvant côté rive gauche, est composée de 21 pieux dont l’un d’eux a été daté de 1735 ± 30 apr. J.‑C. Ces deux structures linéaires font elles partie d’une seule et même structure malgré la différence de 54 années affichées entre les deux pieux datés ? Quant au seuil proprement dit, sa fondation est probablement mise en œuvre au milieu du xixe s. (vers 1840 ± 30 apr. J.‑C.). Il est figuré pour la première fois sur un plan topographique en 1846.

5Le seuil Redsdikian semble être mis en œuvre dans la seconde moitié du xixe s. (vers 1865 ± 30 apr. J.‑C.). Il ne figure pas sur le plan topographique de 1846. Les vestiges d’une palée de pont en bois sont visibles sous la passerelle actuelle permettant d’accéder à la rive gauche depuis la rue Victor-Faugier. Cette palée est constituée de quatre pieux dont l’un a été daté de 1852 ± 30 apr. J.‑C. Le seuil en lui-même présente plusieurs réparations. L’une d’entre elles est datée de 1931 ± 30 apr. J.‑C. Sur l’ensemble de la prescription, les seuils sont visibles en partie aérienne et en partie subaquatique, les fondations sont, elles aussi, visibles. Quelques groupes de pieux, n’appartenant pas à ces différents seuils, sont présents dans le lit de la Gère, notamment au niveau des seuils Béal et Redsdikian. Il n’existe aucun recouvrement des vestiges.

6Aucun des seuils n’a été modifié suite à l’intervention archéologique. Seuls des prélèvements de bois sur quelques pieux et palplanches ont été effectués pour datation 14C.

Fig. 1 – Vue de l’aval du seuil du Pont de la Déviation

Fig. 1 – Vue de l’aval du seuil du Pont de la Déviation

Cliché : F. Laurent (Inrap).

Fig. 2 – Quelques pieux du groupe 3 in situ, seuil Béal

Fig. 2 – Quelques pieux du groupe 3 in situ, seuil Béal

Cliché : F. Laurent (Inrap).

Fig. 3 – Parement aval du seuil Dyant

Fig. 3 – Parement aval du seuil Dyant

Cliché : F. Laurent (Inrap).

Fig. 4 – Déversoir latéral du seuil Redsdikian

Fig. 4 – Déversoir latéral du seuil Redsdikian

Cliché : Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de l’aval du seuil du Pont de la Déviation
Crédits Cliché : F. Laurent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre Fig. 2 – Quelques pieux du groupe 3 in situ, seuil Béal
Crédits Cliché : F. Laurent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 3 – Parement aval du seuil Dyant
Crédits Cliché : F. Laurent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 4 – Déversoir latéral du seuil Redsdikian
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Guyon, « Vienne – Création de microcentrales hydroélectriques et rétablissement de la continuité écologique de la Gère » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 27 juillet 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/89588

Haut de page

Auteur

Marc Guyon

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marc Guyon

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search