Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202038 – IsèreVizille – Étude archéologique de ...

2020
38 – Isère

Vizille – Étude archéologique de la pièce d’eau du château

Sondage (2020)
Responsable d’opération : Cécile Travers

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Archéoverde

Travers C. 2020 : Rapport de sondages archéologiques, étude archéologique de la pièce d’eau du château de Vizille (Isère), Archéoverde.

Texte intégral

1Cette opération de sondages archéologiques menée en amont du projet de restauration de la grande pièce d’eau irrégulière du parc du château de Vizille (Isère), engagé par le département de l’Isère propriétaire du site, avait pour but de mettre au jour des éléments tangibles susceptibles de nourrir le projet et de définir plus précisément le programme de travaux à réaliser. En tout, huit sondages ont été effectués sur l’emprise du projet. Il s’agissait de localiser plus précisément les murs de rive de la grande pièce d’eau et du canal de Vaulnaveys créés en 1835, et d’étudier leur mode d’étanchéité originel, tout en profitant de ces sondages opportunistes pour repérer les aménagements du parc xviie (nappe d’eau et parterre) potentiellement conservés dans le sol.

2Les sondages réalisés au bord du canal de Vaulnaveys n’ont pas révélé de maçonneries de rive. Si celles-ci ont existé, elles ont été érodées par le courant.

3Les murs de rive est et ouest de la pièce d’eau actuelle, héritée de la transformation du parc classique xviie-xviiie en parc « à l’anglaise » initiée par Adolphe Périer aux alentours de 1835, ont, quant à eux, pu être localisés et étudiés. De grands tronçons sont toujours en place et constituent encore la ligne de berge actuelle, mais d’autres sont immergés dans le lit du plan d’eau, parfois à plusieurs mètres de la berge actuelle. Il s’est juste agi de faire baisser le niveau de l’eau de 0,30 m pour les retrouver. Ils sont construits avec un mortier de chaux et sable non hydraulique, et ne comportent pas de dispositif d’étanchéité de type corroi argileux. Ainsi, cette pièce d’eau fonctionnait comme un ouvrage drainant, recueillant les écoulements souterrains circulant dans le sous-sol du parc.

4La baisse du niveau de l’eau a permis de mettre au jour plusieurs structures maçonnées localisées sur la rive est, susceptibles d’appartenir aux équipements originels de cette pièce d’eau : un pont en rocaille apparaissant sur un dessin de 1835, un élément décoratif en rocaille ponctuel, et un possible petit débarcadère. Par ailleurs, l’analyse des coupes stratigraphiques a permis d’identifier deux fosses de plantation correspondant à des arbres situés à 2 m de la berge, très vraisemblablement plantés à l’époque de Périer, ainsi qu’une petite allée secondaire en gravillons permettant d’accéder au bord de la pièce d’eau depuis la grande allée de la rive ouest. Présente sur un plan de 1925, celle-ci a disparu du paysage au cours du xxe s.

5Concernant les aménagements du xviie s., d’après la superposition de tracés historiques, nous aurions dû recouper le mur de rive ouest du grand canal régulier appelé « nappe d’eau », aménagé en 1665, dans deux de nos sondages. Or aucune maçonnerie ni tranchée de récupération de maçonnerie n’a été observée. En l’absence de données complémentaires, l’hypothèse la plus probable est que ce mur est décalé de plusieurs mètres vers l’ouest par rapport à sa localisation estimée. Cela est très surprenant, car, du côté est, une portion du mur de rive de cette nappe d’eau est apparue exactement à l’endroit où la superposition de tracés le laissait supposer. La nature technique de ce mur, observé sur 5 m de long, est similaire à celle des murs de la pièce d’eau du xixe, ce qui laisse penser que la nappe d’eau du xviie fonctionnait déjà comme un ouvrage drainant.

6Les sondages réalisés sur l’emprise du parterre xviie-xviiie s. ont permis de mettre au jour une partie des vestiges du bassin central, de la branche orientale de la croix du parterre traversée par ce que nous avons interprété comme un ponceau en pierre de taille et un aqueduc en planches, ainsi que la probable trace en négatif du bassin central du carré sud-ouest. Nous avons également observé la trace d’une allée du carré nord-est, et les restes de l’allée aménagée à la place du canal oriental de la croix du parterre, entre 1745 et 1825. Tous ces aménagements ont été spoliés, mais leurs vestiges sont scellés sous les remblais de nivèlement rapportés en 1835 lors de la création du parc « à l’anglaise ».

7Ces découvertes vont permettre de définir plus précisément les orientations du projet de restauration de la pièce d’eau xixe. Elles ont également permis d’attester que les vestiges du jardin du xviie s. sont toujours partiellement conservés dans le sous-sol du parc.

Fig. 1 – La pièce d’eau en 1835

Fig. 1 – La pièce d’eau en 1835

Chatelain, croquade au crayon des jardins de Vizille appartenant à M. Adolphe Périer composé sur les lieux, 25 octobre 1835, détail.

Archives Départementales de l’Isère.

Fig. 2 – Le mur de rive ouest originel immergé dans le lit actuel de la pièce d’eau

Fig. 2 – Le mur de rive ouest originel immergé dans le lit actuel de la pièce d’eau

Cliché : C. Travers (Archéoverde).

Fig. 3 – Vestiges du bassin central du parterre xviie s. observés dans le sondage S.3

Fig. 3 – Vestiges du bassin central du parterre xviie s. observés dans le sondage S.3

Cliché : C. Travers (Archéoverde).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La pièce d’eau en 1835
Légende Chatelain, croquade au crayon des jardins de Vizille appartenant à M. Adolphe Périer composé sur les lieux, 25 octobre 1835, détail.
Crédits Archives Départementales de l’Isère.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 2 – Le mur de rive ouest originel immergé dans le lit actuel de la pièce d’eau
Crédits Cliché : C. Travers (Archéoverde).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 3 – Vestiges du bassin central du parterre xviie s. observés dans le sondage S.3
Crédits Cliché : C. Travers (Archéoverde).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Travers, « Vizille – Étude archéologique de la pièce d’eau du château » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 27 juillet 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/89625

Haut de page

Auteur

Cécile Travers

Archéoverde

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cécile Travers

Archéoverde

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search