Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202038 – IsèreNord-Isère

2020
38 – Isère

Nord-Isère

Prospection diachronique (2020)
Responsable d’opération : Simon Cahanier

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Société archéologique de Bron

Cahanier S. 2020 : Rapport annuel de prospection-inventaire, campagne 2020, région Auvergne-Rhône-Alpes, département de l’Isère (38) Trept, Soleymieu, Courtenay, Sab, société archéologique de Bron.

Texte intégral

1La campagne de prospection inventaire menée en 2020 par la Société archéologique de Bron sur les communes iséroises de Trept, Soleymieu et Courtenay avait pour objectif de compléter et de nuancer les données acquises sur l’occupation protohistorique et antique de ce territoire depuis 2013. Outre ces trois communes, celle de Saint-Hilaire-de-Brens a également fait l’objet de recherches dans ce cadre jusqu’en 2018. La campagne 2020, quoique singulièrement écourtée par la crise sanitaire, a permis de préciser notre connaissance de l’occupation ancienne de la frange sud-ouest du plateau calcaire de l’Isle Crémieu, à l’endroit où il entre en contact avec la zone anciennement marécageuse de la vallée du Catelan (bras oriental des marais de Bourgoin-La Verpillière).

2Dix sites ou indices de sites, dont huit inédits, ainsi que deux artefacts antiques isolés, ont été étudiés au cours de la campagne. De vastes vides archéologiques apparents ont par ailleurs été cartographiés. La totalité des sites prospectés ont été datés de l’Antiquité gallo-romaine, bien que l’occupation de certains semble remonter à la fin de la période laténienne.

3Aucune prospection n’a pu être réalisée sur la commune de Trept, faute de secteurs accessibles et en raison des restrictions imposées dans le contexte de la crise sanitaire.

4À Soleymieu, douze prospections ont été réalisées sur l’ensemble du territoire communal. Elles ont permis de découvrir cinq sites inédits. Le site du lieu-dit Le Versant correspond à un habitat de grande ampleur divisé en deux espaces signalés par de fortes concentrations de fragments de terre cuite architecturale. Seule la concentration nord (300 m2) a pu être étudiée. Le mobilier céramique recueilli permet de dater l’occupation du Haut-Empire. Aux lieux-dits Petit Mollard et Mollard Monin, des épandages de tegulae de faible ampleur n’ayant livré aucun fragment de céramique ont été interprétés comme les vestiges de bâtiments à vocation agricole. La découverte d’un fragment de tubulus isolé au Molard Monin semble attester de la présence d’un habitat luxueux non repéré à proximité du site. Aux lieux-dits Bois du four et Les Abereurs, des épandages de mobilier antique, vastes mais très diffus, ont été interprétés comme la trace d’activités agro-pastorales en plein air, la présence de mobilier pouvant ici s’expliquer par des pratiques anciennes d’amendement ou d’épandage de fumures. Il pourrait cependant s’agir de vestiges répartis en marge d’un site non repéré ou d’indices révélant la présence d’un édifice entièrement détruit dont les matériaux ont été dispersés. La présence, aux Abereurs, de sigillée et de céramique à revêtement argileux non grésé permet de dater l’occupation du Haut-Empire.

5À Courtenay, neuf prospections, concentrées dans la partie ouest du territoire communal, ont été réalisées et ont permis l’étude de cinq sites, dont trois inédits. Trois d’entre elles ont été consacrées à la poursuite du carroyage du site du Marché, initié en 2018. Ce site correspond à une vaste ferme composée d’au moins deux bâtiments ou ensembles de bâtiments couverts en tuiles. La réalisation d’un carroyage (carrés de 5 m de côté) a permis de mettre en évidence une différenciation fonctionnelle des espaces entre un secteur à vocation domestique (bâtiment A) et un secteur consacré à d’autres activités, vraisemblablement agricoles (bâtiment B). Les prospections réalisées au cours de la campagne 2020 ont permis de compléter les recherches sur le bâtiment B, en particulier d’en définir les limites. Celles-ci ont presque partout été atteintes, si ce n’est au nord-ouest, ce qui permet d’évaluer la superficie du bâtiment à 500 m2 environ. Il était donc de bien plus petite ampleur que le(s) bâtiment(s) du secteur A dont la superficie est évaluée à 800 m2 au moins. La découverte de nombreux éléments architecturaux indique que la maçonnerie du bâtiment B était constituée partiellement ou totalement de gros blocs de pierre (galets, dalles de calcaire) liés entre eux par un mortier de chaux. L’absence de tels vestiges dans le secteur A laisse penser que le mode de construction des deux bâtiments n’était pas le même et invite à questionner la contemporanéité de leur édification. La contemporanéité de leur fonctionnement, en revanche, ne fait aucun doute dans la mesure où les mêmes catégories de céramiques ont été trouvées sur la totalité du site. Le mobilier recueilli en 2020 confirme que l’occupation a été apparemment continue entre le ier et le iiie s. apr. J.‑C. Quelques indices indiquent que l’occupation a pu commencer dès l’époque augustéenne, voire l’époque tardo-républicaine (dolium, céramique à vernis rouge pompéien), et qu’elle a pu se poursuivre au ive s. apr. J.‑C. Deux secteurs périphériques du bâtiment B méritent une attention particulière. L’espace entre les bâtiments A et B peut être interprété comme une cour non couverte qu’occupait une structure centrale dont nous avons découvert plusieurs fragments, sous la forme de blocs de mortier de chaux présentant un aspect de surface différent de celui ayant servi à l’édification du bâtiment B. Au nord de cet édifice, la découverte de plusieurs fragments d’amphores dispersés dans une zone ne présentant pas de fragments de tegulae invite à supposer la présence dans ce secteur d’un espace de rejet des déchets domestiques.

6Au lieu-dit Ferme de Salette, une concentration assez vaste (4 000 m2) de fragments de tegulae et d’imbrices pourrait correspondre aussi bien à un bâtiment agricole qu’à un habitat, les mauvaises conditions de prospection n’ayant pas permis de relever du mobilier céramique en quantité satisfaisante ou d’attester son absence du site. Les trois sites de La Croix, Les Sétives et Pré Cuzin correspondent à de vastes épandages très diffus (de 15 000 à 50 000 m2) de fragments de tegulae et d’imbrices de petite taille. Ils ont été interprétés comme les traces de pratiques agraires anciennes, amendements ou épandages de fumure. Le site de La Croix se trouve dans l’environnement immédiat du site de Marché et pourrait lui être associé. Il faut, enfin, signaler la découverte, au lieu-dit Barbès, d’un profil de tegula isolé.

7Ces recherches ont permis de préciser le tableau de l’occupation antique de l’Isle Crémieu, en particulier sur la commune de Soleymieu et l’ouest de la commune de Courtenay. Pour l’Antiquité, des groupements hiérarchisés de sites d’ampleur et de fonction variables (uillae, fermes, petits habitats, sites à tegulae correspondant à des bâtiments agricoles et zones cultivées) se dessinent de plus en plus nettement autour de sites de grande ampleur (uillae ou grandes fermes) dont le rôle structurant dans l’occupation du territoire apparaît nettement. Les sites ayant livré du mobilier céramique montrent que la majorité des sites se sont implantés au cours du ier s. apr. J.‑C., même s’ils succèdent parfois à des établissements antérieurs, et que leur abandon a été progressif entre la fin du iiie s. et le ve s. apr. J.‑C.

8Une attention toute particulière a été accordée au « bruit de fond », c’est-à-dire à la présence diffuse de fragments de terre cuite architecturale antique (seuls les profils de tegulae ayant été considérés comme des marqueurs fiables), interprétée comme la trace de pratiques agricoles rarement perçues en fouille mais dont la prospection pédestre permet d’apprécier les espaces. Les sites appartenant à cette catégorie permettent ainsi de se faire une première idée de l’ampleur et de la localisation du « territoire » des exploitations agricoles antiques.

Fig. 1 – Plan des secteurs prospectés en 2013-2020 et des sites étudiés en 2020

Fig. 1 – Plan des secteurs prospectés en 2013-2020 et des sites étudiés en 2020

DAO : S. Cahanier.

Fig. 2 – Courtenay, Marché : nombre de fragments de terre cuite architecturale par secteur de carroyage, mettant en évidence la présence de deux ensembles bâtis

Fig. 2 – Courtenay, Marché : nombre de fragments de terre cuite architecturale par secteur de carroyage, mettant en évidence la présence de deux ensembles bâtis

DAO : S. Cahanier.

Haut de page

Bibliographie

Cahanier S. 2016 : Rapport d’activités 2016, prospection-inventaire en nord-Isère, Trept, Saint-Hilaire-de-Brens, Courtenay, Sab, société archéologique de Bron.

Cahanier S. 2017 : Rapport d’activités 2017, prospection-inventaire en nord-Isère, Trept, Saint-Hilaire-de-Brens, Courtenay, étude du mobilier des campagnes 2013 et 2014, Sab, société archéologique de Bron.

Cahanier S. 2018 : Rapport de prospection-inventaire 2018, Trept, Saint-Hilaire-de-Brens, Courtenay, Sab, société archéologique de Bron.

Cahanier S. 2019 : Rapport annuel de prospection-inventaire, campagne 2019, département de l’Isère, Trept, Soleymieu, Courtenay, Sab, société archéologique de Bron.

Lemaître É. 2014 : Trept & Courtenay, prospection-inventaire en nord-Isère 2014, Sab, société archéologique de Bron.

Torrione J.-F. 2013 : Prospection-inventaire en nord-Isère.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des secteurs prospectés en 2013-2020 et des sites étudiés en 2020
Crédits DAO : S. Cahanier.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre Fig. 2 – Courtenay, Marché : nombre de fragments de terre cuite architecturale par secteur de carroyage, mettant en évidence la présence de deux ensembles bâtis
Crédits DAO : S. Cahanier.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/89660/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Cahanier, « Nord-Isère » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 27 juillet 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/89660

Haut de page

Auteur

Simon Cahanier

Société archéologique de Bron

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Cahanier

Société archéologique de Bron

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search