Navigation – Plan du site
2001

Milly-sur-Bradon

Ballastière du Châtelet, Mouzay
Responsable(s) des opérations : Stéphanie Jacquemot
Notice rédigée par : Gilles Mangin, Xavier Margarit et Stéphanie Jacquemot

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : F1355200100022

Date de l'opération : 2001 (EV)

1Les Sablières du Chatelet Mouzay font, depuis 1995, l'objet d'une reconnaissance archéologique systématique, préalable à chaque phase de décapage annuel. Jusqu'alors, aucun indice significatif n'avait été mis au jour. En 2001, une nouvelle tranche d'environ 3 ha a fait l'objet d'un diagnostic, réalisé en deux temps par Gilles Mangin et Stéphanie Jacquemot. Les sondages ont mis au jour les vestiges d'une occupation protohistorique sur environ un quart du terrain. En raison du coût de la fouille préventive, le sablier a souhaité abandonner une partie de son exploitation au profit de la conservation des vestiges. Toutefois, une zone restreinte en bout de terrain, qui comprenait une fosse isolée, a fait l'objet d'un sauvetage urgent confié à Xavier Margarit (voir  infra), permettant ainsi au sablier de réaliser un chemin d'accès pour l'exploitation.

Résultats de la campagne de diagnostic

2Sur les 3 ha sondés, on observe deux zones distinctes d'occupation. La première, estimée à 1 400 m2, est située en limite nord de l'emprise de la carrière. Elle est matérialisée par une seule structure de type fosse apparaissant sous la terre végétale, associée à du mobilier céramique protohistorique épars conservé dans un niveau peu lisible. Cette zone fera l'objet d'une petite opération de sauvetage. La deuxième se situe en limite est de l'emprise de la carrière et couvre environ 6 000 m2 du terrain. Le site est principalement caractérisé par la présence de nombreux pieux en bois alignés conservés dans les niveaux argilo-sableux de la nappe phréatique pérenne, apparaissant à - 1,20 m sous la terre végétale. Ces éléments, associés à de la céramique indigène ainsi que de la faune, s'apparentent à un aménagement de berge aux abord d'un paléochenal de la Meuse. L'étude dendrochronologique réalisée sur deux échantillons de pieux n'amalheureusement pas permis de préciser leur date d'abattage, en raison de la mauvaise conservation des cernes. Cette zone sera mis en réserve par le sablier.

Résultats du sauvetage

3La zone, décapée sur 500 m2, a livré 4 structures en creux qui ont fait l'objet d'un échantillonnage. Un logs stratigraphique a été réalisé dans l'horizon à céramique. La structure 1 correspond à un trou de poteau apparemment isolé. La structure 2 correspond à une petite fosse sub-quadrangulaire profonde de 0,05 m remplie de charbon de bois attribuable à vidange de foyer. La structure 3 correspond à une petite fosse (0,25 m x 0,35 m) comblée, contenant du matériel céramique et osseux. La structure 4 est une fosse plus grande (0,95 m x 0,80 m) en cuvette faiblement excavée (0,04 m à 0,10 m) exclusivement comblée de résidus de cuisson et de sédiments gris cendreux sans mobilier céramique. Le site a livré 91 tessons, dont 76 prélevés dans l'US2 de la séquence stratigraphique, tous attribuable au Bronze final.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gilles Mangin, Xavier Margarit et Stéphanie Jacquemot, « Milly-sur-Bradon », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Lorraine, mis en ligne le 01 mars 2001, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/9050

Haut de page

Responsables d'opération

Gilles Mangin

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Xavier Margarit

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Stéphanie Jacquemot

SDA

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals