Navigation – Plan du site
2001

GAZODUC Les Marches de l'Est, tronçon 3

les Châtelaines, site 4, un établissement gallo-romain
Responsable(s) des opérations : Jean-Jacques Thévenard
Notice rédigée par : Jean-Jacques Thévenard

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : F1388200105511

Date de l'opération : 2001 (PT)

1Les investigations archéologiques menées préalablement à la mise en place du gazoduc sur le territoire de Vaux-la-Grande, ont révélé l'existence, lieu-dit "les Châtelaines", d'une occupation des lieux au cours du Bronze final. L'occupation reprend vers le milieu du Ier siècle de notre ère, avec l'implantation d'un domaine à vocation rural qui demeure en activité jusqu'au IIIe siècle de notre ère.

L'occupation protohistorique

2Les observations relatives à cette période se limitent à la découverte de la seule structure St. 7 qui a été individualisée en limite est de l'emprise du gazoduc. La fouille de cette fosse, aux contours irréguliers de 1,70 m x 1,30 m, d'une profondeur conservée de 0,30 m sous le niveau de décapage, a livré une fusaïole en terre cuite et pas moins de 11 245 grammes d'une céramique non tournée protohistorique très fragmentée (486 tessons), datable de la fin de l'âge du Bronze (Bronze final IIIb ou Hallstatt ancien).

L'occupation gallo-romaine

3L'occupation antique du site est attestée par la présence d'une installation à vocation rurale. Ces vestiges, particulièrement arasés, font partie d'un domaine repéré, en prospection aérienne, dès 1992.

4Deux types de constructions ont été reconnus. Le premier type (bâtiment B1) est élaboré à partir d'une armature de pièces de bois enfoncées dans le sol dont on ne retrouve plus aujourd'hui que les fosses d'implantation (avant-trous) ; le deuxième est illustré par les murs découverts dans la partie sud du chantier dont ne subsistent que les radiers de fondation (bâtiment B2). Les autres indices d'occupation relevant de cette phase sont constitués d'un chemin creux, de deux fossés et d'une clôture de parcellaire, de deux drains empierrés, de fosses et autres petits creusements assimilables à des trous de poteau mais qui n'ont pu être rattachés à un plan de bâtiment ou d'aménagement définissable. D'un point de vue chronologique, l'étude céramique tend à mettre en exergue, malgré des ensembles peu fournis, une présence continue sur le site depuis le milieu ou la fin du Ier siècle de notre ère jusqu'au IIIe s. inclus.

5THÉVENARD Jean-Jacques

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Jacques Thévenard, « GAZODUC Les Marches de l'Est, tronçon 3 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Lorraine, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/9015

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Jacques Thévenard

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals